LES ÉLECTEURS NE VOTENT PAS POUR LES IDÉES MAIS ...

Blogs

Le conflit qui oppose Israéliens et Palestinien est au coeur des crises qui secouent le Proche et le Moyen Orient. Considéré comme central par les diplomates.

Les résultats des récentes élections de mi mandat aux USA sont entrain de tomber, mais, déjà, on peut en déduire une chose évidente : ces élections ne seront pas un désaveu du Président Donald Trump, loin s'en faut.
\r\nLes républicains vont non seulement garder la majorité au sein du sénat, mieux ils pourraient, même, s'y renforcer.
\r\nCertes la chambre des représentants bascule dans le camp démocrate, mais de nombreux observateurs avertis avaient prédit une déroute du camp républicain, tant la bataille a semblé tourné dans une sorte de référendum : pour ou contre Trump !
\r\nCette actualité fraîche me fait croire que les électeurs, en général, partout, dans le monde, montrent peu d'intérêts pour les idées et pour ceux qui semblent porteurs d'alternatives sensées.
\r\nCe paradoxe peut, pourtant, s'expliquer, si on prend la peine d'étudier la façon dont la plupart des gens votent.
\r\nLe premier facteur qui oriente les choix de vote est la peur de se retrouver isolé, du côté des candidats battus; ne sommes-nous pas fiers, même si ce n'est pas souvent vrai, d'affirmer que nous avons fait le "choix" du vainqueur, après coup ?
\r\nLe deuxième facteur de choix des électeurs est la proximité avec les candidats : plus un candidat nous valorise, plus nous avons tendance à le choisir. 
\r\nLe troisième facteur est le désir de paix, plus un candidat nous donne le sentiment qu'il est "flexible", plus il attire d'électeurs.
\r\nDonc, les électeurs qui se soucient des idées et des programmes sont peut nombreux.
\r\nCependant, il serait stupide pour un candidat d'en déduire qu'il ne faut pas réfléchir, produire des idées, non pas tant qu'elles vont garantir le succès électoral, mais en comprenant ce qu'il fait, où il veut mener les électeurs et comment il veut les conduire, le candidat est plus apte à attirer l'attention des électeurs et à capter, ainsi, leur vote.
\r\nIl en résulte que, trop souvent, les candidats "intelligents intègres" croient que ce sont là des facteurs essentiels pour gagner et négligent, par conséquent de prendre en compte la gestion des trois facteurs que j'ai évoqué ci-dessus
\r\nPlus prosaïquement, il faut savoir que pour amener les gens à voter pour eux, les candidats doivent chercher, surtout, à persuader et non à convaincre
\r\nConvaincre fait appel à notre intelligence, nous pouvons accepter la vérité de l'autre sans en faire notre
\r\nPersuader fait appel à nos sentiments, nous acceptons la vérité de l'autre et nous en faisons notre.
\r\nSouffler le chaud et le froid, c'est tout l'art des vainqueurs en démocratie !

\r\n
Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

À propos de Roman Polyarush

Donc en ouverture pharaonique (écran gigantesque, des stars par douzaines, des spectateurs par milliers. De cette quatrième édition de Lumière. J'avais vu le film de Schatzberg il y a quelques mois et l'avais aimé. Cette fois j'ai vu plus de défauts qui tiennent pour beaucoup.

Voir tous les articles de Roman Polyarush

4 commentaires à Le blues de Christian Eckert, député socialiste "normal"

Roman Polyarush

Personnellement, si des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 16 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Sara Gordon

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Rio Ferdinand

Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 11 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Victor Kirkland

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Commentez cet article

Nom *

Adresse de contact *

Site web

Commentaire :