mascarade poilticienne

International

Le conflit qui oppose Israéliens et Palestinien est au coeur des crises qui secouent le Proche et le Moyen Orient. Considéré comme central par les diplomates.

C'est dans une dynamique mesquine qui obéit à une mascarade éminemment politicienne qu'une marmaille qui ne comprend rien de la politique instrumentalisée pour casser de l'opposition pour contraindre la jeunesse de l'opposition dans son rôle à se taire.
\r\nJe suis dans l'obligation de m'adresser à l'opinion de vous dire malgré que j'ai des amis de valeur à l'APR surtout à Guediawaye par contre je ne manque pas de détracteurs certains larbins qui veulent plaire aveuglement à l'argentier le frère du président passent tout le temps à insulter, calomnier . Moi je suis dans mon rôle de dénoncer les pratiques du maire à Guediawaye et dresser le tableau sombre de la gouvernance au Sénégal, la corruption galopante, le code des marchés publics tripatouillé et violé, la liberté d'expression bafouée, la gestion du secteur public népotique , la responsabilité bureautique obéit à une proximité avec la famille la belle famille présidentielle une situation qui compromet sérieusement le développement du pays quoi de plus normal. Une situation catastrophique loin des slogans qui en réalité ne sont qu'illusion .nous assistons à une justice dépendante manipuler ( juge Dème, taliko etc), la corruption galopante, l'achat des consciences ,la spoliation du terrain destiné au projet de cimetière est une aberration détourné pour le clientélisme politique, la confiscation des recettes des communes des grandes artères recouvrées par le maire de la ville sous la complicité de l'administration locale arrêté préfectoral du 25 /10/2014 taillé sur mesure pour le frère du président ( depuis quand un arrêté est plus fort qu'une loi acte 3 la décentralisation) .
\r\nCette situation scandaleuse sous le silence des maires. Aujourd'hui à travers cet élan populaire de la jeunesse autour du Manko Wattu Guediawaye entend élargir le combat jusqu'à plan national voir internationale et bouter hors d'état de nuire cette oligarchie encombrante. Nous sommes debout pour le bon devenir de notre localité faire face et montrer notre détermination à sauver notre propre image. Pour finir 1 ne nous pousser pas à répondre aux insultes vos leaders 2 arrêter vos menaces enfantines 3 personne n'est derrière nous d'ailleurs nous sommes de différents obédiences politique

\r\n\r\n

Bass Mbackè Diatta Coordonnateur Manko Wattu Guediawaye

\r\n
Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

À propos de Roman Polyarush

Donc en ouverture pharaonique (écran gigantesque, des stars par douzaines, des spectateurs par milliers. De cette quatrième édition de Lumière. J'avais vu le film de Schatzberg il y a quelques mois et l'avais aimé. Cette fois j'ai vu plus de défauts qui tiennent pour beaucoup.

Voir tous les articles de Roman Polyarush

4 commentaires à Le blues de Christian Eckert, député socialiste "normal"

Roman Polyarush

Personnellement, si des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 16 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Sara Gordon

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Rio Ferdinand

Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 11 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Victor Kirkland

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Commentez cet article

Nom *

Adresse de contact *

Site web

Commentaire :