De l’Eclairage gratuit avec une bouteille d’eau.

International
  • Article ajouté il y a 17 octobre 2012
  • Author: Ali Baba

Le conflit qui oppose Israéliens et Palestinien est au coeur des crises qui secouent le Proche et le Moyen Orient. Considéré comme central par les diplomates.

Ce blog certes était créé, pour des analyses de foot mais pour d’autres raisons, j’ai voulu faire partager une expérience à mes compatriotes Sénégalais, au-delà même des Africains qui sont peut-être dans le besoin ou qui ont des moyens limités. Je pense surtout aux banlieues et bidonvilles sénégalais, mais également aux villages les plus reculés de notre cher pays ou l’électricité demeure un luxe.

 

 

Vous avez longtemps entendu, des gens se plaindre de la cherté du courant au Sénégal (un pays pauvre et sous-développé).

A côté, Dieu nous dote d’un soleil généreux, et nous ne savons pas en profiter. Diantre !

Cette « bouteille solaire » qui désormais embellit le décor des banlieues et des  bidonvilles asiatiques (Inde – Philippines-Vietnam…), sud-américains (Brésil-Colombie-Chili…) ou sud-africains etc., est le fruit d’une imagination d’un ingénieur brésilien du nom de Alfredo Moser qui a mis au point une « ampoule de jour » qui permet de recevoir gratuitement de l’éclairage  à l’intérieur des maisons, grâce à la réfraction de la lumière du soleil. Pour cela, Il suffit simplement d’une bouteille en plastique que l’on remplit d’eau  avec de la javel  ou du chlore, que l’on place dans un trou, perchée dans les toitures des écoles, des maisons, des usines ou ateliers, qui sont souvent faites en tôles (Zinc) ou en tuiles, ardoises et autres et le tour est joué…cette bouteille solaire est équivalente à une lampe de 50 Watts. Faites tout pour que ça soit étanche, (Mastique et Flintkote pour le jointage).

 

 

Et pourtant un ami indonésien m’en avait parlé depuis longtemps, mais il a fallu que je me faufile dans un marché dakarois où la pénombre était quasi-dominante et que le toit également était fait en zinc, pour s’en rendre compte de cette nécessité pour nos populations. Déjà cette idée est écologique, (recyclage des bouteilles, émission de CO2) mais elle peut réduire durablement notre consommation en électricité (quand on sait que les lampes néons consomment abondamment).

 

Vous allez me dire qu’il n’ y’ a point de soleil la nuit, mais allumer une lampe le jour dans une obscure chambre ou un atelier  dont le toit peut abriter une bouteille d’éclairage, est un gâchis. Je pense notamment aux écoles  dont les salles de classe sont obscures faute de lumière, à ces endroits lointains du Sénégal, dont les populations, de Ninefecha, de Barkedji, de Salémata, de Cabrousse, de Allaleri, de Ndoulo, de Gandon, de Pourham, de Dindefello, de Dialakoto, de Rao, de Samael, de Mbissis, de Irassoli , de Kadiel…. (J’en passe, la liste est tellement kilométrique), éprouvent un réel besoin d’éclairer leurs demeures.

 

J’espère aider avec cette contribution, et invite surtout les sénégalais à s’inspirer davantage de cette idée et partager l’astuce.

 

 

 

 

Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

À propos de Roman Polyarush

Donc en ouverture pharaonique (écran gigantesque, des stars par douzaines, des spectateurs par milliers. De cette quatrième édition de Lumière. J'avais vu le film de Schatzberg il y a quelques mois et l'avais aimé. Cette fois j'ai vu plus de défauts qui tiennent pour beaucoup.

Voir tous les articles de Roman Polyarush

4 commentaires à Le blues de Christian Eckert, député socialiste "normal"

Roman Polyarush

Personnellement, si des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 16 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Sara Gordon

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Rio Ferdinand

Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 11 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Victor Kirkland

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Commentez cet article

Nom *

Adresse de contact *

Site web

Commentaire :