Arrestation arbitraire de Deesse major : pervers de tous genres, arrêtez d’épier l’entrejambe de nos femmes !

Blogs

Le conflit qui oppose Israéliens et Palestinien est au coeur des crises qui secouent le Proche et le Moyen Orient. Considéré comme central par les diplomates.

On raconte qu’un jour, durant le mois béni de Ramadan, le vénéré Elhadji Malick Sy traversait, avec un de ses disciples, une rivière. Ils tombèrent, tous les deux, sous le spectacle de femmes nues, insouciantes en train de se baigner. Le disciple et le Saint Homme virent, ensemble, cette scène de corps dénudés; le disciple s'empressa, aussitôt, de tourner la tête et récita « Astaghfiroullah » sept fois pour demander pardon à Allah, SWT. Mais grande fut sa surprise devant l’impassibilité du Vénéré El hadji Malick Sy qui traversa la rivière et quand bien même il avait vu la même chose que son disciple n’en fut point perturbé. Une fois loin du spectacle, le disciple dit au maitre : ah, cette fois, maitre, vous avez péché !
\r\nLe Saint Homme lui demanda en quoi il pensait qu’il avait pêché; vous avez vu, durant ce mois béni de ramadan de surcroit, des femmes nues et vous n’avez ni détourné la tête, ni demandé pardon à Dieu !
\r\nLe maitre sourit et lui dit avec calme : mais c’est toi le pêcheur, c’est toi qui a vu des femmes nues et qui a, surement, pensé à ce qu’il pouvait faire avec ces nudités, tu as, même si c’est en pensées ,commis un pêché; alors que moi, je n’ai vu que des simples créatures d’Allah, SWT !
\r\nTout est dans le regard et non dans la chose regardée.
\r\nNos sociétés doivent apprendre à vivre dans le temps présent et non à vouloir se voiler la face.
\r\nDans un monde interdépendant qui est entrain de devenir un village planétaire, nous n’avons aucune chance de continuer à garder nos identités si nous continuons à persécuter et à martyriser nos propres enfants; comme s’il ne suffisait pas, qu'en tant qu’adultes, nous soyons incapables de leur offrir un monde meilleur, nous devrions, encore, les emprisonner, les réprimer et les laisser mourir dans le désert du Sahara, les flots de l’atlantique de la Méditerranée ou dans le froid glacial d’une Europe au coeur asséché, sans lever le petit, sans ressentir un quelconque sentiment de culpabilité?
\r\nMe vint, en mémoire, une autre scène effroyable et terrifiante, d’une justice sans âmes, sans humanités, sans discernements.
\r\nEn 1999, le jeune Bouna Wade qui avait réussi, pour la troisième fois, à embarquer dans le train d‘atterrissage d’un avion et à survivre avait été expulsé par les autorités françaises et à sa décente d’avion à Dakar, un procureur de la république l’a fait cueillir et emprisonné pour un motif somme toute dérisoire au regard de la tragédie vécue par ce jeune garçon de 18 ans seulement. Avant la fin de l’année 1999, le jeune Bouna wade tentera, à nouveau, pour une quatrième fois, son coup du « je voyage dans le train ‘atterrissage d’un avion quand je veux ». Hélas, son corps broyé et sans vie sera découvert à l’aéroport d’Abidjan dans le train d’atterrissage d’un avion de la compagnie Air Afrique. Au délà de la tragédie de sa mort, c'est la defaillance de l'état dont il s'agit. cet état qui n'a pas sû et n'a pas voulu lui accorder assistance et protection, y compris, contre lui même.
\r\nJe ne veux, même pas, parler de l’injustice qui est faite à Deesse major, aujourd’hui, hier à la danseuse NDèye Guèye ou plus récemment à Karim Wade dont l’emprisonnement n’obéissait qu’aux intérêts politiques des pires ennemis de notre peuple.
\r\nSi la santé morale de notre société importait, vraiment, à ceux qui se sont rendus coupables de l’arrestation et de l’emprisonnement de Deesse major, alors pourquoi ne disent-ils rien devant le spectacle insoutenable d’une jeunesse sans emplois, sans emplois valorisants, décents, sans aucun espoir d’autre que celui de l’insignifiance sociale? Pourquoi sont-ils si muets devant l’hécatombe dont sont victimes nos enfants labas sur la route de « barsa ou de barzakh, barcelone ou l’enfer »? Pourquoi ferment-ils les yeux sur ceux qui viennent, avec leurs télévisions exposer sous nos yeux le spectacle de l’homosexualité?
\r\nEn fait, il faut du courage pour défendre la morale, il faut de la lucidité pour protéger les valeurs sociales les plus importantes et les plus significatives. 
\r\nMais ceux qui ont arrêté ou fait arreter Deesse Major n’ont pas seulement emprisonné une jeune qui se bat pour s’en sortir, pour ne pas crever de faim et rester un « mort social » de plus, ils ont démontré qu’ils n’ont ni coeur, ni compassion, ni crédibilité pour parler en notre nom, pour agir en notre nom.

\r\n\r\n

Mais en acceptant de suivre les plaignants qui represente la partie la plus réactionnaire de l'islam et de notre société, le Procureur sera, de mon point de vue, demain resposnable de toute violence quis serait faite contre quelque femme sénégalaise que ce soit, car en donnant foi à leurs plaintes illégitimes, il renforce les thèses terrosites les plsu ignobles en développement dans le monde.
\r\nEn tant que citoyen, je me désolidarise de l’état et de ses bras armés et je dis, sans ambages, « vous ne me représentez pas dans cette forfaiture et je ne vous y reconnais aucune légitimité ». 
\r\nDevant cette aberration, je dénonce, avec la dernière énergie, cette plainte abusive, déposée par des gens sans vertus et dont j’ai honte de devoir dire, eux et moi nous sommes tous …sénégalais.
\r\nFaire le mal pour produire un bien aléatoire, c’est puni par Allah, SWT, si ce n’est pas ici, ce sera là haut, vous rendrez compte au « Grand Juge » de tous les destins.
\r\nArrtez de ridiculiser notre pays.
\r\nLibérez Deesse Major, sans délais !

\r\n
Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

À propos de Roman Polyarush

Donc en ouverture pharaonique (écran gigantesque, des stars par douzaines, des spectateurs par milliers. De cette quatrième édition de Lumière. J'avais vu le film de Schatzberg il y a quelques mois et l'avais aimé. Cette fois j'ai vu plus de défauts qui tiennent pour beaucoup.

Voir tous les articles de Roman Polyarush

4 commentaires à Le blues de Christian Eckert, député socialiste "normal"

Roman Polyarush

Personnellement, si des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 16 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Sara Gordon

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Rio Ferdinand

Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 11 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Victor Kirkland

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Commentez cet article

Nom *

Adresse de contact *

Site web

Commentaire :