Le Sine et la devise de l\'Armée nationale*par Jean Marie Meïssa Diop

International

Le conflit qui oppose Israéliens et Palestinien est au coeur des crises qui secouent le Proche et le Moyen Orient. Considéré comme central par les diplomates.

« Je vous présente un intéressant point d'histoire du Sénégal et qui rétablit une vérité peu connue. Je l'ai reçu par Whatsapp et vous le propose. Ce n'est pas pour valoriser, avec des oeillères et du fanatisme, l'histoire du Sine (certes, je suis sérère, mais pas du Sine), mais je trouve important cet aspect. On y trouvera, au passage, l'origine de cette devise dédiée au président de la République Macky Sall et dont certains se gaussent sans rien connaître ni du sens ni de l'origine.

\r\n\r\n

Le Sine et la devise de l'Armée nationale* et l'origine du bakk "Fagne na Ngor Sarr, Rog à deb no kholoum......"

\r\n\r\n

En 1837, Boursine Wagane Coumba Sandiane Faye, par un traité, cède Joal aux Français.

\r\n\r\n

Le 19 mars 1849, Boursine Amadiouf Gnilane, par un traité avec le lieutenant de vaisseau Jaffragie Charles Armand FGbriel, octroie la liberté de commerce aux Français.

\r\n\r\n

Le 20 mars 1848, à Diakhao, Boursine Amadiouf Gnilane cède à Abbé Boilat, sur sa demande, un terrain à Joal pour la construction d'une église (l'église actuelle).

\r\n\r\n

En 1853, Boursine Coumba Ndoffène Diouf famak accède au trône et gèle tous les traités.

\r\n\r\n

Le 13 mai 1859, l'armée coloniale de 1000 hommes et sous le commandement de Pinet Laprade attaque le Sine par Djilass. Une armée du Sine de 2000 hommes dirigée par le vice-roi d'alors (boumi) Sannmonn Faye oppose une résistance et remporte la victoire.
\r\nCoumba Ndoffene, roi d'alors, prononce son bakou qui était devenu l'hymne du Sine : "fagn na Ngor oo, Rog a deb no koloum ! O fagninn fagn fagn fagn, ta wathiathia".

\r\n\r\n

Le 16 mai 1859, le minitre français de la Marine donne de fermes instructions au gouverneur Faidherbe pour qu'il lui règle le problème du Sine. Ce dernier descend sur le terrain accompagné de Pinet Laprade, lieutenant Brosand de Korguigny, le sous-lieutenant Clary et le docteur Bel avec l'usage des canons (pour la première fois un canon tiré par des mulets fut utilisé au Sénégal).
\r\nL'armée du Sine, malgré les atrocités 150 salmakors morts contre 70 du côté de l'armée coloniale) se retirait à Nonane pour la reprise des hostilités.
\r\n*"Ces gens-là on les tue, on ne les déshonore pas"*, disait Faidherbe à Pnet Laparde. Propos repris par le Président Léopold Sédar Senghor (natif du Sine) pour la devise de l'Armée du Sénégal.

\r\n\r\n

L histoire ne s'efface pas. Si vous allez à Bdoffane no mad, un village du sine situe à 2 km de Diakhao, les dépositaires vous feront entendre ce vieux bakk de boursine Coumba Ndoffene Fa mack.
\r\nArticle dédié notamment aux hommes de tenue et à toutes les populations du Sénégal. Ndioko a ndial. »

\r\n
Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

À propos de Roman Polyarush

Donc en ouverture pharaonique (écran gigantesque, des stars par douzaines, des spectateurs par milliers. De cette quatrième édition de Lumière. J'avais vu le film de Schatzberg il y a quelques mois et l'avais aimé. Cette fois j'ai vu plus de défauts qui tiennent pour beaucoup.

Voir tous les articles de Roman Polyarush

4 commentaires à Le blues de Christian Eckert, député socialiste "normal"

Roman Polyarush

Personnellement, si des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 16 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Sara Gordon

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Rio Ferdinand

Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 11 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Victor Kirkland

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Commentez cet article

Nom *

Adresse de contact *

Site web

Commentaire :