EN QUOI LE PARRAINAGE POSE PROBLÈME ?

Blogs
  • Article ajouté le : 15 Dimanche, 2018 à 15h04
  • Author: Tamba Danfakha

Le conflit qui oppose Israéliens et Palestinien est au coeur des crises qui secouent le Proche et le Moyen Orient. Considéré comme central par les diplomates.

L"opposition sénégalaise a, parfaitement, raison de s'opposer au projet de parrainage agité par le président Macky Sall et ses partisans.
\r\nIl y a pour cela trois raisons
\r\n1) le processus électoral est l'affaire des acteurs politiques, pas de l'état; de ce point de vue, toute modification doit faire l'objet d'un consensus. A défaut, les contentieux qui pourraient découler par la suite seront difficiles à régler. Or, les élections n'ont de sens que si elles permettent de maintenir la stabilité dans un pays en faisant en sorte que les parties prenantes acceptent le verdict des urnes quel qu’en soit l'issue pour elles
\r\n2) le Président Macky Sall ne peut pas passer son temps à maltraiter et à persécuter ses opposants et compter sur leur disponibilité chaque fois qu'il le souhaite.
\r\n3) Un président de la république qui est incapable de produire assez de cartes d'électeurs pour permettre à ses citoyens de voter ne peut pas rassurer son opposition qu'il sera capable de vérifier 1 300 000 signatures (au cas où il y aurait 20 candidats) pour rendre un verdict incontestable
\r\nDonc, au fond, il faut arrêter de raconter des inepties comme quoi les opposants auraient peur de ne pas arriver à trouver 65 000 signatures.
\r\nLe débat est ailleurs.
\r\nIl appartient, donc, aux populations de faire entendre raison au président macky sall pour qu'il comprenne que ce pays ne lui appartient pas et qu'il n'a pas les moyens de faire ce qu'il veut.
\r\nLe 19 avril 2018 ou le 24 février 2019 nous aurons l'occasion d'exprimer nos états d’âmes.

\r\n
Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

À propos de Roman Polyarush

Donc en ouverture pharaonique (écran gigantesque, des stars par douzaines, des spectateurs par milliers. De cette quatrième édition de Lumière. J'avais vu le film de Schatzberg il y a quelques mois et l'avais aimé. Cette fois j'ai vu plus de défauts qui tiennent pour beaucoup.

Voir tous les articles de Roman Polyarush

4 commentaires à Le blues de Christian Eckert, député socialiste "normal"

Roman Polyarush

Personnellement, si des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 16 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Sara Gordon

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Rio Ferdinand

Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 11 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Victor Kirkland

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Commentez cet article

Nom *

Adresse de contact *

Site web

Commentaire :