La paix dans l’État ou entre les États n’est pas la paix dans les intimités des hommes

International

Le conflit qui oppose Israéliens et Palestinien est au coeur des crises qui secouent le Proche et le Moyen Orient. Considéré comme central par les diplomates.

Cette paix, Emmanuel Kant l’a pensée et a souhaité son règne universel comme tous les hommes la souhaitent et appellent à œuvrer pour sa construction, sa réalisation et sa défense universelle : La paix dans les États et la paix entre les États. Pourquoi donc n’est –elle pas depuis lors établie ou de manière universelle et longuement stable à défaut de prétendre à l’indestructibilité dans le devenir humain historique ?

\r\n\r\n

 

\r\n\r\n

 

\r\n\r\n

C’estpeut-être parce que  toute paix dans l’État  et toute paix entre les États n’est pas nécessairement la paix dans les corps et dans les esprits des hommes; la paix dans les corps et dans les esprits,  la paix des âmes et des corps desbenfants, des adultes et des vieillards,ni la paix dans la nature.

\r\n\r\n

 

\r\n\r\n

Les États et leurs gouvernements peuvent bien être des comploteurs, des associations de malfaiteurs dont les victimes universelles conscientes ou inconscientes de leur destin sont les peuples et les hommes.

\r\n\r\n

 

\r\n\r\n

La paix, la fin de la guerre entre les États et dans les États est une condition nécessaire pour un progrès, un plus d’être ou d’avoir, un « mieux-être » dans la cohabitation des humains, mais elle ne la produit pas nécessairement et peut même produire le contraire, signifier le contraire dans les hommes et dans la nature.

\r\n\r\n

 

\r\n\r\n

Quelle est alors, si elle n’est pas n’importe laquelle, cette paix universelle dans les États, entre les États qui les élèverait et en même temps hisserait les hommes, vers  le plus haut  des degrés de ce bien qu’ils cherchent universellement et qui est partout le « mieux être » dans le « bien-être »? 

\r\n\r\n

 

\r\n\r\n

La paix intérieure dans les Etats et la paix entre les Etats pour la survie et l'apanouissement de tous, chacun par elle, marchant vers le meilleur de lui-même et le meilleur dans les autres comment faire le diagnostic de la présence ou de l’absence de cette paix intérieure dans les États, dans les familles et dans les individus, dans la nature, et l'audit de cette paix entre les Etats ?

\r\n
Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

À propos de Roman Polyarush

Donc en ouverture pharaonique (écran gigantesque, des stars par douzaines, des spectateurs par milliers. De cette quatrième édition de Lumière. J'avais vu le film de Schatzberg il y a quelques mois et l'avais aimé. Cette fois j'ai vu plus de défauts qui tiennent pour beaucoup.

Voir tous les articles de Roman Polyarush

4 commentaires à Le blues de Christian Eckert, député socialiste "normal"

Roman Polyarush

Personnellement, si des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 16 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Sara Gordon

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Rio Ferdinand

Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 11 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Victor Kirkland

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Commentez cet article

Nom *

Adresse de contact *

Site web

Commentaire :