Des États instables et des États stables

International

Le conflit qui oppose Israéliens et Palestinien est au coeur des crises qui secouent le Proche et le Moyen Orient. Considéré comme central par les diplomates.

Un être humain est un être humain. Une société est une société et toutes les sociétés se valent et sont appelées aux même impératifs par la nature dans laquelle elles naissent et s’organisent et se réorganisent, se détruisent et se reconstruisent, refusant toujours la mort parce qu’aspirant à l’éternité comme une déesse. Un État est un État comme un gouvernement est un gouvernement et un pays un pays comme tous les autres dans leur essence universelle. Dans le même au sein du Devenir, il y a toujours plusieurs, une multitude de possible dans les caractères, dans les objets signifiants, dans les activités, dans les actions, et ailleurs.

\r\n\r\n\r\n Les États et les pays posthistoriques se distinguent essentiellement des pays encore en lutte dans les contraintes et dans les limites internes et externes de l’Histoire humaine dans le devenir historique, non pas par la grandeur de leur territoire, non pas par l’abondance de leur richesses ou par l’étendue et la transparence et l’efficacité pratique et démonstrative de leurs savoirs et de leurs savoirs faire, mais surtout par leur stabilité.\r\n  L’instabilité économique, l’instabilité démographique, l’instabilité politique, l’instabilité morale, l’instabilité éthique, l’instabilité affective, l’instabilité spirituelle, l’instabilité conjugale, l’instabilité constitutionnelle, l’instabilité géographique et de domicile, l’instabilité de leur croissance, l’instabilité de leur fidélité et de leur infidélité,  telle est la marque essentielle et universelle de tous les Etats et de toutes choses encore dans les forces et dans les limites tracées par le dieu Devenir dans les intimités des choses et dans celle de leur environnement. \r\n Dans le Devenir, dans les Etats, et dans les hommes en devenir, tout peut arriver, tandis que dans les Etats posthistoriques, vraisemblablement, il y a des impossibles irréversibles et des possibles déjà réalisé irréversibles. C’est pourquoi le besoin de surveillance est plus grand dans ces pays partout dans l’instabilité, même dans la démocratie qui prétend avec Francis Fukuyama être le fondement le plus universel de la stabilité des Etats et des citoyens, de la liberté et du droit accomplis ou alors très proches de leur ultime degré de réalisation.\r\n Bien sûr, on pourrait penser et sans doute que beaucoup pensent que plus une société, un pays ou un Etat est complexe, ou évolué, ou vaste et avance dans le temps et dans l'espace, plus son instabilité augmente et pour se défendre de cela, on évoque souvent la simplicité des sociétés anciennes et de leurs valeurs et de leurs besoins comme source de leur stabilité.\r\n En toute vraissemblance, la famille sénagalaise traditionnelle a été beaucoup plus stable malgré son voulume très épais, dans sa structure, dans son fonction, dans son fonctionnement, dans ses valeurs, dans sa solidarité, dans son unité, dans son rapport avec ses membres, dans l'image que ses membres se faisaient d'elle et qu'elle se faisait d'eux, que la famille sénégalaise actuelle.\r\n\r\n
Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

À propos de Roman Polyarush

Donc en ouverture pharaonique (écran gigantesque, des stars par douzaines, des spectateurs par milliers. De cette quatrième édition de Lumière. J'avais vu le film de Schatzberg il y a quelques mois et l'avais aimé. Cette fois j'ai vu plus de défauts qui tiennent pour beaucoup.

Voir tous les articles de Roman Polyarush

4 commentaires à Le blues de Christian Eckert, député socialiste "normal"

Roman Polyarush

Personnellement, si des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 16 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Sara Gordon

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Rio Ferdinand

Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 11 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Victor Kirkland

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Commentez cet article

Nom *

Adresse de contact *

Site web

Commentaire :