L'importance des marchands ambulants à Dakar; vue par un New York "Street Vendor"

Blogs

Le conflit qui oppose Israéliens et Palestinien est au coeur des crises qui secouent le Proche et le Moyen Orient. Considéré comme central par les diplomates.

  Les événements qui secouent le commerce ambulant  dans le cœur de la capitale sénégalaise est plus que dangereuse pour notre économie, mais il peut y avoir un début de solution si le problème des ambulants est bien géré. Après la révolution industrielle, les allemands avaient de réels problèmes pour commercialiser les produits fabriqués en masse. Ils ont travaillé avec les juifs commerçants, et de cette collaboration est née le succès économique de l'Europe. Les juifs à cause de leur créativité sont d'excellents commerçants reconnus dans le monde entier et à travers l'histoire. Cette particularité est connue des sénégalais qui, de la Côte d'Ivoire en passant par l'Afrique Centrale jusqu'à New York sont dans le commerce du détail. Mais comment intégrer cet avantage dans nos institutions pour tirer le maximum de profit de ce caractère particulier de notre peuple et de la position géographique de Dakar notre capitale ?   Le commerce de détail représente la croix de transmission de n'importe quel système économique, même pour être un bon politicien, il faut savoir vendre ses idées. Interdire le commerce ambulant dans les rues et artères de Dakar diminue la création d'emplois et le manque à gagner sur l'économie. Ce qui pourrait expliquer la relation entre la crise du commerce, le problème des ambulants et le faible taux de croissance de notre économie. Les sénégalais sont nés commerçants mais le désordre lié à ce business ne nous mènera nulle part. Comparaison n'est pas raison mais si on prend des villes comme New York qui est touristique et commerciale, elle nous rappelle un peu Dakar qui est une plaque tournante de l'Afrique de l'Ouest, comme on aime bien le dire. Mais comment exploiter de manière maximale ce potentiel touristique? A New York la ville est organisée, en découpant les trottoirs en zones, les autorités attribuent des cartes de commerçant aux ambulants qui payent des taxes et des pénalités en cas de délits. Cette phase ambulante est temporaire et l'ambulant doit aspirer à un commerce sédentaire. Le commerçant ambulant  installe un kiosque provisoire de 8 heures du matin jusqu'à 8 heures du soir sur le trottoir qui est déjà réglementé. Le kiosque respecte certaines normes telles que la taille, la hauteur et la zone que le détenteur de la carte avec différentes couleurs doit respecter. La couleur(bleue, jaune et blanche) de la carte délimite les zones et réglemente la compétition. D'aucun vont dire qu'il peut y avoir compétition entre les boutiques et les kiosques. Mais l'expérience a prouvé que la clientèle est différente; les clients des kiosques sont souvent des passants, des touristes ou bien même des gens en voiture ou en  bicyclette. C'est un groupe de clients qui n'a pas le temps de faire du shopping (c'est à dire d'aller dans les boutiques), et la plus part des boutiques peuvent travailler avec les kiosques. Nous avons le plus souvent une compétition positive d'après les expériences vécues. Les kiosques peuvent être diverses, certains seront des produits électroniques de base par exemple les accessoires de téléphone mobile, les lunettes et autres accessoires spécifiques au marché sénégalais. Il y'aura des kiosques de produits alimentaires diverses. L'organisation des kiosques urbain peut être gérée par un comité regroupant la police municipale, la sanitation (des compagnies publiques et privées chargées de la propreté) avec des juges et des avocats si nécessaire. Le département touristique de la mairie sera chargée de la gestion. Le nombre d'emplois direct et indirect  peut dépasser notre imagination, si c'est bien organisée.    La légalisation des marchands ambulants est un important facteur dans notre plan de stimulation de notre économie qu'il faut aussitôt mettre en application pour accélérer la cadence vers un Sénégal émergent. Djibril Ndiaye PH.D.  
Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

À propos de Roman Polyarush

Donc en ouverture pharaonique (écran gigantesque, des stars par douzaines, des spectateurs par milliers. De cette quatrième édition de Lumière. J'avais vu le film de Schatzberg il y a quelques mois et l'avais aimé. Cette fois j'ai vu plus de défauts qui tiennent pour beaucoup.

Voir tous les articles de Roman Polyarush

4 commentaires à Le blues de Christian Eckert, député socialiste "normal"

Roman Polyarush

Personnellement, si des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 16 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Sara Gordon

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Rio Ferdinand

Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 11 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Victor Kirkland

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Commentez cet article

Nom *

Adresse de contact *

Site web

Commentaire :