Francis Fukuyama:La démocratie américaine n’a pas résolu tous les conflits

International

Le conflit qui oppose Israéliens et Palestinien est au coeur des crises qui secouent le Proche et le Moyen Orient. Considéré comme central par les diplomates.

 Le succès relatif de la démocratie américaine à résoudre les conflits entre les différents intérêts de groupe à l’intérieur d’une population à la fois hétérogène et dynamique n’implique pas que la démocratie soit par définition capable de trancher les conflits qui se font jour dans d’autres sociétés. L’expérience américaine est tout à fait unique dans la mesure où les « Américains » pour reprendre les propos de Tocqueville sont « nés égaux ». Malgré la diversité des provenances et des terres où ils avaient leurs ancêtres, ils ont abandonné ces identités en arrivant en Amériques et se sont fondus dans une nouvelle société sans classes sociales strictement définies, ni divisions ethniques ou nationales fixées depuis longtemps. La structure sociale et ethnique de l’Amérique a été suffisamment fluide pour prévenir jusqu’à présent l’apparition de classes sociales rigides, de nationalismes secondaires importants ou de minorités linguistiques. La démocratie américaine a rarement eu à affronter certains des conflits sociaux les plus difficiles à traiter, comme d’autres sociétés plus anciennes.

\r\n\r\n

En outre, cette démocratie américaine n’a pas été non plus particulièrement heureuse pour traiter son problème ethnique majeur, celui des Noirs. L’esclavage noir a longtemps constitué la principale exception au principe général selon lequel les Américains étaient « nés égaux » et la démocratie américaines n’a pas été réellement capable de résoudre le problème de l’esclavage par des moyens démocratiques. Longtemps après l’abolition de l’esclavage, c’est-à-dire longtemps après l’obtention de la pleine égalité légale par les Noirs américains, bon nombre d’entre eux restent profondément étrangers aux courants principaux de la culture américaine. Etant donné la nature fondamentalement culturelle du problème, aussi bien au côté noir que du côté blanc, il n’est pas évident que la démocratie américaine soit réellement capable de faire ce qui serait nécessaire pour assimiler totalement les Noirs e( pour passer d’une égalité formelle des chances à une égalité plus générale et plus réelle des conditions.

\r\n\r\n

Francis Fukuyama, La fin de l’histoire et le dernier homme, « Au pays de l’éducation »

\r\n
Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

À propos de Roman Polyarush

Donc en ouverture pharaonique (écran gigantesque, des stars par douzaines, des spectateurs par milliers. De cette quatrième édition de Lumière. J'avais vu le film de Schatzberg il y a quelques mois et l'avais aimé. Cette fois j'ai vu plus de défauts qui tiennent pour beaucoup.

Voir tous les articles de Roman Polyarush

4 commentaires à Le blues de Christian Eckert, député socialiste "normal"

Roman Polyarush

Personnellement, si des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 16 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Sara Gordon

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Rio Ferdinand

Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 11 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Victor Kirkland

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Commentez cet article

Nom *

Adresse de contact *

Site web

Commentaire :