Résister ou tout simplement disparaître

Blogs

Le conflit qui oppose Israéliens et Palestinien est au coeur des crises qui secouent le Proche et le Moyen Orient. Considéré comme central par les diplomates.

Il est écrit dans Deutéronome chapitre 30 verset 19 « J’en prends aujourd’hui à témoin contre toi, le ciel et la terre : j’ai mis devant toi la vie et la mort, la bénédiction et la malédiction. Choisis la vie, afin que tu vives, toi et ta postérité»


A l’instar des Israélites dans ce texte, Dieu met devant tout homme le choix à opérer entre la vie et la mort. Malheureusement, ici au Sénégal, nous avons choisi la mort car devant la situation que Wade et alliés nous font « vivre » ; nous semblons baisser les bras et ainsi nous laisser écraser par une minuscule famille aux moyens très puissants.

Il faut qu’ensemble disait Souleymane Jules Diop que nous sacrifiions nos destins individuels à celui de notre peuple et que nous comprenions que s’il revient au Conseil constitutionnel de dire ce qui [va] être, c’est à nous de dire ce qui [doit] être. C’est une tragique illusion que de vouloir sauver la paix sociale, quand c’est au prix du renoncement à deux choses fondamentales, la liberté et la justice.

A un moment de sa vie, Barthélémy Dias avait fait son choix : il avait choisi la vie et non la mort. Barth est aujourd’hui un héros et son absence dans les manifestations se fait sentir.


Le Sénégal présente d’étonnants contrastes. Alors que la méchanceté, la cupidité et la cruauté de certains s’expriment dans le mal et la destruction, certains agissent selon la justice, construisent un monde meilleur et usent de compassion envers leurs semblables. C’est dire qu’au Sénégal il y a aussi des hommes dignes, justes et honnêtes. Ces deux voies opposées rejoignent la révélation biblique précédemment citée qui considère que tout homme est placé devant un choix crucial et qu’il a la possibilité d’orienter son existence dans la vie ou dans la mort... Face à ces deux destins, Dieu invite les hommes à « choisir la vie...»


Aujourd’hui plus que jamais, les Sénégalais sont confrontés à ce dilemme qui est d’accepter la condamnation par les tenants du pouvoir et ainsi « mourir » ou bien opposer un niet catégorique et survivre. Sept bonnes années ne sera guère sept mois encore moins sept semaines. Conscient de cela, il reste aux trois types de Sénégalais qui se dessinent aujourd’hui à opérer un choix, et le meilleur des choix.

Dans ce conflit comme dans un conte, ce trois Sénégalais pourraient être : le Sénégalais qui cherche à diriger le pays, le Sénégalais qui l’aide à y accéder et le Sénégalais à la limite neutre qui ne cherche ni pouvoir et ne participe pas aux destinées du pays. Parmi les candidats retenus il y a en certains qui ne le seront plus vu leur âge (je ne fais pas allusion à Niass ou à Tanor), dois je encore patienter pendant sept autres années, licence en poche, pour pouvoir travailler ? Il en est de même pour la ménagère, l’écolier, l’ouvrier etc. Cela montre que nous sommes tous concernés y compris les Sénégalais de la diaspora. Alors, que chacun dans son domaine fait ce qu’il a à faire et choisir ainsi la vie. Que Souleymane continue d’écrire et de parler, que Jean continue de dessiner, que Khady continue de boycotter et de manifester, il en est de même pour Jean, Pierre, Paul…
Moi, j’ai choisi la vie, et vous ?
Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

À propos de Roman Polyarush

Donc en ouverture pharaonique (écran gigantesque, des stars par douzaines, des spectateurs par milliers. De cette quatrième édition de Lumière. J'avais vu le film de Schatzberg il y a quelques mois et l'avais aimé. Cette fois j'ai vu plus de défauts qui tiennent pour beaucoup.

Voir tous les articles de Roman Polyarush

4 commentaires à Le blues de Christian Eckert, député socialiste "normal"

Roman Polyarush

Personnellement, si des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 16 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Sara Gordon

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Rio Ferdinand

Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 11 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Victor Kirkland

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Commentez cet article

Nom *

Adresse de contact *

Site web

Commentaire :