Nous savons que nous pouvons perdre ces élections, donc nous allons les gagner

International

Le conflit qui oppose Israéliens et Palestinien est au coeur des crises qui secouent le Proche et le Moyen Orient. Considéré comme central par les diplomates.

La conscience des limites internes et des limites externes dans les choses et dans les êtres vivants, dans leur environnement, et la volonté de les conserver ou de les dépasser,  marquent la naissance de l'homme en tant qu'animal historique et politique.

\r\n\r\n

Ce réveil du chef de guerre et de dialogue du parti, entre le parti et le parti, entre  le parti et avec les autres forces en dehors de lui,  est une bonne chose pour son camp et un danger pour les autres: pour gagner démocratiquement des élections, il faut raisonner par l'absurde en supposant qu'on peut les perdre.

\r\n\r\n

Prendre conscience et reconnaître que dans la démocratie chaque citoyen électeur est une force, savoir que la politique est la gestion des conflits et des coopérations des forces dans le même contenant. Savoir identifier des limites réversibles et des limites irréversibles ou non encore réversibles. Savoir quelles sont les limites à renverser et les limites à conserver, bien avant les questions des moyens, des manières, des temps et des lieux et de la profondeur de leur dépassement, de leur renversement ou de leur conservation.

\r\n\r\n

Je crois que ce diagnostic est parmi les urgences de l’homme politique qui sait qu’il peut perdre des élections et qui veut les gagner dans la démocratie,  en dehors de toute violence exercée par les mots, par les armes, par la puissance administrative et policière, par la puissance de l’argent dans les champs de la pauvreté et des souffrances humaine.

\r\n
Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

À propos de Roman Polyarush

Donc en ouverture pharaonique (écran gigantesque, des stars par douzaines, des spectateurs par milliers. De cette quatrième édition de Lumière. J'avais vu le film de Schatzberg il y a quelques mois et l'avais aimé. Cette fois j'ai vu plus de défauts qui tiennent pour beaucoup.

Voir tous les articles de Roman Polyarush

4 commentaires à Le blues de Christian Eckert, député socialiste "normal"

Roman Polyarush

Personnellement, si des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 16 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Sara Gordon

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Rio Ferdinand

Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 11 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Victor Kirkland

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Commentez cet article

Nom *

Adresse de contact *

Site web

Commentaire :