TRUMP, L\'AMERIQUE ET LES AFRICAINS

International

Le conflit qui oppose Israéliens et Palestinien est au coeur des crises qui secouent le Proche et le Moyen Orient. Considéré comme central par les diplomates.

TRUMP, L'AMERIQUE ET LES AFRICAINS

\r\n\r\n

Trump est l’homme le plus puissant de la planète avec son arsenal nucléaire, une puissante armée, des institutions solides et un nationalisme poussé à l’extrême.

\r\n\r\n

Tout cela a plu aux américains qui l’ont élu nonobstant les efforts d’Hilary Clinton engluée dans des scandales les uns plus gros que les autres !

\r\n\r\n

Après cela, il s’est employé à mettre en œuvre toutes ses promesses électorales dans la mesure du possible et des limites imposées par ses propres institutions, son propre camp et celui de l’opposition démocrate. Cela lui a valu maintes campagnes de dénigrements, désinformation, tentatives de procès et autres accusations en tout genre…mais le chantre de « America first » tient bon, et arrive contre toute attente à avoir une bonne cote de popularité et se présente comme un Homme de parole.

\r\n\r\n

C’est donc tout naturellement qu’il manifeste de l’antipathie aux états Africains dont une grande partie sont aux antipodes de la conception de la nation telle que imaginée par Trump.

\r\n\r\n

En effet les états de l’Afrique de l’OUEST par exemple, n’ont pas de monnaie, pas d’armées forte, ni d’institutions indépendantes, encore moins des dirigeants libres de leurs décisions. Les électeurs sont pour une majorité analphabète, trop jeune ou trop pauvre pour résister au système de vote corruptif ou alimentaire.

\r\n\r\n

Il en ressort le triste constat que n’importe qu’elle puissance étrangère puisse déstabiliser ces états dépourvus de frontières défendables afin de briguer les milles et unes ressources naturelles du continent. Cela va du traditionnel coup d’état par un pantin militaire factice, le renversement du régime par une marionnette et son parti tous financés et sortis de nulle part, la rébellion surarmée souvent créée de toute pièce et assistée jusqu’à la chute du régime en place, l’effondrement économique provoqué à coup d’embargo monétaire et la guerre civile qui va suivre, la CPI pour les dirigeants patriotiques et j’en passe…

\r\n\r\n

Trump est allé jusqu’à traiter ces états de pays de m..de et c’est peu de le dire vu le niveau de complicité des élites électrices, dirigeantes et pensantes à ce vaste système de prédation des puissances étrangères et de leurs valets et marionnettes Africaines au détriment de l’immense majorité de a population jeune qui continue à s’échouer dans l’atlantique, la drogue, la violence, la prostitution, l’alcool, le tabac et les jeux.

\r\n\r\n

Ce que Trump a oublier de dire c’est que les états unis se sont développés sur la violence extrême avec le meurtre barbare de plus de vingt millions d’Indiens, l’exploitation forcée et gratuite d’esclaves noirs importés d’Afrique après le massacre d’une bonne partie d’entre eux, le pillage systématique des territoires conquis et le régime d’apartheid imposé aux Indiens et aux Noirs après ces phases de massacres et d’exploitation.

\r\n\r\n

Tout comme en Afrique, ces Indiens et Noirs ont eu leur doses de collabos corrompus, une ghettoïsation poussée et des valeurs refuges teintées de tabagisme, alcoolisme, extrême violence, trafic de drogue, prostitution et exploitation des talents en musique, sport…pour les plus chanceux.

\r\n\r\n

Il en ressort de cette analyse, que les Européens venus s’enrichir aux USA comme en Afrique ont utilisé les mêmes méthodes de colonisation, massacre, corruption et exploitation qui ont conduit aux mêmes conséquences que noirs en Afrique, noirs et indiens en Amérique vivent de nos jours et ça, Trump semble l’ignorer royalement car la conscience des criminels est souvent en mode « off ».

\r\n\r\n

Quelques lueurs d’espoir sont cependant remarquables après l’élection d’Obama, la croissance spectaculaire de pays comme le Rwanda ou l’Ethiopie entre autres, pendant que d’autres ne se relèvent toujours pas des crimes et exploitation corruptive exercés sur eux comme les Indiens d’Amériques et les états d’Afrique de l’Ouest les uns parqués dans des réserves et les autres parqués dans l’enclos colonial du franc CFA des colonies d’Afrique.

\r\n\r\n

Les crimes et leurs conséquences perdurent pour ceux qui l’acceptent ainsi et l’espoir demeure pour ceux qui ont décidé de faire face et relever la tête.

\r\n\r\n

 

\r\n\r\n

 

\r\n\r\n

 

\r\n
Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

À propos de Roman Polyarush

Donc en ouverture pharaonique (écran gigantesque, des stars par douzaines, des spectateurs par milliers. De cette quatrième édition de Lumière. J'avais vu le film de Schatzberg il y a quelques mois et l'avais aimé. Cette fois j'ai vu plus de défauts qui tiennent pour beaucoup.

Voir tous les articles de Roman Polyarush

4 commentaires à Le blues de Christian Eckert, député socialiste "normal"

Roman Polyarush

Personnellement, si des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 16 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Sara Gordon

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Rio Ferdinand

Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 11 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Victor Kirkland

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Commentez cet article

Nom *

Adresse de contact *

Site web

Commentaire :