Fiction Le président de la république atteint mystiquement par la disparition d’une paire de ses chaussures que recherche la police ?

International

Le conflit qui oppose Israéliens et Palestinien est au coeur des crises qui secouent le Proche et le Moyen Orient. Considéré comme central par les diplomates.

 

\r\n\r\n

C’est un secret présidentiel personnel mais ce n’est pas un secret d’Etat étalé au grand jour et au grand public puisque la  nouvelle a circulé toute la journée  au marché central dans la capitale

\r\n\r\n

A la grande surprise générale des occupants du palais dont la première dame à son réveil très tôt comme d’habitude après sa prière quotidienne qu’il fit plus rapidement le président de la république se serait  mis à parcourir et à fouiller l’étendue du Palais et tous les contenants habituels et inhabituels dans lesquels il supposait pouvoir retrouver ce qu’il cherchait et qu’il tient encore à retrouver avant qu’il ne soit trop tard

\r\n\r\n

Aux autres qui le suivaient sans rien demander à part la première dame qui lui posa dit-on plusieurs fois la question pour savoir qu’est-ce qu’il cherchait il aurait  cédé « Un messager dont je n’ai pas vu le visage mais dont je reconnais la présence m’a demandé où est la paire de chaussures que tu portas durant toute la campagne électorale présidentielle qui te couronna de ce grand succès Il faut les retrouver pour avoir le même succès au prochaines élections »

\r\n\r\n

c’est la Première dame dit-on au marché qui rappela au président que lui-même le président aurait tiré la paire sous le lit et pour la jeter dans une poubelle de la résidence présidentielle deux ou trois jours seulement avant lors d’un nettoyage qu’ils firent eux-mêmes comme des citoyens ordinaires

\r\n\r\n

 La première dame aurait dit au président de conserver cette paire de chaussures parce qu’elle était pour lui et pour elle un porte-bonheur alors que lui le président pense qu’on n’est pas élu pare qu’on porte telle ou telle paire de chaussure de la chance ou du malheur c’était un vendredi ou alors le vendredi et le samedi pare que le président revenait d’une prière à l’extérieur du palais

\r\n\r\n

Il aurait répondu à la première dame et au plus familier de ses amis au palais un jardinier que «  Tout cela n’était que du BIDA » et que cette paire de chaussures était une paire de chaussures comme toutes les autres et qu’il avait acheté lui-même cette paire comme tout le monde au marché

\r\n\r\n

Le camion des nettoyeurs du palais a déversé comme d’habitude en fin de semaine tout e qui était hors d’usage et devenu inutile et sans valeur pour la présidence et le président et les autres occupants du palais à la Grande Poubelle de la république

\r\n\r\n

 

\r\n\r\n

 Naturellement le président roit et espère toujours qu’il est possible de retrouver cette paire dans la Grande Poubelle de la république

\r\n\r\n

Le problème pour le président mais peut-être moins pour lui que pour la police si les chaussures se trouvaient encore au lieu indiqué pour leur destination à la sortie du palais c’est qu’il s’agit d’une paire de chaussures comme celles que porte le plus grand nombre des citoyens de Pagaal aussi bien les hommes que les femmes et la population de Pagaal des millions d’habitants dans un immense territoire

\r\n\r\n

Certains commentateurs pensent que l’interdiction de la marche que prépare l’opposition politique aurait quelque rapport avec cette histoire de chaussures disparues pour ne pas en rajouter disent-il à l’humeur actuelle et à la tendance à la radicalisation qu’ils auraient notée dans les propos et dans les actes de la gouvernance du président D'autres commentateurs comme toujours dans la république de Pagaal voient la présence d’une main invisible et mystique à l'origine de cette disparition

\r\n\r\n

Selon d'autres commentateurs de la nouvelle affirment que des adversaires du président auraient fait recours à un sorcier pour l’atteindre mystiquement et il semble que par cette disparition qu’ils qualifient de vol le président serait sérieusement touché D’autres disent que c’est celui qui avait remis au président la paire de chaussures qui les auraient reprises à son insu par sa science parce que le président l’aurait trahi après son élection

\r\n
Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

À propos de Roman Polyarush

Donc en ouverture pharaonique (écran gigantesque, des stars par douzaines, des spectateurs par milliers. De cette quatrième édition de Lumière. J'avais vu le film de Schatzberg il y a quelques mois et l'avais aimé. Cette fois j'ai vu plus de défauts qui tiennent pour beaucoup.

Voir tous les articles de Roman Polyarush

4 commentaires à Le blues de Christian Eckert, député socialiste "normal"

Roman Polyarush

Personnellement, si des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 16 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Sara Gordon

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Rio Ferdinand

Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 11 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Victor Kirkland

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Commentez cet article

Nom *

Adresse de contact *

Site web

Commentaire :