Des procès de l’activité et de l’action humaine dans le Devenir universel des forces du monde

International

Le conflit qui oppose Israéliens et Palestinien est au coeur des crises qui secouent le Proche et le Moyen Orient. Considéré comme central par les diplomates.

« L’homme est un animal politique »selon Aristote malgré son « insociable sociabilité » selon Kant. Il est pour Karl Marx un animal économique. Dans toutes ces dimensions, il est le seul animal, et il est dans ces dimensions, parce qu’il est un animal qui fait le bilan de son activité collective et de son activité personnelle, un animal qui tient un registre d’activités et d’actions quotidiennes ou hebdomadaires personnelle ou publique visant la totalité d’une population ou des catégories spécifiques ciblées et sélectionnées dans une population par diverses raisons. Et partout dans les lieux de son activité, il se demande ce qu’il a déjà réalisé comme gain, ce qu’il a déjà subi comme perte, ce qu’il a fait gagner à un autre homme ou à la société ou à la nature, et de l’autre ce qu’il a fait effectivement perdre ou pourrait faire perdre.

\r\n\r\n\r\n Le problème dans le procès de l’activité et de l’action humain, est que là où rien n’est mesuré, délimité, défini de manière stable par la nature ou par convention, par entente, tout est possible. Si tout est possible, aucun procès, aucune mesure n’est possible.\r\n Or de l’Homme, on dit qu’il n’est rien de sûr sauf qu’il est une force, un système ouvert de forces naturelles et de forces historiques extensibles et compressibles dans leurs activités et dans leur mouvement au sein d’une étendue spatiale et temporelle du Devenir universel.\r\n  C’est pourquoi aussi l’activité humaine sociale et l’action humaine personnelle est le temps et le lieu de formation et d’apparition de conflit internes dans les hommes et de conflits externes entre les hommes au sein de la famille, de la société, du pays et de l’Etat.\r\n Au même moment et dans la même famille maternelle ou paternelle, les uns peuvent demander « libérez- le » tandis que d’autres « épaule contre épaule » dans les même rangs de la république réclament « Condamnez –le » Et au même moment, en toute bonne foi ou en toute mauvaise foi, chaque juge prétend entendre et suivre et appliquer la même loi avec la même charge de vérité relative ou absolue.\r\n Parlent-ils tous ensemble et dans leur conflit ouvert de la même Loi et de la même Vérité ? Comment sont-ils arrivés à établir cette vérité dans la loi générale. Quelle est cette loi générale nationale ou universelle que devrait suivre tout procès particulier dans l’activité et dans l’action humaine ?\r\n  Il faut chercher la Loi universelle de l’activité universelle des forces du monde dans la nature et s’inspirer d’elle, en accord ou en désaccord avec elle, pour penser le procès de l’action humaine et du devenir historique dans le Devenir universel.\r\n\r\n
Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

À propos de Roman Polyarush

Donc en ouverture pharaonique (écran gigantesque, des stars par douzaines, des spectateurs par milliers. De cette quatrième édition de Lumière. J'avais vu le film de Schatzberg il y a quelques mois et l'avais aimé. Cette fois j'ai vu plus de défauts qui tiennent pour beaucoup.

Voir tous les articles de Roman Polyarush

4 commentaires à Le blues de Christian Eckert, député socialiste "normal"

Roman Polyarush

Personnellement, si des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 16 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Sara Gordon

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Rio Ferdinand

Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 11 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Victor Kirkland

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Commentez cet article

Nom *

Adresse de contact *

Site web

Commentaire :