Yoro Boly Dyâo (1847-1919) Source principale de la tradition historique des wolofs

Blogs

Yoro Boly Dyâo (1847-1919) Source principale de la tradition historique des wolofs

 Tout récemment le Président de la République Maître Abdoulaye WADE  a instruit au conseil des ministres  le gouvernement « d’étudier le modalités de rapatriement de certains des dépouilles des dignes fils du pays et de l’entrée symbolique des autres au panthéon ». Forts de cette directive, nous voulons lever un coin de voile sur une des plus illustres figures  de notre pays, mais largement méconnue des sénégalais : Yoro Boly Dyâo.

Yoro Boly Dyâo est né  à Khouma, une des capitales de l’ancien royaume du Waalo en  1847 et c'est dans  même dans cette localité qu'il sera mort et enterré le  Jeudi 03 avril 1919.

De par son patronyme (guénio)  Dyâo, il appartenait  d’après Siré Abas Sow    (auteur des célèbres chroniques du Foutasénégalais,) à la plus vieille famille de chef de la vallée du fleuve Sénégal, celle des Dya Ogo, qui y ont introduit  la métallurgie du fer et la culture du mil sorgho.

Son père le Tagne  Fara Penda Madyao Khor Dyâo , appartenait à l’une des trois lignées matrilinéaires qui permettaient d’accéder au trône du Waalo, celle des Loggar.

 

De par sa mère Boly Mbodj (Peinda Dieng), Yoro Dyâo appartenait à la famille matrilinéaire Boul et était descendant  d’un des plus  grands  Brack du Waalo,  le Brack Ndiack Aram Bakar Mbodj (qui conquit tout le pays wolof au milieu du 18éme  siècle). Apres la défaite des troupes de la Linguére Ndatté Yalla devant Nder ,le 25 Février 1855, le gouverneur Faidherbe annexa le Waalo comme possession française  et nomma son père Fara Peinda  Madyao Khor Dyâo comme chef supérieur du Waalo.

 

Ce dernier en gage de fidélité à la France, envoya son fils YoroBoly Dyâo à Saint-Louis fréquenter  l'Ecole des Otages de 1856 et 1860, faisant partie de la deuxième promotion. Cette école  fondée  par Faidherbe en 1855 avait pour fonction d’accueillir les fils  de rois sénégalais, «  des fils  de chef » , de les prendre en otage et  de leur dispenser une éducation devant faire d’eux des auxiliaires dociles  de la colonisation française.

 

Brillant élève, Yoro Boly Dyâo fut chargé  de lire le discours de la sortie de sa promotion.

 

 Promu chef de canton  en 1860, il exerça à Khoumaet à Foos. Francophile, il fut un agent zélé de l’administration coloniale et participa activement à la répression  de la résistance armée du Prince du Waalo Sidya Ndatté Yalla Diop en 1876.

 

Après une carrière très mouvementée,faite de révocations, suivies de nominations  de Yoro Dyâo finit par obtenir de la France une pension de retraite de mille deux cents francs (1.200) en 1914.

Patriarche, il eut  33 enfants. Il donna en mariage  la plus part de ses filles  à des princes sénégalais. Beau père du Bourba Alboury Ndiaye  ,du Ganket Amadou Makhourédia Diop,  des Princes  Samba Yomba Mbodj, Diombo Souna Mbodj, Bouna Alboury Ndiaye , Sydy Ngagnesiry Ndiaye, on trouve  actuellement beaucoup de ses descendants  dans les grandes familles maraboutiques de Touba et de Tivaouane .

 

 Au delà  de son parcours politique de collaborateur fidèle et convaincu du système colonial, Yoro Boly Dyâo mérite surtout d’être  considéré comme une figure historique sénégalaise des lettres,  de par  sa contribution inestimable  à la connaissance de l’histoire du peuple sénégalais Pour l’Université Cheikh Anta Diop, il demeure  la source principale de la tradition écrite historique du peuple  wolof.

 

Des sa sortie  de l'Ecole des Otages, Yoro Dyâo fut chargé par l’administration coloniale de rédiger une monographie sur l’histoire des peuples de la Sénégambie. Allié  et apparenté de la plus part  des cours royales de l’époque ,Yoro Dyâo était bien placé  pour  recueillir des familles princières et des grands griots de cour de  par la tradition orale  ,l’histoire des royaumes sénégalais.

 

Dés 1860 il rédigea un certain nombre de cahiers relatant l’histoire des  migrations et des coutumes des royaumes  du Cayor, du Baol, du Djoloff et du Waalo. En 1864 Il publia l’histoire de  Damels du Cayor  dans le journal le Moniteur du Sénégal .Ces cahiers seront   commentés et publiés  en 1912 par Henri Gaden,    dans « légendes et coutumes sénégalaises ».

Un professeur français du Lycée Faidherbe de Saint-Louis  Raymond Rousseau publiera et commentera une  autre partie des cahiers  en 1922 dans «  Le Sénégal d’autrefois .Etude sur le Oualo ».

 

Ces cahiers constituent une part importante du patrimoine historique et culturel du peuple wolof  et du Sénégal.

 

 D’après Jean Boulegue , Maître de Conférence à l’université de Paris1 « Yoro Boly Dyâo  fut le premier de ces chroniqueurs sénégalais  qui ont recueilli, traduit compilé, interprété, aussi les traditions orales de leur peuple » .

 

Mais l’une des contributions les plus importantes de Yoro Dyâo et qui restent méconnues  du grand public reste la thèse de Yoro Dyâo sur l'origine égyptienne des populations sénégambiennes Il déclarait «... vu que l'opinion générale en toute la Sénégambie est que notre contrée doit son peuplement à des migrations de l'Egypte, desquelles descendent toutes ses populations. »

Ces populations seraient parties d’Egypte (Kemet ) par six grandes migrations  successives( les Jaa-Oogo ; les Manna ;les Tondions ;les Laam Tourmiss  ;les Laam-Termes;les Touri-Singou Laam-Toro).

 

Yoro Boly  Dyâo donna même  les noms des Pharaons (qu’il appelle Fari en wolof) sous le règne desquels  chacune de ces migrations auraient eu lieu.

Dans une  contribution « les migrations entre le Nil et le Sénégal : les jalons de Yoro Dyâo » paru dans les annales de la faculté des lettres et sciences humaines en 1991 Aboubacry Moussa LAM Maître de conférences, Département d’Histoire

Faculté des Lettres & Sciences Humaines de  Dakar indiquait que « Dès le début du siècle un sénégalais, du nom de Yoro Dyâo, avait donné sur la question des relations entre l'Egypte ancienne et l'Afrique Noire un éclairage capital, malheureusement resté jusqu'ici inconnu des principaux protagonistes. »

 

Etant un des premiers hommes de lettre sénégalais d’écriture française, Yoro Boly  Dyâo  mérite d’être mieux connu des  nouvelles générations sénégalaises. Un demi-siècle avant les premières publications de Cheikh Anta Diop, sur l’Egypte pharaonique, Yoro Dyâo  avait rédigé ses « cahiers » montrant les liens organiques entre les peuples sénégambiens et de  l’Egypte antique.

 

En attendant que l’homme et  son œuvre soient mieux connus  des africains  et des sénégalais les pouvoirs publics sénégalais devrait lui rendre un hommage en lui donnant des noms d’amphithéâtre d’université, de lycée et d’avenue  à Dakar et  à Saint -Louis   sa capitale régionale .

 

                                         Amadou Bakhaw DIAW




 


Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

Vous pouvez lire aussi

Commentez cet article

Pseudo *

Votre commentaire :

Pseudo *

Mon commentaire *