Cheikhoujack

  • 9 Commentaires
  • 15 Articles
  • 1189 Abonnés

Mon profil

Mon nom: cheikh, diack

Sex:Homme

Date de naissance: 03 Décembre

Pays: Sénégal

A propos de moi:

14 November 2012

LE PRESIDENT MACKY SALL, EN HOMME D'HONNEUR, EPRIS DE JUSTICE EST D'EQUITE ECONOMIQUE, D'UNE GESTION OPTIMALE DES FAIBLES RESSOURCES DE NOTRE PAYS AVAIT INSCRIT LA RUPTURE DANS LA GOUVERNANCE DABORD DANS L'ASSAINISSEMENT DES FINANCES PUBLIQUES. LES PREUVES SONT TANGIBLES! IL VAIT PROMIS D'ASSEOIR UN ETAT DE DROIT, IL TRAVAILLE A LIBERER LA JUSTICE DE LA COUPOLE DE L'EXECUTIF. SANS FAIRE NI DANS LA DEMAGOGIE NI DANS LA POLITIQUE DE RUE, NOUS DEVONS TOUS PRIER QUE CETTE MANDATURE DE LA CHANCE DE NOTRE PAYS ABOUTISSE AUX AMBITIONS DU CHEF DE L'ETAT. VIVE L REPUBLIQUE DU SENEGAL!!!!!!!!!!!!!!!!!! VVE LE PRESIDENT MACKY SALL!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

14 November 2012

aucun pays ne se developper en violant les lois le président macky sall la compris en redressant la justice du pays chose qui n'arrange certaines personnes comme certains directeur de societé qui etaient toujours en deal avec le regime sortant ce sont ces meme personnes qui tentent de déstabilisé le regime mais nous seront la devant vous la pays avant toute chose courage presi lepy bakh

14 November 2012

aucun pays ne se developper en violant les lois le président macky sall la compris en redressant la justice du pays chose qui n'arrange certaines personnes comme certains directeur de societé qui etaient toujours en deal avec le regime sortant ce sont ces meme personnes qui tentent de déstabilisé le regime mais nous seront la devant vous la pays avant toute chose courage presi lepy bakh wade comme un comédien je vais porté plainte a acky sall mdr dafay nakh koi legui

14 November 2012

L’actualité ces dernières heures a été marquée par les déclarations subversives de Abdoulaye WADE et du Comité Directeur du Parti Démocratique Sénégalais. Ces déclarations font suite au face à face avec la presse du procureur spécial près de la Cour de Répression de l’Enrichissement Illicite, CREI. En adoptant la posture de la menace et de la surenchère publiques, le Parti Démocratique Sénégalais et son Secrétaire Général sont manifestement dans une perspective de défiance systématique du droit et de l’autorité publique. Une telle attitude de nature à menacer l’ordre public, n’est en réalité que le reflet de la « peur bleue » qui s’est emparée du camp des brigands, maintenant convaincu de la volonté inébranlable de la justice de notre pays à faire la lumière sur les milliers de milliards du contribuable sénégalais détournés et planqués dans des paradis fiscaux. L’agitation et les vitupérations médiatiques à outrance ne suffisent pas pour faire l’impasse sur une reddition des comptes plus qu’obligatoire du fait que le peuple souverain a le droit de savoir la destination des ressources qu’il a bien voulu confier aux hommes et aux femmes qu’il s’est choisis. Par devoir de transparence, la lumière doit être faite sur : - Les milliards annuellement alloués depuis 2009 à une Vice-présidence qui n’a jamais vu le jour, - Les Onze tonnes d’or de Sabodola d’une valeur de 25 milliards de FCFA qui n’ont jamais profité au citoyen Sénégalais, - Les 12 décrets d’avance d’un montant de 64 milliards FCFA, signés sans vergogne par Abdoulaye WADE, dans une période où il avait déjà perdu le pouvoir, - Les centaines de licences de pêches concédées à des compagnies étrangères dans des conditions absolument très obscures, - Les centaines de milliards engloutis dans les chantiers de l’ANOCI dont les responsables d’alors ont catégoriquement refusé de se soumettre à un quelconque examen de bilan, - La concession des terres de l’aéroport et d’autres du domaine national, dans une opacité à nul autre pareil etc. La liste des faits de délinquance ne peut être épuisée. Pire, parce que son fils a été invité à s’expliquer sur sa gestion, Abdoulaye WADE, toute honte bue, vocifère et brandit une plainte contre le Président Macky SALL. Pour un ancien Président de la République, ne réagir que quand sa progéniture est en conflit avec la justice est un comportement digne de la monarchie. Monsieur Karim WADE devra rendre compte comme tout dirigeant ayant eu à gérer les deniers publics. Partant de tout ce qui précède, la Convergence des Cadres Républicains : - Invite les Sénégalais à comprendre le jeu de Abdoulaye WADE et du Parti Démocratique Sénégalais qui ne font que dans la victimisation et la diversion. - Demande aux parlementaires de la majorité de se mettre en ordre de bataille pour traduire Abdoulaye WADE et ses acolytes devant la Haute Cour de Justice pour avoir abominablement pillé les ressources nationales. - Encourage et soutient la justice Sénégalaise dans sa volonté de traquer sans relâche ceux ont plongé notre économie dans une situation de quasi banqueroute. - Exhorte les autorités publiques à être fermes dans la préservation de l’ordre et de la discipline dans le pay

