Travailler sans salaire ou recevoir salaire sans rien faire ?

International

Le conflit qui oppose Israéliens et Palestinien est au coeur des crises qui secouent le Proche et le Moyen Orient. Considéré comme central par les diplomates.

«  Bonjour, c’est monsieur Wade, inspecteur Académie de Pikine Guédiawaye. Je vous informe qu’il ne faut pas être surpris quand tu te retrouveras à la fin du mois sans salaire, parce que l’administration scolaire du Lycée Banque islamique de Guédiawaye nous a transmis un dossier établissant que depuis la rentrée académique 2017-2018 vous n’avez fait qu’un seul cours ! Le gouverneur lui-même s’en inquiète. »

\r\n\r\n

C’est cela une bonne administration scolaire. C’est cela un bon inspecteur. C’est ainsi aussi que doit s’inquiéter un bon gouverneur dans l’Etat de droit.

\r\n\r\n

Mon estime et mon admiration et mon respect pour tous ces surveillants de la chose publique auraient été plus hauts, s’ils se demandaient aussi comment dans un Etat de droit un travailleur peut-il perdre son dossier dans les bureaux du Ministère de la modernisation de l’Etat ? Comment un travailleur employé fonctionnaire ou pas fonctionnaire de l’Etat de droit peut-il demeurer depuis plus d’une dizaine d’années dans le même statut, grade, échelon, salaire ?

\r\n\r\n

Ils pensent que l’homme travaille toujours parce qu’il est misérable et croit que sa misère existentielle pourrait prendre fin quand enfin il s’estimera assez riche et à l’abri de toute déchéance. Ils pensent que l’injustice est appelée à gouverner perpétuellement l’existence humaine personnelle et l’existence de la vie sociale de l’homme.  Ils oublient que des milliers et des milliers d’hommes  vécurent et vivent encore heureux et en paix et rendent service à leurs semblables, sans jamais  figurer dans un registre de payement. Nos anciens, paysans et riches éleveurs vécurent libres et heureux sans rien devoir à un Etat, par leur travail sain et hautement humain et par le concours de la nature qui leur fut toujours fidèle parce qu’ils furent fidèles à la nature.

\r\n\r\n

Mieux vaut travailler et savoir pourquoi on travaille sans attendre aucun salaire ou en attendant le salaire minimum possible, que de recevoir un petit ou un immense salaire du trésor de l’Etat alimenté par toutes les forces humaines en activité sans rien faire, parce que n’ayant jamais appris à penser ou à agir par ses forces physiques.

\r\n
Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

À propos de Roman Polyarush

Donc en ouverture pharaonique (écran gigantesque, des stars par douzaines, des spectateurs par milliers. De cette quatrième édition de Lumière. J'avais vu le film de Schatzberg il y a quelques mois et l'avais aimé. Cette fois j'ai vu plus de défauts qui tiennent pour beaucoup.

Voir tous les articles de Roman Polyarush

4 commentaires à Le blues de Christian Eckert, député socialiste "normal"

Roman Polyarush

Personnellement, si des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 16 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Sara Gordon

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Rio Ferdinand

Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 11 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Victor Kirkland

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Commentez cet article

Nom *

Adresse de contact *

Site web

Commentaire :