Comment financer votre projet sans argent?

Blogs

Le conflit qui oppose Israéliens et Palestinien est au coeur des crises qui secouent le Proche et le Moyen Orient. Considéré comme central par les diplomates.

Comment créer son entreprise sans argent ? (Première partie)

Dans un Sénégal où tout le monde prône l’auto emploi et l’entrepreneuriat comme solutions, je voudrais partager avec vous un modèle de financement des projets d’entreprise.

Il s’agit du modèle Kombiko.

Mais avant de vous l’énoncer, j’aimerai que vous fassiez vôtres les préalables suivants :

1)     Il faut avoir un vrai projet d’entreprise qui vise à satisfaire un besoin identifié et dont la réalisation vous apportera, personnellement, une vraie satisfaction …durable !

2)     Il faut avoir à l’esprit que l’argent que vous allez mobiliser doit être remboursé et rapporté à ceux qui vous les prêtent

3)     Il faut se faire accompagné par une structure spécialisée (comme le groupe Kombiko)

4)     Il faut accepter de faire des sacrifices personnels et montrer une passion certaine pour votre projet

Un fois  ces préalables compris et acceptés, vous pouvez rédiger un avant projet sommaire ou executive summary de votre idée de projet sui va vous aider à convaincre vos proches ou des mécènes à mobiliser un apport personnel de la façon que voici : créez une société à responsabilité limitée au capital d’un million dans le quel vous  pouvez vendre une partie du capital à ces personnes en exigeant comme contrepartie qu’ils vous prêtent une certaine somme pour chaque part qu’elles souscriraient.

Par exemple, si vous avez besoin de 6 millions, il vous suffira de vendre 60 parts et d’exiger un prêt de 100 000 F par part souscrite. Avec 10 associés bienveillants, vous aurez ainsi les 6  millions avec un apport de 600 000 F CFA par associé

Evidement, il faudra être crédible et convaincant, mais ça marche

Car nous le faisons au Groupe Kombiko

Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

À propos de Roman Polyarush

Donc en ouverture pharaonique (écran gigantesque, des stars par douzaines, des spectateurs par milliers. De cette quatrième édition de Lumière. J'avais vu le film de Schatzberg il y a quelques mois et l'avais aimé. Cette fois j'ai vu plus de défauts qui tiennent pour beaucoup.

Voir tous les articles de Roman Polyarush

4 commentaires à Le blues de Christian Eckert, député socialiste "normal"

Roman Polyarush

Personnellement, si des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 16 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Sara Gordon

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Rio Ferdinand

Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 11 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Victor Kirkland

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Commentez cet article

Nom *

Adresse de contact *

Site web

Commentaire :