La diaspora une virtuelle région du Sénégal 

Blogs
  • Article ajouté le : 19 Samedi, 2015 à 21h09
  • Author: djibril ndiaye

Le conflit qui oppose Israéliens et Palestinien est au coeur des crises qui secouent le Proche et le Moyen Orient. Considéré comme central par les diplomates.

 

La diaspora sénégalaise devient un géant économique, politique et social, cette caractéristique confirme le slogan; qui gagne politiquement la diaspora gagne le Sénégal. Mais pour mieux aider les immigrés à résoudre leurs problèmes, une organisation administrative adéquate de la diaspora devient incontournable.
 
Le nombre de sénégalais lié à l'immigration directement ou indirectement devient de plus en plus important parce que les dernières générations d'immigrés sont devenus des responsables de familles et ces familles sont aussi bien au Sénégal que dans les pays hôtes. Les nouvelles réalités économiques et sociales, plus les événements tragiques qui affectent les émigrés, mettent en relief le manque d'articulation de l'administration chargée des immigrés. Le format du ministère des affaires étrangères n'était pas modelé pour réellement prendre en charge les émigrés. Mais il faut le reconnaître qu'à même, il y'a une évolution, des changements ont été opéré pour au moins régler les problèmes de papiers tel que: passeports, carte d'identités, extraits de naissance et autres titres de voyages. Qu'est ce qu'il nous faut maintenant? un ministère, une secrétariat ou une administration territoriale virtuelle? Je pense ce qui nous intéresse et l'intérêt du Sénégal c'est un système qui marche et qui répond à nos préoccupations. En se basant sur l'expérience propre de notre pays et l'expertise des pays d'immigrés comme la Chine, Israël etc et le développement de la technologie de l'information, avec ces éléments nous pouvons redéfinir notre système d'immigration. Mais le réel problème est que dans la grande majorité  nous avons quitté le Sénégal pour des raisons financières. Il faut le dire nous sommes des réfugiés économiques, donc il faut une solution économique pour résoudre le fondamental de nos problèmes d'immigrés. Notre organisation personnelle avec l'aide d'une administration adéquate sera la seule alternative viable. Il est difficile de changer un système administratif(Acte 2,3 de la décentralisation sont des preuves), et particulièrement la diplomatie. Mais au moins les bureaux économiques doivent être appuyés financièrement et dotés de ressources humaines qualifiés et leurs missions doivent être réorienteées vers une meilleure intégration entre investisseurs sénégalais de la diaspora et les sociétés privées étrangères des pays hôtes. D'autres mesures d'accompagnement vont aider les nouveaux immigrés à mieux s'adapter au pays hôtes. Ceux qui veulent retourner pour investir leur expertise ou leur bien économique doivent avoir des informations valables pour leur insertion dans le nouveau tissu économique de leur pays d'origine. 

Une politique adéquate de la diaspora participerait à un développement économique et social rapide du Sénégal.

Djibril Ndiaye PH.D.

Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

À propos de Roman Polyarush

Donc en ouverture pharaonique (écran gigantesque, des stars par douzaines, des spectateurs par milliers. De cette quatrième édition de Lumière. J'avais vu le film de Schatzberg il y a quelques mois et l'avais aimé. Cette fois j'ai vu plus de défauts qui tiennent pour beaucoup.

Voir tous les articles de Roman Polyarush

4 commentaires à Le blues de Christian Eckert, député socialiste "normal"

Roman Polyarush

Personnellement, si des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 16 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Sara Gordon

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Rio Ferdinand

Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 11 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Victor Kirkland

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Commentez cet article

Nom *

Adresse de contact *

Site web

Commentaire :