A friend in need is a friend indeed-C\'est dans le besoin qu\'on reconnait ses vrais amis

Blogs

Le conflit qui oppose Israéliens et Palestinien est au coeur des crises qui secouent le Proche et le Moyen Orient. Considéré comme central par les diplomates.

Un homme disait qu'il avait les meilleurs amis au monde. Ils étaient toujours ensemble. Ils s'amusaient beaucoup. Les "amis" avaient l'habitude de faire la tournée des grands ducs. Et c'est lui qui payait toujours la tournée. Ses "amis " lui répétaient sans cesse qu'il était le plus beau, le plus intelligent et le plus généreux des hommes. Plus ils le flattaient plus il dépendait sans compter. Un beau jour, il subit un violent accident et se retrouva paralysé. Ses "amis» disparurent comme par enchantement. Il se retrouva seul avec sa famille qu'il avait délaissée. Elle le soutena malgré tout. Malheureusement, il perdit sa fortune et ses "amis" en même temps. Il n'avait que ses yeux pour pleurer. Il regretta beaucoup son comportement d'avant accident. Depuis lors, sa santé s'est beaucoup améliorée mais ses "amis" ne sont pas toujours revenus. Mais il s'est résigné à ne plus les attendre et à refaire sa vie sans eux.
\r\nQu'est-ce qu'un ami? Croyez-vous en l'amitié? En ce qui me concerne je n'y crois pas trop. J’ai perdu le seul ami que je n'ai jamais eu: Seydou Hadabéré.
\r\nQue la terre de Yoff lui soit légère.
\r\nJ'attends toujours d'avoir un nouvel ami. Je n'en ai pas encore retrouvé. Un vrai ami est une denrée rare. Beaucoup prétendent que nous sommes amis mais je veux leur préciser que ce sont juste des connaissances. L'amitié signifie pour moi, un respect mutuel, le respect de la parole donnée, la sincérité, la franchise, l'honnêteté. Au Sénégal, tes "amis" sont tes fossoyeurs. Comme disait Bob Marley : Some will eat and drink with you, but behind you, they'll try to kill you".

\r\n
Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

À propos de Roman Polyarush

Donc en ouverture pharaonique (écran gigantesque, des stars par douzaines, des spectateurs par milliers. De cette quatrième édition de Lumière. J'avais vu le film de Schatzberg il y a quelques mois et l'avais aimé. Cette fois j'ai vu plus de défauts qui tiennent pour beaucoup.

Voir tous les articles de Roman Polyarush

4 commentaires à Le blues de Christian Eckert, député socialiste "normal"

Roman Polyarush

Personnellement, si des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 16 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Sara Gordon

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Rio Ferdinand

Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 11 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Victor Kirkland

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Commentez cet article

Nom *

Adresse de contact *

Site web

Commentaire :