Sénégal : l’hivernage des héros insulteurs tire à sa fin !

International
  • Article ajouté il y a 17 octobre 2012
  • Author: oumar ndiaye

Le conflit qui oppose Israéliens et Palestinien est au coeur des crises qui secouent le Proche et le Moyen Orient. Considéré comme central par les diplomates.

« L’hivernage de la radicalité injurieuse» a bien arrosé les médias sénégalais. L’opinion nationale éclaboussée par les propos haineux, irrévérencieux et malpropres semble vouloir pourtant jouer la prolongation de ces joutes  outrageuses qui n’honorent nullement l’image nationale.

\r\n\r\n

Notre idéal social de Pays paisible, hospitalier, béni de Dieu par la grâce de ses saints multiples,  est sur le point de se laisser noyer  dans le désenchantement de la clameur des injures publiques et des dérives sociopolitiques de quelques personnes sorties de nulle part de leur anonymat pour se hisser au rang de héros populaires.

\r\n\r\n

Un fou, une furieuse et des manipulateurs ne devraient compter sur aucun soutien de la part des personnes détentrices d’un quelconque leadership ou  d’un tant soit peu de crédibilité. On peut s’affirmer sur la scène médiatique, politique et des réseaux sociaux, exprimer ses opinions, cristalliser les frustrations de toute une génération sans verser dans la mauvaise foi et la manipulation de peureux innocents enragés.

\r\n\r\n

Se servir de l’insulte à des groupes ethniques, injurier des autorités politiques et  des guides religieux pour affirmer  son opposition à l’ordre social et économique est devenu la seule et meilleure expression du courage validée par les médias en mal de programme. Mais ce courage des temps nouveaux dissimule à peine la couardise exprimée par le nombre  impressionnant d’anonymes qui commentent en alimentant la haine et la discorde nationale sur le net.

\r\n\r\n

 Ces signaux d’une grave radicalisation risquent d’ébranler le socle de notre Nation. Et ce tonnerre d’injures qui gronde annonce la foudre qui menace. Les cris des enragés sociaux, amplifiés de plus en plus  par des « sommités » intellectuelles, des avocats du peuple et des ténors des plateaux médiatiques, doivent inquiéter sérieusement quant au devenir de notre commune volonté de  Bien Vivre Ensemble. Le Sénégal est fortement ébranlé dans sa cohésion socioculturelle par  des insulteurs publics qui ont trouvé des soutiens et des relais dans la classe politique et dans les médias.

\r\n\r\n

Au même titre que les champions olympiques, les champions du monde de disciplines sportives, les disques d’Or et les Grammy Awards nominees ou winners, des insulteurs publics et des délinquants déportés, menottes aux poignets, se voient acclamés par des foules galvanisées à l’aéroport et le long des boulevards par des leaders d’opinion.

\r\n\r\n

Ce signe de radicalité, même de la part d’un troupeau de 3000 moutons de panurge est un signal fort qui mérite d’être décrypté et jugulé mais pas à relayer ou à amplifier. Il n’y a pas de mérite à retourner l’insulte à un courageux anonyme qui, le premier, lança dans le magma des réseaux sociaux l’injure à la mère de ses concitoyens. A visage découvert, narines dilatées, balancer des insanités à caractère ethnique à l’endroit de certains leaders bien ciblés ne peut signifier et être traité que comme l’expression d’un profond trouble psychologique.

\r\n\r\n

Le malaise est profond car il est désormais exigé de l’Etat de traiter  les délinquants économiques et les psychopathes qui troublent l’ordre public comme des adversaires politiques du parti au pouvoir. Des « gens sérieux » défendent sérieusement l’idée de laisser la liberté d’expression et d’opinion se traduire ainsi au détriment de la paix sociale.

\r\n\r\n

Pourtant, exploiter la maladie, la détresse sociale ou la déviance de son prochain pour solder des comptes avec ses adversaires politiques ou à d’autres fins est un acte immoral et délictuel. Les pauvres âmes perdues et les petits délinquants sont à soigner et méritent plutôt un accompagnement psychosocial. Leur prise en charge, doit se faire dans l’anonymat le plus total.

\r\n\r\n

Les insulteurs anonymes du « WhatsUp » doivent être traqués, identifiés et punis ; nul ne devrait les aider à se cacher derrière leur lâcheté. L’élan de tous ceux qui attisent les braises de la discorde nationale est à freiner ; leurs « gueules » sont à fermer promptement. Quant aux autres, il y a la psychiatrie….

\r\n\r\n

Des lois devraient être votées pour la protection de notre cohésion sociale en criminalisant tout  propos ou acte de discrimination, divisionniste ou ethniciste. Toute personne qui soutien ou protège un délinquant divisionniste ou relaie  des propos qui menacent la cohésion sociale  devra être poursuivie comme un criminel.  En effet, si tuer une personne est un crime, alors détruire une Nation en sapant sa cohésion sociale en est un autre, encore plus abjecte.

\r\n\r\n

Le désherbage des cimetières du pays doit sonner la fin de l’hivernage des héros insulteurs. Ceci est ma part de radicalité. -

\r\n\r\n

 

\r\n
Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

À propos de Roman Polyarush

Donc en ouverture pharaonique (écran gigantesque, des stars par douzaines, des spectateurs par milliers. De cette quatrième édition de Lumière. J'avais vu le film de Schatzberg il y a quelques mois et l'avais aimé. Cette fois j'ai vu plus de défauts qui tiennent pour beaucoup.

Voir tous les articles de Roman Polyarush

4 commentaires à Le blues de Christian Eckert, député socialiste "normal"

Roman Polyarush

Personnellement, si des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 16 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Sara Gordon

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Rio Ferdinand

Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 11 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Victor Kirkland

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Commentez cet article

Nom *

Adresse de contact *

Site web

Commentaire :