Equipe Nationale : Augustin Senghor s'est encore perdu !

International
  • Article ajouté il y a 17 octobre 2012
  • Author: Ali Baba

Le conflit qui oppose Israéliens et Palestinien est au coeur des crises qui secouent le Proche et le Moyen Orient. Considéré comme central par les diplomates.

Nous allons quitter malheureusement 2012, sans avoir un sélectionneur national de foot après plus de 2 mois de tergiversations. L’Amateurisme est aujourd’hui à son apogée, à la Fédération Sénégalaise De Football « Tay la Walo Gueneu Aay ». La faute à qui ? cherchez du côté de la VDN, peut-être vous allez trouver. Les leçons du passé n’ont apparemment pas servi à grand-chose. Diantre !

Me Augustin Senghor croit peut être que l’Equipe Nationale est une entreprise privée voire une société publique où les appels d’offres sont recommandés pour la bonne gouvernance. Ce qui expliquerait sans doute, la manière dont il voit et entreprend les choses. On ne peut comprendre qu’au 21è siècle, pour seulement choisir un sélectionneur de foot d’un pays qui n’a absolument rien gagné jusque-là, il faut un inventaire d’étapes  préalables parmi lesquelles : « un appel d’offres, un appel à manifestation d’intérêt, un dépôt de cv, un lobbying intense, une short-liste, l’avis du ministre et des entretiens ou auditions avec les 5 candidats pré listés » pour pouvoir enfin, enfin choisir le meilleur des profils. Quelle audace !

Avec plus de 60 postulants selon la presse, dont la quasi-totalité des coachs sont européens, Il ne faut pas chercher midi à quatorze heures pour savoir à qui on a affaire et faire le bon choix. Choisir un bon entraineur pour notre équipe, ne relève pas du génie et  ne devrait pas nous faire perdre du temps. On en perd énormément figurez-vous. Si on avait ce coach en ce mois de Décembre, on aurait pu aborder Janvier en toute quiétude avec une rencontre amicale, en ligne de mire (Cf Date Fifa- contre le Chili). Senghor quant’ à  lui soutient mordicus à la radio que pour ne plus commettre les erreurs du passé, il préfère attendre jusqu’au 10 Janvier pour prendre la décision qui sied, après avoir « auditionné » les candidats retenus. C’est la énième fois donc qu’il fasse du Wax Waxeet, rappelez-vous l’après Amara, il nous avait donné rendez-vous aussitôt après la débâcle de Bata, mais il aura fallu attendre plusieurs mois avec l’épisode Lechantre, pour déboucher au finish sur un certain Joseph Koto.

Sincèrement, je pense que les bons résultats d’une Equipe Nationale ne doivent pas exclusivement dépendre du sélectionneur ou des joueurs, il en est de même pour les fédéraux qui ont une responsabilité énorme. Dommage que cette fédération de foot dirige dans le désordre.

Le métier de président de la fédération requiert des notions managériales certes, mais pas des recrutements à la Coca Cola. Les critères de sélection ne doivent pas équivaloir à ceux d’une compagnie commerciale. Ce n’est point le Ministre Mbagnick Ndiaye qui dirige la FSF, mais Augustin Senghor himself.

Quel sélectionneur choisir ?

 

 

Pour le choix du coach, ce n’est pas aussi compliqué à mon avis tout le monde sait qu’ Alain Giresse est très bien placé parmi les 5 , même si j’aurai bien préféré un autre à sa place, il a du vécu sur le continent africain, reste francophone, et coute peu par rapport à Sven Goran Ericksson. Ce dernier ne pourrait jamais être payé sur le moyen terme par le Sunugaal, vu ses prétentions salariales considérables. J’aime bien le sérieux et la rigueur des allemands mais  j’ai eu des échos comme quoi  Volker Finke aurait régulièrement des problèmes de santé, à vérifier tout de même. Jacques Santini quant’ à lui ne peut pas se lever d’un seul coup et venir au Sénégal, l’Afrique demeure un continent complexe en général pour les novices, l’Homosénégalensis en particulier, il faut s’adapter d’abord. Le dernier qui est un sénégalais de souche à savoir Aliou Cissé ne devrait pas refuser un poste d’adjoint dans la mesure où il est encore jeune (36 berges seulement), il doit apprendre davantage et ne doit pas bousiller sa jeune carrière en tant que coach. Amara et Koto sont des exemples récents. Avec la hargne et le fighting-spirit qu’on lui connait, il ferait beaucoup de bien dans les vestiaires des stades brésiliens. Au mondial, inchala on aura plus que besoin de lui. Et en parlant de stade…où en sommes-nous

