Lettre ouverte à mon Président, son Excellence Monsieur Macky sall

Blogs

Lettre ouverte à mon Président, son Excellence Monsieur Macky sall

L’éminent professeur Ibrahima Fall, juste après votre élection à la magistrature suprême disait ceci : « à mon humble avis, le président pourrait faire un excellent mandat avec et au tour du rassemblement, de la réhabilitation, de la restauration et de la relance du développement ».

Excéllence Monsieur le Président vous avez raison, l'agriculture est l'épine dorsale de l'Afrique.

Pourtant, il y a de ces jeunes entreprenants et entrepreneurs qui se sont toujours évertués à faire en sorte que leur nation soit servie et non attendre de cette même nation des avantages ou la manne qui depuis le temps des prophètes semble appartenir au passé.

Si l’état n’a nullement la possibilité de procurer à ses administrés un travail décent et prospère, cet appareil doit comme nous avons l’habitude de l’entendre créer les conditions idoines pour que le travail de manière général soit à la portée de tous. Hélas, Président, beaucoup d’entreprises ont été fermée sous votre magistère, d’autres en ont vu le jour certes, mais force est de reconnaitre que l’interrogation la mieux partagée demeure l’action concrète qui a été enclenchée pour vivifier ces nouvelles créations inconditionnelles et porteuses d’emplois !

Président, vous vouliez que les gens se « réveillent et arrêtent de tricher », de grâce aidez les  à vous aider de votre heureuse et dure charge.

Monsieur le président, si vous parveniez à un rassemblement des patriotes afin de redresser notre chère patrie qui est pour beaucoup d’observateurs au bord du gouffre ;

Si vous arriviez à la réhabilitation des valeurs étant conscient que le pays ne pourra se développer sans un peuple bien éduqué et épris de valeurs cardinales que sont le jom, le fulla, le fayda, le kersa, le fiit…

Si vous jugiez indispensable de restaurer l’Etat de droit sur la base vous l’aviez dit d’une gouvernance sobre et vertueuse en réduisant le mandat présidentiel (nous attendons toujours) et la taille du gouvernement…

Si vous pouviez relancer le développement socio – économique en tenant compte des foires aux problèmes, de Y’en à marre par exemple, des assises nationales, des cris de cœurs de vos compatriotes, de votre PSE… des difficultés de vos mandants Monsieur le Président ; vous aurez réussi.

Monsieur le Président, rien n’est encore perdu.

Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

Vous pouvez lire aussi

Commentez cet article

Pseudo *

Votre commentaire :

Pseudo *

Mon commentaire *