La biotechnologie un facteur d'intégration pour l'Afrique Occidentale 

Blogs
  • Article ajouté le : 31 Mercredi, 2012 à 05h13
  • Author: djibril ndiaye

Le conflit qui oppose Israéliens et Palestinien est au coeur des crises qui secouent le Proche et le Moyen Orient. Considéré comme central par les diplomates.

    la biotechnologie, c'est une science fascinante et son importance est grandissante dans le développement de l'Afrique. Nous allons voir comment elle peut  jouer un rôle dans l'intégration africaine particulièrement l'Afrique Occidentale.    La biotechnologie est une science du 21 ème siècle qui peut raccourcir la voie pour le développement de l'Afrique. Chez les végétaux la sélection et le croisement des gènes qui augmentent la production et résistants à certaines maladies, est importante pour l'autosifusance alimentaire de l'Afrique. Chez les animaux la biotechnologie peut augmenter la production du lait et de la viande tout en réduisant certaines  maladies qui limitent le développement de l'élevage. L'aspect coûteux de la biotechnologie aussi bien dans la formation de son personnel que du matériel utilisé doivent obliger les pays africains à  travailler ensemble sur le plan académique et aussi sur des projets de développement qui vont jouer un rôle déterminant dans l'intégration africaine. Les pays où la biotechnologie est traditionnellement implantée et qui ont un personnel formé seront sélectionnés et seront bien équipés et financés par "l'organisation ouest africaine de biotechnologie".  Avec un marché de 300 à 400 millions de personnes la biotechnologie ouest africaine aura un avenir certain. Les produits transgeniques seront bientôt très abondants dans le marché mondial, il pourrait se poser un problème de bio sécurité liée aux organismes génétiquement modifiés(OGM). Pour garantir la sécurité alimentaire à nos populations une politique de coopération de la sous région est plus que nécessaire. Comme je l'avais mentionné dans mon blog(jibyny.seneweb.com) sur la biotechnologie il est impossible de séparer les produits transgeniques à hauts et faibles risques sans maîtriser leur production. Dans ce cadre, un travail de coopération inter états est une obligation pour la sécurisation des frontières. Un travail académique sous régional pourrait nous conduire à des résultats encourageants où le problème des propriétés intellectuelles ne sera plus un facteur limitant. Après moult testing et sélection, des produits de laboratoires qui respectent les normes internationales seront retenues et leur production à grande échelle sera programmée. Le démarrage de la production industrielle sera sponsorisé par les gouvernements respectifs. Mais grâce à nos entrepreneurs, la production industrielle va assurer la continuité des recherches académiques et garantir le contrôle et la sécurité des produits transgeniques c'est à dire la biosécurité.    La biotechnologie peut assurer un développement rapide de la sous région jusque ici frappée par la pauvreté et l'insuffisance alimentaire. Une intégration académique de l'Afrique de l'Ouest qui se fait lentement grâce à des écoles inter états comme la médecine vétérinaire et d'autres institutions vont permettre un rapprochement irréversible des pays de la sous région. La biotechnologie est un facteur de développement qui si elle est bien appliquée pourrait accélérer le développement et l'intégration de l'Afrique et en même temps elle va jouer un rôle dans la bio sécurité et le problème des propriétés intellectuelles. Djibril Ndiaye Ph.D  émail [email protected] Tel : 646 571 7677 
Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

À propos de Roman Polyarush

Donc en ouverture pharaonique (écran gigantesque, des stars par douzaines, des spectateurs par milliers. De cette quatrième édition de Lumière. J'avais vu le film de Schatzberg il y a quelques mois et l'avais aimé. Cette fois j'ai vu plus de défauts qui tiennent pour beaucoup.

Voir tous les articles de Roman Polyarush

4 commentaires à Le blues de Christian Eckert, député socialiste "normal"

Roman Polyarush

Personnellement, si des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 16 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Sara Gordon

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Rio Ferdinand

Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 11 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Victor Kirkland

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Commentez cet article

Nom *

Adresse de contact *

Site web

Commentaire :