Comment lever des fonds pour démarrer son entreprise sans dépenser un centime.

Blogs
  • Article ajouté le : 30 Mercredi, 2013 à 08h38
  • Author: Aminata Diop

Le conflit qui oppose Israéliens et Palestinien est au coeur des crises qui secouent le Proche et le Moyen Orient. Considéré comme central par les diplomates.

Vous avez une nouvelle idée pour commencer une entreprise lucrative, une initiative qui changerai le monde? Vous avez un business plan, des gens prêts à travailler, et tout ce dont vous avez besoin, c'est des fonds pour y arriver? Aujourd’hui, avec un peu de dévouement et d’organisation, vous pourrez collecter les fonds dont vous avez besoin pour démarrer votre business sans dépenser un centime ; sois en visitant des « groupes de financement» ou en rédigeant des lettres de parrainage à des organisations et des entreprises qui trouveraient intérêt à travailler avec vous.

Un « groupe de financement » est une plate-forme sur le net où vous présentez votre idée à des visiteurs intéressés par des projets prometteurs. Deux importants groupes de financement sur le Web peuvent vous aider à atteindre votre objectif:

1.      Kickstarter: une plate-forme de financement pour des projets créatifs. Si vous êtes un musicien, écrivain, peintre, ou tout ce qui touche au domaine de l'esthétique, ce site peut vous permettre d’amasser  des fonds nécessaires pour la réalisation de votre projet. Dans un site comme Kickstarter, vous devrez parler de votre projet de façon succincte et claire afin d’obtenir un soutien financier. Vous devrez dire de combien vous avez besoin, quels sont les résultats attendus, et enfin rendre public votre profil sur Kickstarter et en parler à vos amis et a tous ceux qui pourraient être intéressés par votre initiative (organisations, sponsors éventuels, etc.) Le seul hic avec Kickstarter est que chaque projet que vous créerez vous permettra soit de gagner tout l’argent promis par vos supporters ou de tout perdre.  En effet, si vous êtes en mesure de réunir l'argent avant le délai fixé (que vous choisissez), alors vous obtiendrez quelque chose comme 95% des fonds que vous avez soulevés, sinon vous perdez tout l'argent qui est retourné aux gens qui voulaient vous financer. C’est-à-dire, si vous dites que vous aurez besoin de $1000 avant le 15 Juillet, et que d’ici là vous n’êtes arrivé qu’à $957, vous perdez tout. Il s’agit surement d’une stratégie pour que les gens se donnent des objectifs réalistes. Vous pouvez visiter Kickstarter ici.

 

2.      IndieGoGo: une plate-forme similaire à Kickstarter sauf qu’elle est accessible à tous et partout dans le monde et il n'y a pas de condition du type « tout ou rien » lorsque vous démarrez la collecte de fonds. Autrement dit, l'argent que vous collectez est l'argent que vous obtiendrez. Visitez IndieGoGo en cliquant par ici.

Vous pouvez également  vous associer à des organisations, individus ou entreprises qui pourraient être intéressées par le financement de votre projet, sans autre frais que de faire la publicité de ce qu'ils font/représentent. Dans ce cas, vous aurez besoin d’une lettre de parrainage convaincante et pertinente :

1.      Ne jamais tourner autour du pot lorsque vous essayez de convaincre quelqu'un de vous financer ;

2.      Abordez immédiatement l'importance de leur travail vis-à-vis de leur clientèle, voire du monde ;

3.      Faites le lien avec votre idée d'entreprise/initiative ;

4.      Expliquez pourquoi un partenariat avec vous est rentable à court terme ou à long terme.

Comme toujours et avec plaisir, nous sommes à votre disposition pour vous aider à réaliser vos projets futurs! Envoyez-nous des questions concernant les lettres de parrainage, le développement de votre idée en un business plan, les moyens de mener une campagne de collecte de fonds réussie,  écrivez-nous à l’adresse suivante : [email protected]

Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

À propos de Roman Polyarush

Donc en ouverture pharaonique (écran gigantesque, des stars par douzaines, des spectateurs par milliers. De cette quatrième édition de Lumière. J'avais vu le film de Schatzberg il y a quelques mois et l'avais aimé. Cette fois j'ai vu plus de défauts qui tiennent pour beaucoup.

Voir tous les articles de Roman Polyarush

4 commentaires à Le blues de Christian Eckert, député socialiste "normal"

Roman Polyarush

Personnellement, si des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 16 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Sara Gordon

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Rio Ferdinand

Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 11 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Victor Kirkland

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Commentez cet article

Nom *

Adresse de contact *

Site web

Commentaire :