Sénégal - Cote d’Ivoire : Un exploit est bien possible.

International
  • Article ajouté il y a 17 octobre 2012
  • Author: Ali Baba

Le conflit qui oppose Israéliens et Palestinien est au coeur des crises qui secouent le Proche et le Moyen Orient. Considéré comme central par les diplomates.


« J’ai tout le temps plaidé pour l’expertise locale, mais il faut reconnaître que nos entraîneurs ne sont pas à la hauteur. Ils ne prennent jamais leurs responsabilités et ne font que tâtonner » Abdoulaye Diagne Faye : L’Observateur du 05/10/2012

 

A quelques jours du Derby Ouest-africain, l’heure est aux derniers réglages. Quid du Sénégal ou de la Cote d’Ivoire va regarder la Can à la télé ?

Aujourd’hui il ne faut pas que Joseph Koto fasse la même erreur de coaching lors du match précèdent.  Le foot se joue sur le pré certes, mais l’implication du sélectionneur est d’une importance capitale. Il faudra oublier le match-aller, et tout refaire. Tout refaire ne veut forcément pas dire, tout effacer. Il y’a eu de bonnes choses mais aussi de mauvaises. Le coté négatif de la phase aller, on le sait tous, c’est la fébrilité de notre défense handicapée surtout par la sortie de Kouyaté et le forfait de Ludovic Sané, le jour du match, mais également par les choix tactiques incompréhensibles de Monsieur Koto en seconde période.

Gagner par deux buts d’écart mes amis, n’est pas impossible, loin de là.

La pression devrait être du côté des éléphants de la Cote d’ivoire avec le bouillant public du Stade L.S.SENGHOR, le show est assuré.

 

Gare à Koto !

Il faudra se ressaisir et se comporter comme de vrais « Gaindés », Surtout que ce match va déterminer l’avenir du sélectionneur national, de son adjoint mais aussi, faut pas l’oublier de Monsieur Augustin Senghor le Président de la FSF (il n’est pas exempt de reproches, ce gars-là).

Une déroute mettra certainement fin, à leur compagnonnage. Ils ont intérêt donc à s’y mettre avant que l’irréparable ne se produise. Des regrets après le match, On n’en veut pas, tout simplement ! Il va falloir assumer quoiqu’il advienne. Si on sait que l’après-Amara a été mal géré, et que Koto qui devait être l’adjoint de Pierre Lechantre, ne remplissait même pas les critères fixés bien avant par la FSF pour postuler. D’ailleurs ce sont les entraineurs locaux qui ont hésité à postuler, sur les 50 entraineurs candidats au poste, il n’y avait pas d’entraineur local, ces derniers n’ont jamais fait leurs preuves hors de notre piètre et nullissime championnat, et souvent ont été virés pour incompétence. Notre ligue de Football n’est point une référence. Pourquoi l’équipe nationale A  ou l’équipe olympique ne sont composées que d’expatriés, qui évoluent en Europe, c’est parce que, les joueurs locaux n’ont visiblement pas le niveau. Il en est de même pour les sélectionneurs, je suis désolé mais c’est la triste réalité. Il faut que Joseph Koto nous prouve qu’il ne fait pas partie du lot. C’est un sacerdoce !

 

 

Au Sénégal, les gens connaissent très bien le foot, c’est pourquoi leurs avis priment sur tout, il faudra écouter tout le monde et prendre sa décision, seul.

Il faut dire à Mayacine Mar  (le Directeur Technique National) qu’on  n’appelle pas au téléphone le sélectionneur national en plein match (Koto a lui-même avoué que lors du match aller c’est Mayacine qui l’appelait). Mayacine Mar a été viré récemment après la débâcle de Bata, ce n’est donc pas un modèle, je ne sais pas comment il a fait pour se retrouver DTN après la CAN. C’est étrange !

 

Bref, quant’ aux choix  des hommes le Jour-J, Seul Koto a le dernier mot, le seul habilité à composer l’équipe qui devra faire face aux Ivoiriens. Mais à mon humble avis, il est impensable de se passer aujourd’hui des services de Demba Ba, mais aussi de Pape Ndiaye Souaré qui sont en pleine bourre actuellement. Pour le dernier nommé, l’associer  avec Cheikh Mbengue (qui tient plus défensivement que lui, mais moins offensivement) sur le même couloir peut s’avérer fructueux. C’est du gâchis certes de mettre 2 latéraux sur une même ligne, mais les deux sont complémentaires, ils peuvent permuter même au cours du match. En ce qui concerne le milieu, la configuration de l’équipe ivoirienne va surement connaitre des changements avec l’absence de Salomon Kalou et de Kader Keita (ils étaient tous les 2 titulaires) mais aussi de l’arrivée de Cheikh Tioté qui était sur le banc apparemment blessé, à l’aller. Ce qui va inciter Yaya Touré à être plus offensif  là où il se montre le plus souvent dangereux, Mohamed Diamé et Gana Gueye auront du boulot. Ricardo Faty fera du bien en cas de changement.

Le seul danger pour notre défense, c’est Gervinho, même si Drogba et Aruna Koné ont de beaux restes. Gervinho, le neutraliser c’est se débarrasser en partie d’une lourde charge. C’est le Danger Numéro 1.Donc c’est impertinent de mettre une nouvelle défense c’est à nos risques et périls, il faut reconduire le même duo Kouyaté-Gueye, Ajoutons juste Lamine Sané à droite et le tour est joué.

Par rapport à notre attaque les deux Demba peuvent être tranquilles, la défense ivoirienne n’est pas terrible, avec les « xélli » (centres) de Pape Souaré comme disait un ami,  ils seront bien gâtés.

Souaré ! on raffole de tes centres millimétrés.

La seule équation qui reste  à résoudre c’est Sadio Mané, Un gamin doit grandir, il ne faut pas qu’il confonde vitesse et précipitation. C’est le match de sa carrière. S’il ne convainc pas en première période, Koto devrait faire appel à Moussa Sow ou Dame Ndoye pour le remplacer, les 2 premiers jokers sur la liste, pas de  Touré  à la va-vite comme à l’aller SVP, l’expérience prime sur tout. Issiar Dia va nous manquer, c’est clair.

 

Pour clore, je dis juste à tous les supporteurs férus du ballon rond de ne pas être pessimistes, et d’aller tous au Stade. En football tout peut arriver, ce ne sera pas facile mais on peut gagner ce match là avec l’aide de Dieu. Au cas non échéant, on va se marrer certainement après le match quand Niokhobaye va insulter à nouveau la FSF et ses amateurs. Mdr….

 

Il faut envoyer la bande de Didier Drogba , Kolo Touré et autres à la retraite une bonne fois.

 On peut le faire.

 

Ma composition :

 

 

 

 

Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

À propos de Roman Polyarush

Donc en ouverture pharaonique (écran gigantesque, des stars par douzaines, des spectateurs par milliers. De cette quatrième édition de Lumière. J'avais vu le film de Schatzberg il y a quelques mois et l'avais aimé. Cette fois j'ai vu plus de défauts qui tiennent pour beaucoup.

Voir tous les articles de Roman Polyarush

4 commentaires à Le blues de Christian Eckert, député socialiste "normal"

Roman Polyarush

Personnellement, si des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 16 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Sara Gordon

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Rio Ferdinand

Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 11 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Victor Kirkland

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Commentez cet article

Nom *

Adresse de contact *

Site web

Commentaire :