LE LION MACKY NE DORT PLUS : IL FAIT DANS LA MENACE, ARME AU POING!

Blogs

Le conflit qui oppose Israéliens et Palestinien est au coeur des crises qui secouent le Proche et le Moyen Orient. Considéré comme central par les diplomates.

J'avais dit en réponse au jet de pétard mouillé d'El Hadj Hamidou Kassé que ce philosophe pédant et au discours d'une banalité pénible dont la platitude se la disputait à celle d'un préfet avait échoué dans sa conduite de la communication de Macky.

Regardons la scène de Macky  s’affichant crânement avec une arme de poing, sous  le regard sanguin de l’officier pakistanais qui semble haranguer notre Macky national pour qu'il vise avec précision, ce que notre bon président bien joufflu fait avec application, au vu de son œil froncé comme pour mieux caler la cible au bout de son canon. A qui pense-t-il ?

Aller jusqu'au Pakistan et se faire mettre en scène dans l'un des foyers ardents du terrorisme international tandis que Al Quaïda est à nos portes, c'est vraiment insensé tout simplement. Mais quand on est entouré de bras cassés cancres en tout qui s'occupent d'abord de leur survie et applaudissent à tous vos excès, on ne peut que présenter cette image, à la face du monde, comme un défi! Cependant, ce défi n'engage que lui : nous autres sénégalais, sommes militants de la paix!

Avec une communication aussi désastreuse et une diplomatie aussi mal inspirée en termes de fréquentations, après le Kazakhstan s’entend, tout le bénéfice de notre présence au G 20 vient d’être vendangé par un Macky à l’allure de plus en plus martialement dictatoriale.

Le plaidoyer du pauvre Mankeur Ndiaye pour un siège de membre permanent au Conseil de sécurité tombe chaque jour plus surement à l’eau.

C’est l’échec d’une équipe incompétente derrière un chef qui ne connait ni sa place ni son rôle.

C’est l’échec aussi d’une tentative de vouloir tailler à Macky un costume de leader à la stature internationale qui est consacré par ce séjour au Pakistan, et la scène choquante  de la photo d’un Macky pointant une arme et visant une cible… vue par toute l’opinion internationale.

Triste, pour mon pays !

Idrissa Seck avait décidément raison, quand il affirmait que Macky était le condensé des pires travers de Me Wade sans aucune de ses qualités !

A la pratique, le bonhomme étale chaque jour ses limites, à mesure qu’enfle son appétit du pouvoir qui lui insuffle des envies dictatoriales.

Le ridicule ne tue plus chez nous, sinon Macky et sa clique de promeneurs dignes héritiers du tukki wadien [sauf que les voyages de celui-là étaient utiles et ne ressemblaient en rien en une procession initiatique pour le parachèvement de la formation d’apprenti dictateur ubuesque que semblent prendre les pérégrinations de notre Macky local] seraient six pieds sous terre, à force de s’essayer à tous les styles vestimentaires bariolés des contrées exotiques qu’ils adorent visiter, et dont les pittoresques poses illustrent les articles d’une presse débonnaire.

Cissé Kane NDAO

Président A.DE.R

Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

À propos de Roman Polyarush

Donc en ouverture pharaonique (écran gigantesque, des stars par douzaines, des spectateurs par milliers. De cette quatrième édition de Lumière. J'avais vu le film de Schatzberg il y a quelques mois et l'avais aimé. Cette fois j'ai vu plus de défauts qui tiennent pour beaucoup.

Voir tous les articles de Roman Polyarush

4 commentaires à Le blues de Christian Eckert, député socialiste "normal"

Roman Polyarush

Personnellement, si des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 16 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Sara Gordon

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Rio Ferdinand

Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 11 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Victor Kirkland

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Commentez cet article

Nom *

Adresse de contact *

Site web

Commentaire :