Elle pouvait mourir au lycée aujourd\'hui sans assistance et rien n\'aurait changé

International

Le conflit qui oppose Israéliens et Palestinien est au coeur des crises qui secouent le Proche et le Moyen Orient. Considéré comme central par les diplomates.

Comme d'habitude à l'improviste, soudainement et très violemment, alors qu'on discutait sur  le sujet "La philosophie doit-elle aller contre le sens commun?", sous l'emprise de sa crise connue de tous, elle s'est violemment détachée de son banc et s'est affalée sur le perron de la salle du cours  en tombant par la nuque, couchée sur le dos, sous les regards impuissants et inquiets de ses camarades, dont un seul garçon présent et moi-même. Ses camarades, le garçon et deux autres jeunes filles la prennent dans leurs bras tremblant en jouant aux secouristes. Pour aller où et recevoir quelle autre assistance urgente et nécessaire? Nulle part. Aucune infirmerie et aucun agent de santé qualifié dans le lycée..Elle est couchée sur une natte sur le chemin, dans un couloir du censorat entre les bureaux des surveillants. Ce n'est pas l'affaire du provisoire, ni l'affaire du censeur. Ce n'est en vérité l'affaire de personne, si ce n'est son problème personnel et celui de sa famille. Dieu sait qu'elle pouvait mourir ici et à cause de cela, et lui seul sait pourquoi elle n'est pas morte de cela. Il faut oser supposer pas souhauter qu'elle pouvait mourir à cause de cela. .Des milliers d'élèves, d'êtres humains sous l'angoisse existentielle de la réussite et de l'échec, sans aucune assistance de proximité et en permanence. Non, au temps de Senghor, on ne parlait pas Couverture maladie universelle, mais ce vide monstrueux et criminel n'existait pas dans les lycées. Au même moment, on construit par l'argent public des permanences de partis politiques, des mosquées, on centres, des instituts, on finance des gamous et des magaal, on enrichi des marabouts, des fainéants et des criminels, et on laisse des enfants sans défense à qui tout peut arriver et à tout moment, comme tout peut arriver au talibé aujourd'hui au Sénégal. C'est une des manières possibles et peut-être légitimes de concevoir et de conduire le devenir historique d'un pays, d'un peuple et d'une nation. Elle n'est pas la seule possible. Elle n'est peut-être pas la pire.Elle pouvait mourir au lycée aujourd'hui sans assistance et rien n'aurait changé. On continuerait à dire "personne ne peut dépasser le jour de sa mort"

\r\n
Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

À propos de Roman Polyarush

Donc en ouverture pharaonique (écran gigantesque, des stars par douzaines, des spectateurs par milliers. De cette quatrième édition de Lumière. J'avais vu le film de Schatzberg il y a quelques mois et l'avais aimé. Cette fois j'ai vu plus de défauts qui tiennent pour beaucoup.

Voir tous les articles de Roman Polyarush

4 commentaires à Le blues de Christian Eckert, député socialiste "normal"

Roman Polyarush

Personnellement, si des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 16 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Sara Gordon

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Rio Ferdinand

Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 11 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Victor Kirkland

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Commentez cet article

Nom *

Adresse de contact *

Site web

Commentaire :