VOUS AVEZ MAL ? VOICI COMMENT VOUS REMOTIVER !

International

Le conflit qui oppose Israéliens et Palestinien est au coeur des crises qui secouent le Proche et le Moyen Orient. Considéré comme central par les diplomates.

La vie n'est pas, toujours, facile, elle est faite de hauts et de bas.
\r\nCertaines épreuves nous tombent dessus, alors que d'autres nous allons les chercher nous mêmes.
\r\nIl n'est pas interdit de tomber, mais il est interdit de rester à terre sous peine de rester vaincu, à jamais !
\r\nLa première chose qu'il faut faire, quand tout va mal, c'est de comprendre ce qui va mal pour en donner un sens.
\r\nDésolé, les charlatans et autres diseurs de l'avenir ne vous seront d'aucun secours, ni vos proches d'ailleurs. 
\r\nVous devez comprendre que les difficultés de la vie, les échecs, les souffrances et les déceptions sont des choses NORMALES ET INÉVITABLES. 
\r\nCertaines de ces épreuves sont les PRIX que nous devons, obligatoirement, payer pour réaliser nos rêves et rester à la hauteur de nos ambitions personnelles. 
\r\nY renoncer, c'est renoncer à l'avenir que nous souhaitons vivre, aux bonheurs auxquels nous aspirons. 
\r\nCependant, lorsque malgré tous nos efforts, les épreuves persistent, comprenons que nous sommes sur le mauvais chemin, que nous devrions changer d'itinéraire pour arriver à notre destination finale.
\r\nLa deuxième chose qu'il faut faire est de se tourner vers soi même et vers les autres, pour tirer des leçons de vie précieuses en vue de remonter, rapidement, à la surface. En effet, nos souffrances sont récurrentes et celles des autres peuvent, souvent, nous rendre plus modestes et moins désespérées.
\r\nLa troisième chose à faire pour rebondir consiste à se divertir, à aller vers plus de légèretés, à ouvrir les soupapes afin que le trop plein de douleurs qui s'est accumulé à l'intérieur de soi puisse s'en aller. 
\r\nEn effet, quand nous sommes fauchés par les tragédies, les malheurs ou les déceptions insoutenables, nous avons tendance à prendre les choses avec trop de sérieux, en croyant qu'il faut un coupable à nos douleurs intérieures. 
\r\nOr, il n'en est rien. Quand une corde se rompt cela ne veut pas dire que ceux qui la tiraient ont mal tiré cela signifie simplement que la corde a atteint ses limites; il faut penser à la remplacer et non à jeter l'anathème sur ceux qui la tirait. 
\r\nBref, il faut rester humble, refuser que l'orgueil nous colonise, changer d'air, expliquer les vraies raisons de nos échecs, de nos souffrances, en donner sens et jeter un regard curieux sur son passé et sur celui des autres pour tirer des leçons et se relever pour se remettre au combat.
\r\nCar, nous n'avons pas le choix, si nous refusons de nous battre, nous refusons de vivre. Hélas, mes conseils ne s'adressent qu'aux vivants et à tous ceux qui aspirent à vivre. Chaque jour. Intensément.
\r\nQu'Allah vous bénisse !

\r\n
Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

À propos de Roman Polyarush

Donc en ouverture pharaonique (écran gigantesque, des stars par douzaines, des spectateurs par milliers. De cette quatrième édition de Lumière. J'avais vu le film de Schatzberg il y a quelques mois et l'avais aimé. Cette fois j'ai vu plus de défauts qui tiennent pour beaucoup.

Voir tous les articles de Roman Polyarush

4 commentaires à Le blues de Christian Eckert, député socialiste "normal"

Roman Polyarush

Personnellement, si des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 16 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Sara Gordon

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Rio Ferdinand

Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 11 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Victor Kirkland

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Commentez cet article

Nom *

Adresse de contact *

Site web

Commentaire :