Le cran d’un président décomplexé pour parler de la périlleuse question de l’homosexualité

Blogs

Le conflit qui oppose Israéliens et Palestinien est au coeur des crises qui secouent le Proche et le Moyen Orient. Considéré comme central par les diplomates.

« Thank you Mister President !» « We are proud of you ! »

N’allez quand même pas croire que je m’adresse à l’éminent hôte qui était venu rendre un vibrant hommage au peuple sénégalais pour sa culture politique. Et à notre démocratie « solide et émergente », pour ainsi reprendre une expression de l'administration Obama. Quand bien même ces remerciements exprimés en anglais, pour faire un clin d’œil à l’actualité, siéent parfaitement aux deux jeunes présidents. Rien ne nous interdit de les adresser à « both of them »! Tant il est vrai qu’ils sont nés après les Indépendances et ont un commun d’être indiscutable ! Les radars politiques ne les ont pas vu s’approcher de la station présidentielle. Ils ont déjoué les pronostics des météorologues politiques les plus sérieux. Ils ont démenti les prophéties des Cassandres les plus audacieux pour devenir tout net « Mister President ». Ils « habitent » parfaitement bien leurs fonctions nonobstant leur jeunesse.

« Aux âmes bien nées la valeur n’attend point le nombre des années ». Dans les abysses de nos souvenirs évanescents, nous sommes tous capables de mettre un nom sur ces vers célèbres! Les écarts de langage, transgressions ou carrément coup de sang théâtral du vieux satrape qui nous gouvernait, sont encore vivaces dans nos mémoires ! Le Président Macky Sall, nous a au moins épargnés des pantalonnades du vieil autocrate stoppé le 25 Mars 2012, pendant que les projecteurs de la presse internationale étaient braqués sur notre petit pays, devant le Président le plus puissant du monde, représentant l’une des plus grandes démocraties. Rien que ça ! Nous pouvons remercier Macky Sall pour la parfaite réussite de l’accueil réservé à ce grand hôte du Sénégal! Ce n’est pas fort de café ! Car Macky Sall était , attendu par ses adversaires politiques lors de cette conférence presse, apothéose de la visite historique de Barack Obama ! Particulièrement sur le sujet brûlant de l’homosexualité. Cet hideux serpent de mer du débat public sénégalais était, hélas, utilisé comme un levier politique, par un  personnel politique en court d’arguments, pour entretenir le flou et atteindre le chef de l’état ou son entourage. La réponse courtoise, ferme et en parfaite cohérence avec les us et coutumes du Peuple sénégalais nous a enthousiasmé à plus d’un titre. Le Sénégal est un Etat souverain. Il n’en a que faire du « politiquement correct » quand il s’agit d’affirmer haut et fort le respect de nos traditions, source d’inspiration de nos lois et règlements. C’est une réponse de massue aux sordides insinuations de répugnants politicards qui voulaient faire accroire à une dépénalisation de l’homosexualité. Ces monstres politiques dépourvus d’arguments pour un débat public sain, s’arc-boutent davantage sur leur culture de violence pour jeter des boules puantes sur les Institutions de La république. Tant il est vrai que leur génome politique les empêche de participer à un débat public civilisé. Les Sénégalais ont définitivement banni ces pratiques politiques d’un autre âge. Nous attendons le personnel politique au pouvoir comme dans l’opposition sur un débat d’idées contradictoires et un éclairage quant à l’orientation du pays.

Vive la république du Sénégal! Honneurs à notre « Solide et Emergente démocratie ! »

Et à vous, Messieurs les suppôts de Satan qui veulent dévoyer le débat public : « Shame of you »

  

Ass Malick NDOYE

[email protected]  

Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

À propos de Roman Polyarush

Donc en ouverture pharaonique (écran gigantesque, des stars par douzaines, des spectateurs par milliers. De cette quatrième édition de Lumière. J'avais vu le film de Schatzberg il y a quelques mois et l'avais aimé. Cette fois j'ai vu plus de défauts qui tiennent pour beaucoup.

Voir tous les articles de Roman Polyarush

4 commentaires à Le blues de Christian Eckert, député socialiste "normal"

Roman Polyarush

Personnellement, si des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 16 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Sara Gordon

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Rio Ferdinand

Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 11 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Victor Kirkland

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Commentez cet article

Nom *

Adresse de contact *

Site web

Commentaire :