Même s\'il y avait la machine à radiothérapie...

Blogs
  • Article ajouté le : 19 Dimanche, 2017 à 10h02
  • Author: Babacar DIARRA

Le conflit qui oppose Israéliens et Palestinien est au coeur des crises qui secouent le Proche et le Moyen Orient. Considéré comme central par les diplomates.

 

Le Sénégal ne traite pas son cancer. LA preuve avec le rapport de Human rights watch qui informe que l’usage des soins palliatifs au Sénégal est pratiquement inexistant. Les recherches menées par Human rights watch au Sénégal indiquent que «seulement une minuscule fraction des patients a réellement accès aux soins palliatifs». Et les soins palliatifs sont disponibles seulement à Dakar. Le Sénégal utilise une quantité annuelle de morphine qui suffit à peine à traiter environ 194 patients souffrant de douleurs dues à un cancer à un stade avancé; taux de mortalité de 75 à 80% des malades viennent en consultation à des stades avancés ».   Au Sénégal les malades du cancer se prennent eux-mêmes totalement en charge. Sauf les enfants. Même si ces derniers ne bénéficient pas tous de la prise en charge. Par exemple, le coût de cette prise en charge est de : 200 mille à 1,5 millions FCFA pour la chimiothérapie et 300 000 FCFA pour la chirurgie. La radiothérapie coûte 150 000 francs CFA et le bilan médical 300 000 FCFA. Quand on sait que le salaire moyen est de 56000 FCFA (Banque Mondiale).   Le constat est terrible: «La grande majorité des patients sénégalais qui ont besoin de soins palliatifs passent leurs dernières semaines ou leurs derniers mois chez eux. Ou ils ne reviennent que lorsque toutes les options de traitement ont été épuisées ou lorsqu’ils n’ont plus d’argent pour payer leur traitement. Si un grand nombre de patients peuvent compter sur un soutien familial fort tandis que leur maladie progresse, ils présentent souvent des symptômes qui ne peuvent être correctement traités qu’avec l’aide de personnel de santé et médicaments qui sont largement indisponibles».   On peut toujours réduire les risques avec le DÉPISTAGE! Détecter tôt certains cancers permet de les traiter mieux, c'est-à-dire de proposer des traitements moins lourds, et avec plus de chance de guérison et réduit significativement le taux de mortalité (Inserm).   La question subsidiaire que je me pose est pourquoi les marabouts qui nous ont demandé de voter pour Macky SALL ne s'expriment pas sur cette question pour lui demander de trouver une solution pour NOUS?   DEPISTONS-NOUS!
Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

À propos de Roman Polyarush

Donc en ouverture pharaonique (écran gigantesque, des stars par douzaines, des spectateurs par milliers. De cette quatrième édition de Lumière. J'avais vu le film de Schatzberg il y a quelques mois et l'avais aimé. Cette fois j'ai vu plus de défauts qui tiennent pour beaucoup.

Voir tous les articles de Roman Polyarush

4 commentaires à Le blues de Christian Eckert, député socialiste "normal"

Roman Polyarush

Personnellement, si des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 16 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Sara Gordon

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Rio Ferdinand

Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 11 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Victor Kirkland

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Commentez cet article

Nom *

Adresse de contact *

Site web

Commentaire :