Le Collectif des veuves des militaires : A quand l’identification des tombes ?

International
  • Article ajouté il y a 17 octobre 2012
  • Author: hamady diop

Le conflit qui oppose Israéliens et Palestinien est au coeur des crises qui secouent le Proche et le Moyen Orient. Considéré comme central par les diplomates.



Les femmes du collectif des veuves des victimes civiles et militaires étaient, semble-t-il, gonflées à bloc, après avoir été reçues en audience par le présidentMohamed Ould Abdel Aziz. Et ce dernier leur aurait dit qu’il ne ménagera aucun effort pour identifier les tombes de tous les militaires tués. Mais depuis cette promesse présidentielle, elles ne cessent de lorgner du côté de la présidence, elles ne voient rien venir. Et elles s’interrogent alors à quand l’identification des tombes de leurs maris ?

Le collectif des veuves des victimes civiles et militaires des différentes exactions de 86 à 91, appartenant au COVIRE (Collectif des victimes des répressions, qui n’est plus membre duFONADH (Forum des organisations nationales des droits humains), n’est pas parti à Inal, certes, mais, n’était pas en reste de la commémoration de la désormais «Journée des Martyrs»du 28 novembre 2011, en souvenirs des 28 militaires négro mauritaniens «lâchement exécutés par pendaison, le 28 novembre 1990 à Inal.

Quelques jours après cette cérémonie d’anniversaire, Faty Mamadou Barry, présidente des veuves a révélé d’avoir sollicité l’identification des tombes de tous les militaires noirs assassinés par leurs frères d’arme au président Mohamed Ould Abdel Aziz lors de l’une de ses audiences à la présidence de la République.

A en croire cette bonne dame, le Chef de l’Etat aurait accepté de «bon cœur» leur sollicitation, tout en promettant qu’il ne ménagera aucun effort pour faire la lumière sur les différentes exactions extrajudiciaires commises en terre islamique de Mauritanie. 

Ainsi, la présidente des veuves est sortie, gonflée à bloc, de cette audience présidentielle.Aïssata Mamadou Anne, vice-présidente du collectif des veuves, a renchéri qu’Aziz leur avait promis de prendre en charge tous les frais médicaux et scolarisations de l’ensemble des veuves et des orphelins. Même tonalité de cloche chez Sow Abi Yéro, la veuve du soldatSow Boubacar : «Nous attendons jusqu’à présent la réalisation des promesses du président de la République». 

Ces femmes n’avaient pas manqué de saluer les efforts déployés par le n°1 de notre pays pour soulager leurs souffrances endurées depuis des années : l’indemnisation forfaitaire de soutien aux veuves des victimes mortes en détention et ceux des rescapés militaires, l’attribution de terrains aux veuves indemnisés,… Mais elles n’ont pas manqué de déplorer un certain nombre de choses notamment le retard des virements dans les comptes, la suspension ou suppression au niveau du service des pensions…

Camara Mamady

 


Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org

 

Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

À propos de Roman Polyarush

Donc en ouverture pharaonique (écran gigantesque, des stars par douzaines, des spectateurs par milliers. De cette quatrième édition de Lumière. J'avais vu le film de Schatzberg il y a quelques mois et l'avais aimé. Cette fois j'ai vu plus de défauts qui tiennent pour beaucoup.

Voir tous les articles de Roman Polyarush

4 commentaires à Le blues de Christian Eckert, député socialiste "normal"

Roman Polyarush

Personnellement, si des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 16 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Sara Gordon

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Rio Ferdinand

Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 11 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Victor Kirkland

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Commentez cet article

Nom *

Adresse de contact *

Site web

Commentaire :