14 November 2012

DECLARATION L’actualité ces dernières heures a été marquée par les déclarations subversives de Abdoulaye WADE et du Comité Directeur du Parti Démocratique Sénégalais. Ces déclarations font suite au face à face avec la presse du procureur spécial près de la Cour de Répression de l’Enrichissement Illicite, CREI. En adoptant la posture de la menace et de la surenchère publiques, le Parti Démocratique Sénégalais et son Secrétaire Général sont manifestement dans une perspective de défiance systématique du droit et de l’autorité publique. Une telle attitude de nature à menacer l’ordre public, n’est en réalité que le reflet de la « peur bleue » qui s’est emparée du camp des brigands, maintenant convaincu de la volonté inébranlable de la justice de notre pays à faire la lumière sur les milliers de milliards du contribuable sénégalais détournés et planqués dans des paradis fiscaux. L’agitation et les vitupérations médiatiques à outrance ne suffisent pas pour faire l’impasse sur une reddition des comptes plus qu’obligatoire du fait que le peuple souverain a le droit de savoir la destination des ressources qu’il a bien voulu confier aux hommes et aux femmes qu’il s’est choisis. Par devoir de transparence, la lumière doit être faite sur : - Les milliards annuellement alloués depuis 2009 à une Vice-présidence qui n’a jamais vu le jour, - Les Onze tonnes d’or de Sabodola d’une valeur de 25 milliards de FCFA qui n’ont jamais profité au citoyen Sénégalais, - Les 12 décrets d’avance d’un montant de 64 milliards FCFA, signés sans vergogne par Abdoulaye WADE, dans une période où il avait déjà perdu le pouvoir, - Les centaines de licences de pêches concédées à des compagnies étrangères dans des conditions absolument très obscures, - Les centaines de milliards engloutis dans les chantiers de l’ANOCI dont les responsables d’alors ont catégoriquement refusé de se soumettre à un quelconque examen de bilan, - La concession des terres de l’aéroport et d’autres du domaine national, dans une opacité à nul autre pareil etc. La liste des faits de délinquance ne peut être épuisée. Pire, parce que son fils a été invité à s’expliquer sur sa gestion, Abdoulaye WADE, toute honte bue, vocifère et brandit une plainte contre le Président Macky SALL. Pour un ancien Président de la République, ne réagir que quand sa progéniture est en conflit avec la justice est un comportement digne de la monarchie. Monsieur Karim WADE devra rendre compte comme tout dirigeant ayant eu à gérer les deniers publics. Partant de tout ce qui précède, la Convergence des Cadres Républicains : - Invite les Sénégalais à comprendre le jeu de Abdoulaye WADE et du Parti Démocratique Sénégalais qui ne font que dans la victimisation et la diversion. - Demande aux parlementaires de la majorité de se mettre en ordre de bataille pour traduire Abdoulaye WADE et ses acolytes devant la Haute Cour de Justice pour avoir abominablement pillé les ressources nationales. - Encourage et soutient la justice Sénégalaise dans sa volonté de traquer sans relâche ceux ont plongé notre économie dans une situation de quasi banqueroute. - Exhorte les autorités publiques à être fermes dans la préservation de l’ordre et de la discipline dans le pays.