Couverture maladie universelle et médecins mécontents

International

Le conflit qui oppose Israéliens et Palestinien est au coeur des crises qui secouent le Proche et le Moyen Orient. Considéré comme central par les diplomates.

Quand il tombe malade, chaque humain voit clairement que le métier de médecin est le premier de tous les métiers, la porte d'entrée pour apprendre tous les métiers et pour pratiquer tout métier et rendre tout service. Quand il tombe malade, tout homme oublie tout, sauf le prophète, l'envoyé le plus proche porteur de l'unique message qui compte: le message des paroles et des actes qui guérissent , qu'on entend et qu'on voit à Nette Boulou dans les chants et dans les pas de danse des femmes et des hommes, des enfants et des adultes " en ces lieux du Sénéga où se guérissent tous les maux de la vie humaine"  et où fut reçu et duquel repartit  le président Léopold Sédar en pleine santé.

\r\n\r\n

Il ne suffit pas d’avoir des infrastructures sanitaires de dernière génération rationnellement et stratégiquement disposés et équipés dans un territoire national pour assurer la couverture maladie universelle dans un pays au profit d’un peuple et d’une nation pour assurer leur sécurité physique et mentale.

\r\n\r\n

En plus de cela, si cela est déjà réalisé et constable et quantifiable, il faut nécessairement et peut même avant, des professionnels du métier hautement formés dans leur science et profondément engagés à servir l’homme en se faisant serviteur de Dieu par ce combat pour la santé du corps et de l’esprit de l’homme, moteur universel du devenir historique de l’homme

\r\n\r\n

Il ne suffit pas pour un patient d’être dans une case de santé,  dans un dispensaire, dans un poste de santé ou dans un hôpital et d’être entouré d’un personnel médical hautement qualifié et lourdement équipé pour espérer retrouver une santé perdue pouvant être restaurée parce que Dieu ne s’y opposant pas.

\r\n\r\n

Il faut nécessairement des femmes et des hommes qui se sentent physiquement et mentalement d’abord eux-mêmes dans le meilleur de leur santé, non pas seulement pas les honoraires de leur métier sans prix, puisqu’il n’ y a pas pour le patient de guérir un prix pour payer son sauveur, mais se sentant en plus de ces honoraires parmi les plus hauts possibles qu’un citoyen peut espérer de la part de la sueur de son peuple, une considération , une reconnaissance imperturbable de la noblesse et de la vitalité de leur métier

\r\n\r\n

Prétendre assure une couverture maladie universelle et la promettre à un peuple sans promettre et assure à tous ses corps médicaux et agent, c’est partout et toujours parler sans consistance.

\r\n
Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

À propos de Roman Polyarush

Donc en ouverture pharaonique (écran gigantesque, des stars par douzaines, des spectateurs par milliers. De cette quatrième édition de Lumière. J'avais vu le film de Schatzberg il y a quelques mois et l'avais aimé. Cette fois j'ai vu plus de défauts qui tiennent pour beaucoup.

Voir tous les articles de Roman Polyarush

4 commentaires à Le blues de Christian Eckert, député socialiste "normal"

Roman Polyarush

Personnellement, si des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 16 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Sara Gordon

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Rio Ferdinand

Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 11 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Victor Kirkland

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Commentez cet article

Nom *

Adresse de contact *

Site web

Commentaire :