La culture de la non violence dans la société sénégalaise

Blogs

Le conflit qui oppose Israéliens et Palestinien est au coeur des crises qui secouent le Proche et le Moyen Orient. Considéré comme central par les diplomates.

    Les crimes créés par les guerres finissent toujours par prouver que la violence n'est pas une solution pour règler les conflits. Une autre forme qui est la liberté d'expression est inventée où les faibles et les minorités peuvent s'exprimer librement par écrits, par mouvements ou par paroles. Mais ces derniers temps nous montrent que cette liberté d'expression est encore utilisée pour créer la violence. Tout ce là nous inspire à essayer d'avoir un aperçu sur les enseignements de la non violence de El hadj Malick Sy, Cheikh Ahmadou Bamba Mbacke et d'autres guides spirituels, leur différence dans la méthodologie et leur complémentarité dans l'éducation des masses au Sénégal.   Très tôt, fin 18 et début 19 ème siècle nos pères fondateurs de la non violence ont opté pour la non confrontation armée avec les français. Ils ont adopté différentes stratégies pour réussir leur plan de société, malgré l'oppression du colonisateur.  Là  où El Hadj Malick Sy a réalisé des merveilles, c'est dans l'éducation et la formation. Il avait un esprit d'ouverture et accordait une place spéciale dans la formation et la purification des âmes. Son combat était de former des soldats de la foi (les moukhadams) qui sont les futures enseignants des écoles coraniques et en même temps imam du quartier, de la ville ou du village. Après leur formation Maodo Malick Sy les disperse pour qu'ils diffusent le savoir, élargissent les bases de la religion et de la tarikha Tidjania. Armé de patience, de fermeté, de persévérance et d'abnégation, El Hadj Malick Sy  a fini par imposer au niveau national sa vision de l'islam par la stratégie de la résistance pacifique. Il opta pour l'éveil des consciences. Ces moukhadams ont fini par mailler le Sénégal d'écoles coraniques et de Mosquées où l'éducation, la formation et la purification des âmes est au rendez vous. L'achèvement le plus spectaculaire est l'implantation des zawiyia de Saint Louis et de Dakar sous l'oeil méfiant du colonisateur.  Faute de temps et les contraintes géographiques les autres pays de l'Afrique Occidentale exepte la Gambie n'ont pas bénéficié très pleinement de l'enseignement de El Hadj Malick Sy et de son modèle de société. Néanmoins les moukhadams étaient envoyés dans plusieurs pays africains de la Côte D'ivoire en passant par le Mali jusqu'au Congo.   Cheikh Ahmadou Bamba Mbacke qui dès le décès de son père s'est démarqué du pouvoir temporel et renonce de sa position de Cadi qui lui revenait naturellement, pour poursuivre son combat dans l'éducation et la formation spirituelles des masses. De même le Cheikh(khadimou rassoul) n'avait pas fait d'allégation à l'autorité coloniale qui voulait faire du sénégal un modèle français pour l'Afrique Occidentale. Cheikh Ahmadou Bamba Mbacke représentait donc une menace à la politique occidentale. Ce qui l'a valu 13 années de déportation et 20 années et quelques mois de résidence surveillée. Mais le Cheikh avait déjà instillé le système mouridia chez les talibés. Le système éducatif mouride passe par trois étapes: la Tarbya: éducation de base, la Tarqiya: élévation spirituelles et la Tasfya: être un homme de paix. Le mouride éduqué par le Cheikh est un homme de paix. C'est cet homme avec cette culture de paix, qui va intégrer la société et qui va travailler, protéger la paix et la gloire de Dieu. Le Cheikh créa d'abord deux villes  Touba et Darou Salam. Deux villes qui vont inspirer d'autres villes et villages. Toutes les villes et villages mourides sont batis selon un modèle géométrique avec une mosquée au centre. On sent l'amour et l'ordre, la perfection et la propreté ceux ci rappellent Cheikh Ibra Fall le portail du mouridisme, qui transformait les pensées du Cheikh en action.  L'indépendance économique était un des objectifs dans la politique du Cheikh. L'avancée vers le Sud à la recherche de terres était un dilemme pour le colonisateur. Pour contrecarrer le mouvement mouride vers le Sud le pouvoir colonial avait décrété l'émigration spécifique des sérères du Sine. Hélas un échec les enfants des sérères commencèrent à désemplir les Daraa mourides et tidjanes. Cette émigration semble  jouer un rôle de facilitateur dans l'islamisation du Sine. (Des études plus approfondies doivent être menées pour mieux étayer cette thèse.   Après, le maillage du Sénégal par les cheikhs de la paix, une autre mission était déclinée c'est à dire la conquête de l'Afrique et le monde. Le temps et le contexte géographique n'étaient pas favorables pour la conquête de l'Afrique Occidentale. Mais la pensée spirituelle du Cheikh transcende les limites du temps,  les frontières terrestres et raciales. De là le Cheikh nous a quitté depuis 1927 disait que je cite Je m'adresserai aux blancs chez eux........   Le maillage du Sénégal par les moukhadams et les Cheikhs de nos guides religieux précurseurs de la non violence ont produit un modèle de société où mourides, tidjane khadir et les autres s'identifient dans un seul modèle social. Leur complémentarité dans leur méthodologie est une richesse inépuisable pour la société sénégalaise. Grâce à El Hadj Malick Sy, Cheikh Ahmadou Bamba Mbacke et d'autres guides religieux, nous avons une société où la religion est devenue une partie intégrante de notre culture et où la non violence occupe une place non négligeable malgré les dérapages politiques. Djibril Ndiaye Ph.D. Membre fondateur de l'APR yaakaar section Manhattan New York Émail [email protected]  Tel 646 571 7677   
Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

À propos de Roman Polyarush

Donc en ouverture pharaonique (écran gigantesque, des stars par douzaines, des spectateurs par milliers. De cette quatrième édition de Lumière. J'avais vu le film de Schatzberg il y a quelques mois et l'avais aimé. Cette fois j'ai vu plus de défauts qui tiennent pour beaucoup.

Voir tous les articles de Roman Polyarush

4 commentaires à Le blues de Christian Eckert, député socialiste "normal"

Roman Polyarush

Personnellement, si des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 16 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Sara Gordon

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Rio Ferdinand

Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 11 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Victor Kirkland

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Commentez cet article

Nom *

Adresse de contact *

Site web

Commentaire :