Pourquoi sommes-nous, si souvent, déçus, par les autres?

Blogs
  • Article ajouté le : 30 Vendredi, 2014 à 08h41
  • Author: Tamba Danfakha

Le conflit qui oppose Israéliens et Palestinien est au coeur des crises qui secouent le Proche et le Moyen Orient. Considéré comme central par les diplomates.

Ou pourquoi, très souvent, les gens nous déçoivent dans la vie?
La raison est simple : c'est parce que nous renonçons à ce que nous sommes ! La confiance aux autres n'est pas donnée pour toujours, il est, souhaitable, qu'elle dure, mais le constat c'est que, bien souvent, elle s’effrite avec le temps. Mais ce n'est pas perdre confiance en quelqu'un qui conduit à la déception, c'est l'idée que l'autre est infaillible, qu'il sera, toujours à la hauteur de nos attentes et le fait de constater, un jour, qu'il n'en est rien. Dès lors si les gens vous déçoivent c'est, tout simplement, parce que vous aviez, auparavant, construit votre confiance autour de leurs personnes et non autour de votre personne. Si vous faites quelque chose pour quelqu'un pour vous faire plaisir, à vous et non à lui, quelque soit son comportement futur, fait d'ingratitudes par exemple, vous ne devez pas regretter votre geste, puisque vous l'avez fait non pour lui mais pour vous ! Mais c'est, peut être, là que se pose le problème : quand on ne se connait pas, soi même, que l'on ne sait pas pourquoi on n'aime pas ou que l'on aime telle chose plutôt que telle autre, que l'on ne sait pas pourquoi on prend telle décision plutôt que telle autre, on avance à l'aveuglette et on se fait mal doublement dans sa relation aux autres : on perd du temps à faire avec les autres des choses sans lendemains ou aux résultats incertains et dérisoires et on se prive, dans le futur, de plusieurs expériences de liens aux autres par peur d'être, à nouveau, déçu. C'est le plus sûr moyen de rater sa vie, pire d'en faire un enfer. D'où cette sagesse qu'un vieux Gambien m'a, généreusement, gratifiée, un jour sur une pirogue au retour d'une journée difficile de pêche aux sardines : "aime les autres selon ton caractère et non selon les leurs, c'est le plus sûr moyen de ne pas perdre foi en eux"
Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

À propos de Roman Polyarush

Donc en ouverture pharaonique (écran gigantesque, des stars par douzaines, des spectateurs par milliers. De cette quatrième édition de Lumière. J'avais vu le film de Schatzberg il y a quelques mois et l'avais aimé. Cette fois j'ai vu plus de défauts qui tiennent pour beaucoup.

Voir tous les articles de Roman Polyarush

4 commentaires à Le blues de Christian Eckert, député socialiste "normal"

Roman Polyarush

Personnellement, si des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 16 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Sara Gordon

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Rio Ferdinand

Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 11 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Victor Kirkland

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Commentez cet article

Nom *

Adresse de contact *

Site web

Commentaire :