CERTES, TOUS LES CHEMINS MÈNENT A ''MAODO'', MAIS ON NE PEUT PARACHEVER LA TIDJANIYA ET REVIVIFIER L'ISLAM QUE PAR ''KHALIFA'' [UNE EXCLUSIVITÉ DE LA MISSION DU MAHDI (RETOUR DE JÉSUS FILS DE MARIE)]

Blogs

Le conflit qui oppose Israéliens et Palestinien est au coeur des crises qui secouent le Proche et le Moyen Orient. Considéré comme central par les diplomates.

En vérité les chartes de la Tidjania exigent au disciple (murîd), d’une part, un amour (‘’thioféle’’) sans réserve pour tous les chefs spirituels de sa généalogie spirituelle (silsila), et d’autre part, respect et sympathie pour tous les autres dignitaires de la Tarikha ; en effet, on ne peut pas avoir deux maîtres à la fois ; oui, l’amour ne souffre pas le partage (‘’thioféle bougoul khâdiô’’) ; ainsi, un disciple (talibé) doit aimer son maître plus que tout autre personne - fusse- elle Saint présumé ou son propre père, sa mère, etc. ; il doit en être ainsi, car les ‘’Hommes de Dieu’’ sont ‘’jaloux’’ (possessifs), à l’instar de Dieu ; c’est ainsi que Serigne Babacar SY disait de façon parabolique : « Je ne complète pas le remplissage d’un canari, car une fois rempli, le propriétaire ne saura pas qui remercier véritablement ; il peut méconnaître celui qui a fait l’essentiel et manquer de lui en être reconnaissant, comme il se devait » ; et d’ajouter : « et si je remplis un canari et que le propriétaire ne le reconnaît pas, je le fracasse d’un coup de pied ». Tout cela pour illustrer l’importance de la fidélité d’un disciple envers son guide spirituel et ses supérieurs jusqu’à Cheikh et au Prophète (psl) ; oui, la relation spirituelle doit être ascendante et non transversale ; ainsi, pour illustrer mes propos, tout tidjane doit savoir qu’on ne peut pas avoir dans sa généalogie spirituelle (silsila), Serigne Babacar SY et Serigne Abdou Aziz Dabagh, en même temps ; on ne peut être que le disciple (talibé) de l’un et un sympathisant (sopé) de l’autre ; et tous  se retrouvent au niveau de Cheikh Seydi El Hadj Malick SY - même ceux qui se réclament de Cheikh El Hadj Oumar Foutiyou TALL, par l’entremise de Serigne Thierno Seydou Nourou TALL qui était incontestablement un disciple de Maodo. Tout ceci est bon à savoir, car la non-prise en compte entraîne forcément une régression spirituelle  qui peut se manifester par une baisse de sa motivation (‘’paspass‘’) et de sa pratique religieuse (négligence du wird et des recommandations de la Charia, d’une manière générale) - Une véritable catastrophe ! Que Dieu nous en préserve !

Au demeurant, tout disciple doit s’auto-évaluer et évaluer aussi son maître ; et s’il n’a plus confiance  pour des raisons valables (évidentes), il peut (ou doit) rompre cette alliance, pour la cause de Dieu, et chercher un autre guide, mais en n’étant mu que pour la recherche de l’agrément d’Allah (‘’ngeuremou yalla’’) – bien entendu, après s’être entouré de toutes les garanties, car rompre un pacte avec son maître, sans raisons valables, est une faute très grave qui peut compromettre définitivement la carrière spirituelle d’un disciple (talibé). Et Dieu sait qu’il n’est pas facile de juger un ‘’Homme de Dieu’’, du fait de la science ésotérique (aqipa) dont il est doté, et qui fait qu’il peut parfois ‘’transgresser’’ la Charia, avec la permission de son Seigneur [Voir le récit de Moïse et Khadir (Cor. 18 :60-82 – al-kahf)].

