Chronique d’un Educateur Spécialisé indigné : et la passion piégea le professionnel….

International
  • Article ajouté il y a 17 octobre 2012
  • Author: oumar ndiaye

Le conflit qui oppose Israéliens et Palestinien est au coeur des crises qui secouent le Proche et le Moyen Orient. Considéré comme central par les diplomates.

L’environnement très défavorable du Ministère de la Justice n’émousse pas du tout la motivation des Éducateurs spécialisés qui ont recours à des filtres socioprofessionnels multiples pour amortir les chocs émotionnels engendrés par leur triste sort. Des manœuvres pernicieuses ont toujours mis un sursis aux mesures transitoires  jusqu’à forclos  de toutes les dispositions spécifiques les plus significatives en notre faveur. Le mépris, le désintérêt et le désengagement  qui suintent jusque dans l’élaboration et l’application de tous les textes qui régissent l’éducation surveillée et la protection sociale sont surmontés grâce à l’autodérision  de notre vulnérabilité ontologique de menu fretin.

 Exclus même du comité Paritaire sectoriel justice du dialogue social, depuis octobre 2013, les Educateurs spécialisés ne disposent plus de cadre institutionnel pour se faire écouter. Les revendications légitimes ou fantasmagoriques des travailleurs de justice subissent un traitement différentiel soit qu’ils sont portées par le Syndicat SYTJUST, l’Union des Magistrats du Sénégal(UMS) ou l’Amicale des Educateurs spécialisés du Sénégal(AESS). Si le SYTJUST est une arme efficace, un moyen de pression sans équivalent, l’UMS est une force occulte redoutable de lobbying tandis que l’AESS, la plus ancienne organisation corporatiste du département ministériel, crée en 1985, n’est qu’un cadre de dialogue et de négociation trop peu opérant.

 De 1981 à 2011, malgré 32 ans de capacité renouvelée d’indignation, aucun  des décrets suivants n’a échappé à la règle sournoise d’aggraver notre vulnérabilité légale : décret 81-1047 du 29 octobre 1981 fixant les règles d’organisation et de fonctionnement des services de l’Education surveillée et de la Protection sociale,  décret  2007-554 du 30 avril 2007 portant réorganisation du Ministère de la Justice,  décret 2010-707 du 10 juin 2010 instaurant la section « protection sociale et judiciaire des mineurs » au Centre de Formation Judiciaire et décret  2011-509 du 12 avril 2011 portant statut particulier des fonctionnaires de la justice.

 D’un Garde des Sceaux  au Ministre de la Justice suivant, l’os à ronger demeure la même rengaine de promesses jamais tenues et d’engagements renvoyés aux calendes grecques élargissant la vulnérabilité de l’Educateur Spécialisé au niveau structurel et aigu. Si un Garde des Sceaux ne demande  pas publiquement aux Educateurs spécialisés leur ministère de tutelle, c’est un autre qui les reçoit en audience à sa convenance pour leur jeter à la figure que leurs dossiers n’est pas dans le package de la passation de service, sans pour autant  altérer notre capacité d’en rire aux larmes. Ainsi donc la continuité administrative n’étant qu’une vue de l’esprit, tout Ministre remanié s’en va avec ses dossiers….

 L’amélioration des conditions morales et matérielles des Educateurs spécialisés souffrirait de leur incapacité à paralyser le système judiciaire et du peu d’amitié dont ils jouissent au cabinet, susurre-t-on. Le comble de la provocation malsaine c’est l’épouvantail de la sensibilité des Greffiers et de leur SYNDICAT agité sous nos nez comme frein au  traitement principiel de nos droits. En décortiquant le discours de L’Autorité, l’amusement curieux est sans fin ; que de clichés tout droit sortis de vieux blocs notes qui  insultent  notre l’intelligence ! 

La délocalisation  regrettable de la formation de l’ENTSS  au CFJ en 2010 sonne la mort programmée des Educateurs spécialisés et fait étonnamment du corps des inspecteurs de l’Education surveillée et de la Protection sociale  un mort-né. Qui va pleurer un avorton ?

Il y a eu d’abord le corps des Inspecteurs de l’Administration Pénitentiaire instauré en 2007 et on nous a dit de patienter car eux sont paramilitaire et que c’est trop complexe. Nous avions feint la naïveté et passé l’éponge.

La première promotion du corps des Administrateurs de Greffes instauré par le même décret 2010-707 du 10 juin 2010 sort en fin Décembre 2014. Et le pied de nez c’est quand le Directeur de l’ENTSS nous envoie une invitation par SMS aux journées portes ouvertes du CFJ ; comme pour dire que les Educateurs et leurs Inspecteurs se sont trompés de portes ! 

Cette situation de vulnérabilité multiforme s’explique par le cadre des valeurs référentielles qui organisent et déterminent les choix et les décisions, aux niveaux conscients et inconscients des éducateurs spécialisés.

L’heure est venue d’utiliser le fruit de l’expertise et des pratiques professionnelles de tous pour solder à n’importe quel prix nos comptes et restaurer notre dignité. (À suivre)

Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

À propos de Roman Polyarush

Donc en ouverture pharaonique (écran gigantesque, des stars par douzaines, des spectateurs par milliers. De cette quatrième édition de Lumière. J'avais vu le film de Schatzberg il y a quelques mois et l'avais aimé. Cette fois j'ai vu plus de défauts qui tiennent pour beaucoup.

Voir tous les articles de Roman Polyarush

4 commentaires à Le blues de Christian Eckert, député socialiste "normal"

Roman Polyarush

Personnellement, si des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 16 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Sara Gordon

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Rio Ferdinand

Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 11 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Victor Kirkland

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Commentez cet article

Nom *

Adresse de contact *

Site web

Commentaire :