POUR NE PAS SUIVRE LA COUPE DU MONDE EN IDIOT

Blogs

POUR NE PAS SUIVRE LA COUPE DU MONDE EN IDIOT

AU DELA DE LA COMPETITION ,LA COUPE DU MONDE DE FOOT BALL RASSEMBLE DES PEUPLES A TRAVERS LEUR CULTURE, LEUR HISTOIRE , LEUR PRESENT ,ET LEUR AVENIR .

L’HUMANITE DANS SA TOUTE  GLOBALITE ET DEVERSITE  SE RETROUVE DANS CET GRAND EVENEMENT SPORTIF MONDIAL.

ESPAGNE Vs  PORTUGAL

GENOCIDE DES AMERINDIENS ESCLAVAGE DES NOIRS

Ces deux pays  de la péninsule iberique figurent parmi les nations les plus predatrices de l’histoire de l’humanité .

Si le genocide des juifs par les allemands nazis fut si célébre , c est que les victimes etaient  europeens et de race blanche .Mas bien des siecles auparavant un genocide d’une plus grande ampleur s’effectua en Amerique latine.

Les espagnols et les portuguais apres s’etre partagé l’Amerique du sud lors du traité de Tordesillas,en 1494 exterminerent systematiquement les populations autochtones ameridiennes  .

 Les conquistadors espagnols avec leur manque de scrupules et leur soif inextinguible d'or detruisirent les etats ameridiens

 en 1521 Hernan Cortes,  s'empara de la capitale de l'Empire aztèque, Tenochtitlan en faisant tuer l'Empereur Cuauhtémoc ; tandis  que Francisco Pizarro, qui fit la conquête de l'Empire inca en 1533, tuant aussi  l'Empereur Atahualpa.

On  estima que plus de la moitié de la population amérindienne disparut en l'espace d'un siècle, dans certaines régions le taux de perte atteignant 90%. Ainsi, selon certaines sources, l'Empire aztèque comptait 18 millions d'habitants en 1492, pour six millions en 1543, et un million en 1600. 

En réalité, la grande majorité des Amérindiens furent victimes d'un choc microbien.

Les colons espagnols,et portuguais  lors de leur arrivée sur le nouveau monde, n'apportaient pas avec eux que leurs fusils et leurs chevaux, mais aussi de nombreux microbes inconnus des populations autochtones : choléra, grippe, rougeole, tuberculose, variole, etc. Si les Européens souffraient de ces virus, ils disposaient néanmoins d'anticorps dont n'étaient pas équipés les populations amérindiennes. 

Les conquistadors profitèrent grandement de ce choc microbien, profitant de l'affaiblissement des populations indigènes pour accroitre leur autorité sur le continent sud-américain.

A noter enfin que ce dépeuplement de l'Amérique du sud entraina les Européens à faire appel à une nouvelle main d'œuvre, déportant plusieurs centaines de milliers d'esclaves noirs en direction du nouveau monde.

 Et rien n’est plus illustratif de l’extermination des indiens suivie de la déportation des noirs que ce poeme de l’haitien René Depestre  ecrit en 1956

 

Minerai noir

Quand la sueur de l'Indien se trouva brusquement tarie par le soleil 

Quand la frénésie de l'or draina au marché la dernière goutte de sang indien 

De sorte qu'il ne resta plus un seul Indien aux alentours des mines d'or 

On se tourna vers le fleuve musculaire de l'Afrique 

Pour assurer la relève du désespoir 

Alors commença la ruée vers l'inépuisable 

Trésorerie de la chair noire 

Alors commença la bousculade échevelée 

Vers le rayonnant midi du corps noir 

Et toute la terre retentit du vacarme des pioches 

Dans l'épaisseur du minerai noir 

Et tout juste si des chimistes ne pensèrent 

Au moyen d'obtenir quelque alliage précieux 

Avec le métal noir tout juste si des dames ne 

Rêvèrent d'une batterie de cuisine 

En nègre du Sénégal d'un service à thé 

En massif négrillon des Antilles 

Tout juste si quelque curé 

Ne promit à sa paroisse 

Une cloche coulée dans la sonorité du sang noir 

Ou encore si un brave Père Noël ne songea

 Pour sa visite annuelle 

A des petits soldats de plomb noir 

Ou si quelque vaillant capitaine 

Ne tailla son épée dans l'ébène minéral 

Toute la terre retentit de la secousse des foreuses 

Dans les entrailles de ma race 

Dans le gisement musculaire de l'homme noir 

Voilà de nombreux siècles que dure l'extraction 

Des merveilles de cette race 

O couches métalliques de mon peuple

 Minerai inépuisable de rosée humaine 

Combien de pirates ont exploré de leurs armes 

Les profondeurs obscures de ta chair 

Combien de flibustiers se sont frayé leur chemin 

A travers la riche végétation des clartés de ton corps    

Jonchant tes années de tiges mortes                                      

Et de flaques de larmes 

Peuple dévalisé peuple de fond en comble retourné 

Comme une terre en labours 

Peuple défriché pour l'enrichissement 

Des grandes foires du monde 

Mûris ton grisou dans le secret de ta nuit corporelle 

Nul n'osera plus couler des canons et des pièces d'or 

Dans le noir métal de ta colère en crues. 

 

Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

Vous pouvez lire aussi

Commentez cet article

Pseudo *

Votre commentaire :

Pseudo *

Mon commentaire *