Clôture du Festival 'Les Blues du Fleuve' à Podor [Maxi Reportage Photos & VIDEOS]

International
  • Article ajouté il y a 17 octobre 2012
  • Author: hamady diop

Le conflit qui oppose Israéliens et Palestinien est au coeur des crises qui secouent le Proche et le Moyen Orient. Considéré comme central par les diplomates.



La 6e édition du Festival "Les Blues du Fleuve" s’est déroulée, à Podor, dans le nord du Sénégal, du 2 au 4 décembre 2011. Pendant trois jours, Les Blues du Fleuve ont réuni sur la grande scène du festival Dara-J Family, Noura Mint Seymali, Bidew Bou Bess, Bataillon Blindé, Doug E Tee (un des fondateurs dePositive Black Soul), Verrouz Mint Dimi Mint Abba, Original Ngaal Poulal…

A leurs côtés, on trouvait des voix duPodor comme Djiby Sow, Goby Thiam, El Hadj Kane Diallo Niang (fils de feu Mbassou Niang), Abou Thiam, Djiby Sall et Ada Thiokolé.

La dernière soirée des Blues du Fleuve a rassemblé le Groupe Mandingue Banaya duSénégal et Abdou Guitté Seck, une icône de la musique sénégalaise. Cet ex-membre du groupe franco-sénégalais Wock a participé avec feue Dimi Mint Abba, Baba Maal, Ma Kouyaté et Fodé Kouyaté à la chanson dédiée à l’Organisation pour la Mise en Valeur du Fleuve Sénégal (OMVS).

Comme au deuxième jour des Blues du Fleuve, Baba Maal s’est mué en Disc Jockey. Artiste engagé, il a transformé la grande scène en tribune pour diffuser ses messages notamment à l’endroit de la jeunesse, pour être leur porte-voix.

"Nous avons besoin d’une génération moderne enracinée mais ouverte sur l’avenir. Ce que l’on peut donner comme cadeau à la jeunesse africaine, c’est une très bonne éducation pour leur permettre de faire face aux défis du millénaire. Ce que l’on peut aussi lui donner comme cadeau, c’est l’accès aux Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication pour leur permettre de développer leur talent et leur compétence", dit-il.

Les spectateurs, des milliers, venus de Podor, des villages des deux rives du Fleuve Sénégal, en voitures ou en charrettes, écoutent religieusement le leader du Dandé Lé?ol, l’ovationnent, crient son nom.

Au même titre que la musique, l’Organisation pour la Mise en Valeur du Fleuve Sénégal(OMVS) a eu, elle aussi, droit à ses hommages de la part de Baba Maal. Puisque Mohamed Salim Ould Merzoug a pris la décision de faire des artistes qui ont participé à la chanson "OMVS" des ambassadeurs de bonne volonté de l’Organisation pour la Mise en Valeur du Fleuve Sénégal (OMVS).

 
La soirée sera clôturée par la prestation de Baba Maal et son orchestre Le Dandé Lé?ol pour un concert de plus d’une heure de temps. Cette année, Les Blues du Fleuve, dont on a annoncé la prochaine édition à Boghé, ont confirmé leur vocation intégrative. "Les Blues du Fleuve ont fini par convaincre les esprits les plus sceptiques", juge Issa Dial, le chargé de communication de Baba Maal et du Dandé Lé?ol.

"A l’eau l’Afrique, A l’eau le Monde" 

La clôture de la 6e édition du Festival "Les Blues du Fleuve" s’est accompagnée par le lancement de l’initiative "A l’eau l’Afrique, A l’eau le Monde" en préparation au 6e Forum Mondial de l’Eau qui aura lieu au mois de mars à Marseille en France. Cette initiative regroupe le Sénégal, le Togo, le Bénin, le Mali, le Burkina Faso, le Niger.

"Nous voulons que l’Afrique, au niveau mondial, ait droit au chapitre dans le domaine de l’accès à l’eau potable", explique Jean Bosco Vazié, directeur général adjoint de l’Ong "Eau Vive", porteuse de l’initiative "A l’eau l’Afrique, A l’eau le Monde".

"Il faut que les gens se réunissent, qu’ils discutent et se projettent dans l’avenir pour que toute la population sur cette planète Terre et plus particulièrement celle de l’Afrique puisse avoir accès à l’eau surtout à l’eau potable sans aucune peine", a appelé Baba Maal.

L’initiative "A l’eau l’Afrique, A l’eau le Monde" est parrainée par Baba Maal, Touré Kunda, Ousmane Sow, Gaston Kaboré, Iréne Tassembedo, Eric Orsenna qui ont accepté de soutenir la cause l’eau.

Babacar Baye Ndiaye


Avec Cridem, comme si vous y étiez...




























































 
Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org
Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

À propos de Roman Polyarush

Donc en ouverture pharaonique (écran gigantesque, des stars par douzaines, des spectateurs par milliers. De cette quatrième édition de Lumière. J'avais vu le film de Schatzberg il y a quelques mois et l'avais aimé. Cette fois j'ai vu plus de défauts qui tiennent pour beaucoup.

Voir tous les articles de Roman Polyarush

4 commentaires à Le blues de Christian Eckert, député socialiste "normal"

Roman Polyarush

Personnellement, si des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 16 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Sara Gordon

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Rio Ferdinand

Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 11 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Victor Kirkland

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Commentez cet article

Nom *

Adresse de contact *

Site web

Commentaire :