Etat de Droit ou Dictature Rampante ?

Blogs

Etat de Droit ou Dictature Rampante ?

L’arrestation et la garde en vue du patron de presse Sidi Lamine Niasse pour offense au chef de l’état est une grave entorse aux droits et libertés individuelles garantit par la constitution du Sénégal.

L’Article 8 de la constitution de la république du Sénégal stipule :

«La République du Sénégal garantit à tous les citoyens les libertés individuelles fondamentales, les droits économiques et sociaux ainsi que les droits collectifs. Ces libertés et droits sont notamment :

Les libertés civiles et politiques : liberté d’opinion, liberté d’expression, liberté de la presse, liberté d’association, liberté de réunion, liberté de déplacement, liberté de manifestation… »

Sidi Lamine Niasse n’a fait qu’exprime son point de vue sur l’enrichissement de l’actuel président de la république Macky Sall avec un patrimoine estime a des milliards en l’espace de 10 ans dans la fonction publique, cet enrichissement spectaculaire en l’espace de quelques années suscite bien des questions pour les esprits non partisans et soucieux de vérité.

L’enrichissement spectaculaire de Macky Sall en un temps record n’est point un secret de polichinelle et un sujet de prédilection dans beaucoup de chaumières. Comment l’actuel résident du palais de Roume a pu amasser  une fortune colossale en l’espace d’un temps record avec les différents fonctions étatiques qu’il a eu a occupé ?

Le peuple souverain sénégalais a un droit absolu de réponse de la part du principal concerné  sur l’origine de sa fortune colossale et si Mr Niasse se propose de nous édifier sur la fortune de Mr Macky Sall qu’on le laisse faire et apporter ses preuves s’il en a défaut du contraire que Dame justice sévit pour diffamation au chef de l’Etat.

Vouloir inculper Mr Niasse pour offense au chef de l’Etat et déstabilisation du pouvoir en place est un motif  bien ridicule si l’on sait que les tenants actuels du pouvoir ont eu à utiliser la chaine Walf  comme plateau pour  déverser leur bile et traiter de tous les noms d’oiseaux l’ancien président de la république Abdoulaye Wade sans être inquiétés ou inculpés.

«  Il ne saurait être question de réduire en silence le Groupe Walfadjri ainsi que la presse sénégalaise  pour le bien être de la démocratie sénégalaise «  ainsi parlait Mr Macky Sall en défendant Mr Niasse contre les assauts du régime précèdent.

Retour de l’ascenseur serait –on tenté de dire ! Mr Niasse n’a fait que dire à haute voix ce que tout le monde pense tout bas et a  voulu exercer  son droit élémentaire garantit par la constitution : la liberté d’expression et son droit de citoyen et droit de réponse quand a l’origine de la fortune colossale de Mr Sall.

Inculper   Mr Niasse et le priver de liberté et de son devoir absolu de pratiquer sa religion sous un motif très léger en cette période de fin d’année et l’arracher de sa famille est bien une piètre performance du régime actuel qui doit exercer plus de retenue et discernement  dans cette affaire.

Emprisonner Mr Niasse sous ce motif aussi léger est une grave entorse à la liberté d’opinion et d’expression et un recul de la démocratie sénégalaise et augure que le pouvoir en place est en train de sombrer dans les bas-fonds d’un régime répressif et dictatorial et le cas de Mr Niasse doit interpeller chaque sénégalais soucieux de la conservation de nos libertés individuelles garanties par la constitution ainsi que de la démocratie.

Etre silencieux devant une telle injustice serait synonyme de feu vert au pouvoir actuel de bâillonner et mettre au pas le quatrième pouvoir qu’est la presse et de renoncer à nos libertés individuelles et bientôt la question sera : à qui le tour sous l’autel d’un régime autoritaire ?

‘La seule censure valide des est le droit des personnes à ne pas écouter.’

                                                                                                T Smoothers

Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

Vous pouvez lire aussi

Commentez cet article

Pseudo *

Votre commentaire :

Pseudo *

Mon commentaire *