En vérité, seul un guide spirituel agréé (‘’serigne bou mat serigne’’), et donc doué d’une expertise de guidance, peut éduquer (‘’tarbiya’’) et guider un talibé sur la voie de Dieu.  Ainsi, les ‘’mouqadams’’ qui ne sont que des mandataires et n’ont pas de pouvoir de guidance ne doivent pas avoir de disciples – tant qu’ils n’ont pas atteint, au moins, la station d’’’âme apaisée’’ (‘’nafsun muthma’ina’’) ; en vérité, un ‘’mouqadam’’ n’est qu’un intermédiaire entre certains disciples et le maître – pour des tâches bien définies (donner le wird, supervision de dahira, responsable de zawiya, intendance, porte-parole, etc.) ; et c’est dire qu’il peut être destitué à tout moment par son maître, pour faute lourde ou manquements graves ; et d’ailleurs, dès qu’il dévie de la mission qui lui a été assignée, le ‘’mouqadam’’ s’auto disqualifie, au plan ésotérique (bâtin), et se place sur une trajectoire de régression spirituelle pouvant aller jusqu’à la ‘’rupture spirituelle’’ (‘’dog thi tarikha bi’’). Oui, un ‘’mouqadam’’ qui s’arroge, de lui-même, le droit de diriger des talibés va irrémédiablement s’égarer et aussi égarer ceux qui le suivent. Actuellement, c’est là un des problèmes essentiels de la tarikha ; des guides spirituels qui n’ont pas une immunité contre Satan (et donc pas d’expertise de guidance) et des mouqadams qui n’ont pas l’agrément (autorisation valide) d’un véritable guide (khalife de Cheikh Ahmad TIDJANI Chérif) ; le titre de guide (serigne) se transmet de père en fils - c’est devenu la règle ; et les gens trouvent tout cela normal ; c’est tout cela qui fait qu’il y’a, certes, beaucoup de tidjanes, mais peu de véritables ’’talibés cheikh’’. Il est donc grand temps de revenir à l’orthodoxie pour parachever la Tidjaniya. Que Dieu fasse donc que nous soyons tous de véritables ‘’talibés cheikh’’ - et donc l’image véritable de nos maîtres (‘’mouqadamou mélo’’). Oui, que Dieu fasse donc que nous soyons de véritables disciples de Cheikh El Hadj Malick SY - dans la Tarikha Tidjane et pour l’éternité !!!

En vérité, en dépit de sa vaste érudition et de ses dons mystiques avérés, Cheikh Seydi El Hadj Malick SY (Maodo)  avait choisi d’être disciple de Cheikh Ahmad TIDJANI Chérif et souhaité de mourir et d’être ressuscité en tant que tel ; il (Maodo) n’a jamais envisagé son ascension en dehors de la Tidjaniya ; dès lors, il n’était qu’un maillon d’une longue chaîne  (généalogie) spirituelle (silsila) et ne pouvait que jouer la partition qui lui était assignée ; bref, il n’était qu’un disciple et serviteur qu’Allah avait comblé de bienfaits, en lui conférant le statut de ‘’khalife de Cheikh’’ et donc de pôle (khutb) détenant une ‘’autorisation spéciale’’ (idznu’l khass) pour appeler les hommes sur le chemin d’Allah. Et en vérité, en souscrivant à la Tidjaniya, Cheikh Seydi El Hadj Malick SY (Maodo) avait accrédité son vénéré maître, Cheikh Ahmad TIDJANI Chérif (1737-1815) qui s’était proclamé solennellement comme le « Sceau des Saints » (al khatima’l wilâyah) et annoncé que le Mahdi attendu à la fin des temps sera son disciple ; il s’était donc engagé, et en connaissance de cause, dans une perspective christique ; en effet, le titre de ‘’Sceau des Saints’’ (al khatma’l wilâya) dont se réclame Cheikh n’est rien d’autre que le titre porté par Jésus fils de Marie, lors de sa seconde  venue à la ‘’fin des temps’’ (akhirou zamân) ; et ceci a un fondement coranique indiscutable [(Cor. 43 : 57-62 - L’Ornement - Az-Zukhruf) ; (Cor. 2 : 253 – La Vache – Al-Baqarah)] ; dès lors, Cheikh Seydi El Hadj Malick SY (Maodo)  ne pouvait être qu’un précurseur du Mahdi, en conformité aussi avec la prédiction  de son maître Cheikh El Hadj Oumar Foutiyou TALL  qui avait déclaré qu’il ‘’reviendra’’ (virtuellement) en Mahdi, continuer autrement (idéologiquement) la guerre sainte qu’il avait commencée avec les armes’’. Et donc, du fait de cette perspective intangible, Cheikh Seydi El Hadj Malick SY ne pouvait être qu’un moyen (wassila) ; et donc, certes une étape décisive, mais pas une finalité, si on place sa mission dans celle de Cheikh Ahmad TIDJANI Chérif qui est partie intégrante de celle du Prophète (PSL). Oui, Cheikh Seydi El Hadj Malick SY était un précurseur de la mission dont Serigne Babacar SY était le maître d’œuvre et dont le ‘’gamou de Ndar’’ n’était que la rampe de lancement ; « Je ne vous envoie pas à un gamou, mais à une mission » avait solennellement précisé à Son Éminence Serigne El Hadj Madior CISSE.  Et il ne pouvait s’agir que de la mission du Mahdi, chargée de parachever  celle de tous les ‘’Hommes de Dieu’’ (vivificateurs de l’Islam) – toutes obédiences confondues, car, en vérité, personne ne peut justifier une mission dans l’Islam, après le rappel à Dieu du Prophète (PSL), en dehors de la mission du Mahdi (Retour de Jésus) - Une vérité certaine !!!