 

Quid du stade devant abriter la rencontre Sénégal – Angola ?

STADE ALINE S. DIATTA

 

Le Stade Demba Diop aurait été retenu pour cette rencontre à priori, il faut être timbré, pour croire que ce stade répond aux normes. Il faut aller au stade Demba Diop, pour se rendre compte de l’ampleur des fissures sur des poutres et les murs, il est très imprudent d’y organiser des matchs de foot voire des galas de lutte, les gradins ne tiennent plus.

J’ai été stupéfait de voir le Stade Lat Dior de Thiès dans un piteux état sans gazon ni lumières. Je reste persuadé que la lumière est un faux problème. On peut bel et bien jouer l’après-midi, le climat y est clément au mois de mars. Notre seul casse-tête reste la pelouse, d’autres parlent de vestiaires, et disent aussi qu’il est impossible de mettre du gazon naturel en moins de 6 mois, la presse s’est fait narguer là-dessus. Le Réal Madrid l’a fait en 3 jours, en changeant toute sa pelouse pour une somme de 500.000 €, environ 300 millions de FCFA, c’est vrai que c’est couteux et que le Real Madrid n’est pas le Sénégal, mais faut pas dire que c’est impossible à ce point. Et vaux mieux le faire une bonne fois, et ne pas faire appel au paysan du coin pour la pelouse, tout en sachant que d’autres échéances nous attendent. Ou bien, au pire des cas envisager de poser du synthétique dans ce stade. Je le préfère de loin à Demba Diop, même si on joue à l’extérieur en Mauritanie ou en Gambie contre les Angolais, on devrait néanmoins prévoir le match de Septembre. Il faut s’y mettre des maintenant.

 

Les autres disciplines sportives vont se plaindre auprès de Mbagnick Ndiaye mais il n’y a pas photo, le football apporte plus en termes de visibilité, en termes d’économie mais aussi c’est un régulateur social. Au Sénégal, cette discipline fait rêver des millions de personnes, on la pratique presque tous depuis le bas âge. Les lutteurs, athlètes, boxeurs, et autres ne peuvent pas remplir un Stade Léopold Senghor. Il ne faut pas se leurrer le sport au Sénégal c’est le foot, rien qu’une participation  à la coupe du monde, L’économie se porte mieux. Tout le monde y gagne. Désolé pour les Isabelle Sambou, Bineta Diédhiou, Balla Gaye et autres. C’est le foot avant tout. Et pire ils font beaucoup de bruits, on sait tout !

Tout en espérant que les mois qui se profilent à l’horizon, seront favorables au sport de notre pays à notre équipe nationale et à sa réussite, je  souhaite mes meilleurs vœux, à tous les Sénégalais.

 

Bonne et Heureuse année 2013.

Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

À propos de Roman Polyarush

Donc en ouverture pharaonique (écran gigantesque, des stars par douzaines, des spectateurs par milliers. De cette quatrième édition de Lumière. J'avais vu le film de Schatzberg il y a quelques mois et l'avais aimé. Cette fois j'ai vu plus de défauts qui tiennent pour beaucoup.

Voir tous les articles de Roman Polyarush

4 commentaires à Le blues de Christian Eckert, député socialiste "normal"

Roman Polyarush

Personnellement, si des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 16 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Sara Gordon

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Rio Ferdinand

Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 11 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Victor Kirkland

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Commentez cet article

Nom *

Adresse de contact *

Site web

Commentaire :