Halte à la profanation et dégradation des lieux de cultes catholiques

Blogs

Le conflit qui oppose Israéliens et Palestinien est au coeur des crises qui secouent le Proche et le Moyen Orient. Considéré comme central par les diplomates.

Par Abraham Badji

« Lorsqu’un voleur, un malfaiteur après un premier forfait ne se sent nullement inquiété, il récidive forcément et cette fois avec plus de témérité. »

Nous assistons depuis un moment à une accumulation de forfaits, d’actes de vandalisme et de profanation des lieux de culte de la communauté Catholique. Les réactions à la limite très timides surtout des autorités nous donnent froid au dos. Pire lorsqu’une autorité qui était sensé protéger tous les citoyens se permet des réflexions qui dépassent l’entendement, il y a de quoi se poser des questions sur l’avenir de notre pays.
Comment dans un pays organisé, peut-on regarder faire des malfaiteurs sans que personne ne puisse tirer la sonnette d’alarme pour dire halte à cette forfaiture. Depuis la profanation des cimetières Saint Lazare de Béthanie et Bel Air, il a été question d’une ouverture d’enquête dont on ne sait même pas quelle est l’issue qui lui a été réservée. Il y a dans cette société des esprits maléfiques qui ont un agenda bien planifié pour une déstabilisation du pays en passant pays la destruction systématique du socle de la cohésion social du pays LE SÉNÉGAL.
Tous les citoyens du Sénégal n’ont pas choisi de naître dans ce pays et aucun citoyen n’a choisi son voisin et pourtant nous avons vécu ainsi depuis des décennies pour ne pas dire des millénaires. Pourquoi subitement cette volonté manifeste de tout détruire?
Pourquoi subitement cette volonté de semer le doute dans la conscience des citoyens en créant une situation de confusion et de déliquescence de notre socle social ?
Avons-nous conscience des conséquences d’une telle désintégration?
Hier c’était les cimetières, aujourd’hui la témérité a poussé le bouchon trop loin, donnant autant de courage à ces malfaiteurs pour rentrer jusque dans l’enceinte même d’une église pour vandaliser le lieu de culte : la Paroisse Marie Immaculé des Parcelles Assainies. Devrions-nous attendre que ces personnes mal intentionnées s’attaquent physiquement aux citoyens ou brûlent une église, une mosquée pour réagir ?
Ceux qui croient que ces personnes vont s’arrêter en si bon chemin se trompent lourdement. Après la communauté des Protestants, aujourd’hui autour de la communauté Catholique, demain très certainement ce sera autour de la communauté Tidjane, puis la communauté Layenne et après les Mourides ainsi de suite jusqu’à ce que le pays soient dans le chaos total. Ils auront réussi leur entreprise puisque les citoyens qui naguère se côtoyés paisiblement n’ont pas pu unir leurs forces, leurs esprits comme un seul peuple pour arrêter ces personnes ; pire l’état avec tous les moyens mis à sa disposition aura failli à sa mission la plus élémentaire : Prévenir, Anticiper, Sécuriser les citoyens où qu’ils soient dans l’étendu du territoire et même à l’extérieur de ses frontières. Une situation aussi honteuse si elle prospère personne n’y échappera.
La responsabilité entière de l’état est engagée, cet état garant de l’intégrité physique des personnes, de la sécurité des citoyens et des biens. Il est grand temps que des mesures énergétiques et drastiques soient prises pour arrêter cette entreprise qui n’honore pas notre République. Nous devons aller plus loin pour anticiper sur les événements afin d’éviter le syndrome de certains pays de la sous région. La situation chaotique dans ces pays dont le modus operandi est similaire à ce qui se passe actuellement au SÉNÉGAL devrait nous emmener à plus de responsabilité, de conscience citoyenne et à la prise en charge de la sécurité nationale. Nous osons espérer que le nouveau Ministre de l’Intérieur saura prendre à la juste mesure cette urgence signalée, qu’il ne versera pas dans l’amateurisme afin de tirer rapidement au claire cette situation qui ne cesse de s’empirer.
Autant la responsabilité de l’état est engagée, nous Sénégalais devons cultiver la citoyenneté. Notre prochain est d’abord un citoyen avant d’être de couleur noire, blanche ou autre. Il est d’abord citoyen avant d’être d’une ethnie ou d’une autre. Il est d’abord un SÉNÉGALAIS avant d’être d’une communauté religieuse ou d’une autre. Nous nous devons respect et considération pour un SÉNÉGAL UNI, FORT, JUSTE, ÉMERGENT pour un DÉVELOPPEMENT DURABLE.

Fraternellement via: https://www.facebook.com/#!/claudebadjibadji

 

Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

À propos de Roman Polyarush

Donc en ouverture pharaonique (écran gigantesque, des stars par douzaines, des spectateurs par milliers. De cette quatrième édition de Lumière. J'avais vu le film de Schatzberg il y a quelques mois et l'avais aimé. Cette fois j'ai vu plus de défauts qui tiennent pour beaucoup.

Voir tous les articles de Roman Polyarush

4 commentaires à Le blues de Christian Eckert, député socialiste "normal"

Roman Polyarush

Personnellement, si des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 16 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Sara Gordon

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Rio Ferdinand

Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 11 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Victor Kirkland

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Commentez cet article

Nom *

Adresse de contact *

Site web

Commentaire :