Et au vu de tout cela, il est nécessaire de relire la vie et l’œuvre de Cheikh Seydi El Hadj Malick SY et de Serigne Babacar SY dans cette perspective christique, afin d’introduire toutes les ruptures et aménagements qui s’imposent. Oui, à l’heure actuelle, on ne peut revivifier la religion que par le Vénéré et immortel khalife, Serigne Babacar – par le biais du Mahdi dont il est l’incontournable maître d’oeuvre ; et c’est là la voie obligée pour sauver ce monde en perdition !!!

https://docs.google.com/document/d/1OPytJETg8J6dmRpw8WTfEiHMKVtAt7sYEToKDTNnZmo/edit?usp=sharing

 

DOCTEUR MOUHAMADOU BAMBA NDIAYE

Rétro confirmateur (Consolateur) du Mahdi, Son Éminence Serigne El Hadj Madior CISSE, fils spirituel de Serigne Babacar SY, khalife de Cheikh Ahmad TIDJANI Chérif – le « Sceau des Saints » (al khatimal wilayah) et ‘’Christ de la Parousie’’ (Jésus fils de Marie revenu). (1) à (12)

http://sites.google.com/site/missionmahdi/

http://sites.google.com/site/universitevirtuellelasagesse/  


 

(1) A quel Mahdi ou Pôle (khoutb) se fier ? Un inéluctable ‘’Tsunami religieux’’ (‘’Chaos salvateur’’ en perspective !!! https://docs.google.com/document/d/1q108QjPr9k1K6plGrHAENXypLCXsWSv3OTSbRspFJlI/edit?usp=sharing

(2) Du sabre à la plume, en passant par le chapelet - Un seul et même combat !!! Oui, une riposte appropriée à chaque époque !!! https://docs.google.com/document/d/1CEV3ymxVD4LGgnIwh5wsw2CtQ1plIHTSODdBYaVURUI/edit?usp=sharing  

(3) Le Wird Tidjane, la panacée de la ‘’fin des temps’’ (akhirou zamân) !!! [Mission de rétro confirmation du Mahdi (Retour de Jésus fils de Marie)]. https://docs.google.com/document/d/1bVQU9HSPkQCPUF9UINtZwaEOluBrmzccaEM-XZxT-x4/edit?usp=sharing

(4) [Vidéo (en Wolof) 12 min] Dévoilement de Cheikh Ahmad Tidjani Chérif, comme le ''Christ de la Parousie'' (Jésus fils de marie revenu). http://youtu.be/gezPciPbIM0

(5) [Vidéo (en Wolof)] Le khalifat tidjaniya (Révélations fatales). Par Serigne El Hadj Madior CISSE. http://youtu.be/sn93FQxVjEA

(6) [Vidéo (en Wolof)] Les raisons de la crise de la Tidjaniya ! Par Serigne Madior CISSE. http://youtu.be/OQYf5oGBVr8

(7) [Vidéo (en Wolof)] Les étapes de l’évolution spirituelle (1ère partie). Par Serigne Madior CISSE. http://youtu.be/AZwmIXBlVIY

(8) [Vidéo (en Wolof)] Les étapes de l’évolution spirituelle (2ème partie) [Recadrage des ‘’mouqadams’’]. Par Serigne Madior CISSE. http://youtu.be/QlTs82L9PHs

(9) [Vidéo (en Wolof)] Les étapes de l’évolution spirituelle (3ème partie) [A quel guide se fier ?]. Par Serigne Madior CISSE. http://youtu.be/AzxAWNfVTfM

(10) [Vidéo (en Wolof)] Les étapes de l’évolution spirituelle (4ème partie) [Profil du vrai guide]. Par Serigne Madior CISSE. http://youtu.be/WiglaMgxkgM

(11) [Vidéo (en Wolof)] L'essentiel sur le soufisme (Tariqa). Par Serigne Madior CISSE. http://youtu.be/p4ldnNyVrBE

(12) [Vidéo (en Wolof)] A quel guide spirituel se fier ? Par Serigne Madior CISSE. http://youtu.be/UqTfnfR6eFo

 
Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

À propos de Roman Polyarush

Donc en ouverture pharaonique (écran gigantesque, des stars par douzaines, des spectateurs par milliers. De cette quatrième édition de Lumière. J'avais vu le film de Schatzberg il y a quelques mois et l'avais aimé. Cette fois j'ai vu plus de défauts qui tiennent pour beaucoup.

Voir tous les articles de Roman Polyarush

4 commentaires à Le blues de Christian Eckert, député socialiste "normal"

Roman Polyarush

Personnellement, si des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 16 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Sara Gordon

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Rio Ferdinand

Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 11 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Victor Kirkland

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Commentez cet article

Nom *

Adresse de contact *

Site web

Commentaire :