Civisme fiscal, oui mais …arrêtez de narguer l'école !

Blogs
  • Article ajouté le : 11 Mercredi, 2016 à 07h05
  • Author: Tamba Danfakha

Le conflit qui oppose Israéliens et Palestinien est au coeur des crises qui secouent le Proche et le Moyen Orient. Considéré comme central par les diplomates.

Un état qui a une monnaie dont il n’a pas le contrôle.
un état qui accepte que des étrangers, qui plus est des étrangers qui furent les bourreaux de son propre peuple, soient maitres de son économie.
Un état qui fait voter, en toute bonne conscience, une loi des finances fondée sur l’endettement massif, par des députés ignorants ou irresponsables.
Un état qui sabote l’éducation et la santé en abandonnant les acteurs de ces secteurs dans une détresse morale et existentielle insupportable.
Un état dont les fonctionnaires accordent plus d’intérêts aux étrangers qu’à leurs propres populations.
Un état qui ne vit que d’aumônes et de miettes quémandés auprès de ceux qui ne rêvent que de déchéance et de fragilités pour lui.
Un état qui ne créé pas les conditions pour que ses propres citoyens s’adonnent à des activités économiques rentables et profitables.
Un état qui ne pense qu’à arnaquer son propre peuple à travers des fonctionnaires corrompus et paresseux.
Un état qui, comme le Sénégal, est coupable de tous ces manquements, ne peut pas être crédible, ni pris au sérieux quand il parle de civisme fiscal.
Le civisme fiscal est, certes, nécessaire, mais il faudra que l’état, notre état se réajuste et accepte de devenir l’état de tous, de tous les sénégalais, un état qui respecte chacun et chacune.
Quand notre gouvernement et ceux qui y sont comprendront qu’ils sont au service des citoyens, quand l’état comprendra que les enseignants ou les étudiants n’ont pas à courir derrière leurs droits, à faire grève ou à manifester dans la rue pour cela, alors, assurément, le débat sur le civisme fiscal sera pertinent et urgent à poser.
En attendant, je m’offusque que les impôts et domaines choisissent l’école comme lieu de propagande alors que nous savons tous comment les services du Ministère des finances méprisent et négligent les enseignants et les enseignés dans notre pays.
Car, disons-le, il n’est pas normal que les bourses des étudiants ne soient pas payés à temps, que les enseignements ne démarrent pas à des dates normales, à l’heure où j’écris ces lignes des étudiants de l’Université Cheikh Anta Diop sont entrain de s’inscrire pour la rentrée 2015/2016 à cause d’un état défaillant.
Alors, avant de parler de civisme fiscal, l’état ferait mieux de balayer devant sa propre porte en empêchant ses propres fonctionnaires de continuer à se comporter comme des fonctionnaires coloniaux ou comme des bourreaux de notre peuple.
Le budget, tel qu’il est exécuté, dans notre pays, n’est pas au service des citoyens, mais de clans et de partisans. Je ne peux pas comprendre que l’état soit aux service d’un parti, que les juges, les forces de sécurité soient occupés à « casser » de l’opposant ou à réprimer des syndicalistes ou de jeunes apprenants dont la faute serait de ne pas être d’accord avec le prince du moment.
Commençons, donc, par respecter les droits de nos citoyens, avant de leur demander de remplir leurs devoirs citoyens.
 

Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

À propos de Roman Polyarush

Donc en ouverture pharaonique (écran gigantesque, des stars par douzaines, des spectateurs par milliers. De cette quatrième édition de Lumière. J'avais vu le film de Schatzberg il y a quelques mois et l'avais aimé. Cette fois j'ai vu plus de défauts qui tiennent pour beaucoup.

Voir tous les articles de Roman Polyarush

4 commentaires à Le blues de Christian Eckert, député socialiste "normal"

Roman Polyarush

Personnellement, si des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 16 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Sara Gordon

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Rio Ferdinand

Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 11 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Victor Kirkland

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Commentez cet article

Nom *

Adresse de contact *

Site web

Commentaire :