Dialoguer? Oui, Monsieur le Président, dialoguons, mais pensons au peuple qui souffre !

Blogs
  • Article ajouté le : 08 Dimanche, 2016 à 14h05
  • Author: Tamba Danfakha

Le conflit qui oppose Israéliens et Palestinien est au coeur des crises qui secouent le Proche et le Moyen Orient. Considéré comme central par les diplomates.

Dans le Plan Sénégal émergent ou PSE, l’emploi est inscrite comme la première préoccupation des ménages sénégalais (26,8%) devant l’approvisionnement en eau potable (18,7%) et la promotion des activités génératrices de revenus (12,6%).
Le Président Macky Sall avait, lui même, promis de s’attaquer, résolument, au chômage à travers son objectif de création massive d’emplois (500 000 emplois pour être précis !) durant son mandat actuel.
Or, notre pays, depuis l’accession du Président de la république, n’arrive, toujours, pas à apporter une réponse correcte à la première priorité de notre peuple.
A part, se raconter de petits contes de fées, le Gouvernement reste impuissant face au chômage.
On ne peut pas dire que le Président de la République n’a pas envie de réussir, ni que ses collaborateurs sont, tous, incompétents, mais le constat est là, il n’y a pas d’avancements significatifs dans la lutte contre le chômage.
Pourquoi?
Simplement, parce que le Gouvernement est dans une logique d’échecs : l’état ne peut pas résoudre le problème de l’emploi; il n’en a ni les moyens, ni les capacités.
Quand bien même les autorités reconnaissent cette évidence, elles sont incapables de la traduire, dans les faits et dans leurs démarches.
L’état reste, partout, présent dans le secteur économique et dans la vie des citoyens.
Les juges, surtout les procureurs, les policiers et les gendarmes, les fonctionnaires se comportent, toujours, comme des agents coloniaux qui servent plus des groupes d’intérêts que l’intérêt national.
L’état ne respecte pas ses propres citoyens, ni les droits qui sont les leurs.
Pour un non ou pour un oui, les agents publics bloquent des initiatives individuelles ou portent atteinte aux droits civiques.
Or, l’état a l’obligation de respecter les populations en mettant de l’avant ce qui est bon pour la communauté et non pour des intérêts étrangers.
C’est pourquoi, de mon point de vue, le dialogue est nécessaire en vue d’instaurer, dans notre pays, un climat apaisé et serein qui facilite l’initiative et l’entrepreneuriat.
Car, sans la création et le développement des entreprises privées, il n’y aura pas de solutions durables aux problèmes du chômage.
Tout dialogue, de ce point de vue, qui ne sera pas fondé sur la recherche de solutions aux problèmes du pays, qui ne portera pas sur l’apaisement dans le pays ou qui aura comme finalité de servir un camp contre un autre, sera voué à l’échec.
Le Dialogue politique et social, oui, mais dans le respect mutuel et dans le but de résoudre les problèmes des sénégalais, avec les sénégalais, sans exclusives.

Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

À propos de Roman Polyarush

Donc en ouverture pharaonique (écran gigantesque, des stars par douzaines, des spectateurs par milliers. De cette quatrième édition de Lumière. J'avais vu le film de Schatzberg il y a quelques mois et l'avais aimé. Cette fois j'ai vu plus de défauts qui tiennent pour beaucoup.

Voir tous les articles de Roman Polyarush

4 commentaires à Le blues de Christian Eckert, député socialiste "normal"

Roman Polyarush

Personnellement, si des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 16 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Sara Gordon

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Rio Ferdinand

Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 11 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Victor Kirkland

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Commentez cet article

Nom *

Adresse de contact *

Site web

Commentaire :