DÉVELOPPONS LE TOURISME MADE IN SÉNÉGAL!

International

Le conflit qui oppose Israéliens et Palestinien est au coeur des crises qui secouent le Proche et le Moyen Orient. Considéré comme central par les diplomates.

LE TOURISME AU SENEGAL

\r\n\r\n

Je souhaite tout d’abords éclaircir un certain nombre de points :

\r\n\r\n

- Je ne parle pas du tourisme sexuel et prédateur d’enfants ici en Afrique.

\r\n\r\n

- Je ne parle pas des lieux de débauches et de consommation de drogues.

\r\n\r\n

Mon propos est plus un souhait à matérialiser, une orientation à suivre…

\r\n\r\n

Premièrement, la CIBLE :

\r\n\r\n

-Les salariés Sénégalais ont un salaire moyen de 131.000 F CFA (source ANSD 2016) avec de fortes disparités, l’on serait étonné de voir comment leurs dépenses sont répartis dans le panier des besoins (nourriture, loyer, énergie, transport, communication, habillement, cérémonies…).

\r\n\r\n

- Le constat est que les priorités ne prennent pas en compte le Tourisme orienté vers cette classe de sénégalais qui ne demande qu’un repos bien mérité de temps à autre.

\r\n\r\n

- On pourrait leur faire des plans épargne avec agences touristiques, banques et employeurs pour bénéficier d’offres adaptés dans des sites de visites et de détentes-loisirs, le programmer dans l’année ne serait pas une peine perdue car seuls les frais à supporter comptent pour l’essentiel et les services offerts suivent.

\r\n\r\n

- Une telle adaptation permettra de capter une bonne partie de la masse salarial sénégalaise qui pèse  560.8 milliards de CFA distribués à 119.952 agents et familles en 2016 !

\r\n\r\n

- La diaspora sénégalaise qui envoi plus de l’équivalent de 1/3 du budget national du Sénégal a aussi un fort potentiel à exploiter en termes d’offres touristiques adaptées à son besoin (loisirs, sport, découvertes de sites historiques…).

\r\n\r\n

- Enfin pour faire bonne mesure, tous les membres du gouvernements et agences de l’état doivent passer au moins une fois leurs vacances dans un site touristique du Sénégal à commencer par le Président de la république.

\r\n\r\n

Deuxièmement les MOYENS :

\r\n\r\n

Investir dans le Tourisme n’est pas une mince affaire, cela demande de faire des plans annuels, des stratégies marketing, de la construction, des acquisitions et des aménagements… en impliquant les territoires et divers intervenant on pourrait imaginer le rôle de chaque acteur :

\r\n\r\n

- Les collectivités locales peuvent élaborer des «  plans touristiques communaux » avec investissement dans des sites, parcours et activités touristiques faisant intervenir les privés, les particuliers, l’Etat et les partenaires de la coopération bilatérale.

\r\n\r\n

- L’état interviendrait à un niveau Nationale pour le « plan touristique National » La Diaspora sera impliquée de par sa puissance financière et son potentiel touristique et en termes de partenariat qu’elle pourra mobiliser.

\r\n\r\n

- Les compagnies logistiques (air, terre, mer, rails…) seront intéressées comme bénéficiaires, partenaires et investisseurs au même titre que l’artisanat et d’autres secteurs connexes…

\r\n\r\n

Troisièmement la POLITIQUE :

\r\n\r\n

La politique est située à plusieurs niveau allant de l’état vers les territoires et collectivités locales mais nécessitent certains préalables :

\r\n\r\n

-Exemption d’impôts sur le secteur pour les dix années à venir

\r\n\r\n

- Taxation du Tourisme Occidental côté transport aérien et visa entrée payant au Sénégal afin de créer le fond national du Tourisme et de l’environnement.

\r\n\r\n

- Erection du plan National d’investissement dans le secteur Touristique allant des communes, régions, aux villes avec un organe chargés de la recherche de fonds annexes (partenaires, privés, particuliers, assurances, banques…) faisant intervenir des finances propres, des banques et partenaires au développement.

\r\n\r\n

- Formations aux métiers du tourisme vert et du business touristique avec des bourses de soutien.

\r\n\r\n

- Organiser un « salon touristique annuel de Dakar » afin de primer les meilleurs sites qui respectent la charte touristique et l’environnement tout en incluant la population impactée dans la production de richesses.

\r\n\r\n

- Organiser « un salon international du tourisme » afin de se mesurer à ce qui se fait ailleurs en Afrique pour apprendre et mieux vendre la destination Sénégal.

\r\n\r\n

Je conclurais en disant qu’avec une bonne politique, des moyens et une cible : TOUT EST POSSIBLE !

\r\n\r\n

 

\r\n
Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

À propos de Roman Polyarush

Donc en ouverture pharaonique (écran gigantesque, des stars par douzaines, des spectateurs par milliers. De cette quatrième édition de Lumière. J'avais vu le film de Schatzberg il y a quelques mois et l'avais aimé. Cette fois j'ai vu plus de défauts qui tiennent pour beaucoup.

Voir tous les articles de Roman Polyarush

4 commentaires à Le blues de Christian Eckert, député socialiste "normal"

Roman Polyarush

Personnellement, si des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 16 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Sara Gordon

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Rio Ferdinand

Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 11 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Victor Kirkland

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Commentez cet article

Nom *

Adresse de contact *

Site web

Commentaire :