La propreté et notre développement économique et social 

Blogs
  • Article ajouté le : 28 Dimanche, 2013 à 16h00
  • Author: djibril ndiaye

Le conflit qui oppose Israéliens et Palestinien est au coeur des crises qui secouent le Proche et le Moyen Orient. Considéré comme central par les diplomates.

La propreté d'une ville fait partie des valeurs qui élèvent son degré d'hospitalité. Le Sénégal a connu un mouvement appelé Set-Setal(Propreté-Assainissement) vers les années 80. C'était un mouvement avec un aspect culturel véhiculé par des actions d'assainissement des dortoirs universitaires, des rues et des avenues des grandes villes et villages du Sénégal. Après le nettoyage des rues et ruelles d'une place un monument temporaire était construit pour baptiser son carrefour. Le mouvement était spontané mais avait des racines culturelles et patriotiques. Les leaders politiques de cette génération n'ont pas pu exploiter de façon maximale le message véhiculé par le Set Setal, c'était un message de développement social et économique.  Nous savons que la propreté réduit les maladies transmissibles qui sont l'ennemie numéro un du développement. Si nous savons qu'un travailleur malade non seulement réduit la productivité de sa communauté, mais aussi devient une charge. Donc des maladies comme le paludisme, le choléra, la tuberculose etc. doivent être éradiqués et c'est bien possible si les règles d'hygiène sont suivies avec rigueur.  Le tourisme, le business de la restauration les cafés et le business en général ne sauraient fleurir sans une bonne propreté avec des lois et des règlements suivis d'une excellente éducation sanitaire. Un professeur d'une université américaine en visite dans notre laboratoire au Japon me posait la question suivante avec exclamations comment les gens de Kagoshima font pour maintenir cette ville volcanique extrêmement propre?! A Kagoshima le volcan Sakurajima déverse des tonnes de cendre(ash) dans la ville chaque jour. La ville qui est la capitale régionale est au pied de la montagne volcanique. Le gouvernement distribue des sacs en plastiques aux habitants chacun maintien le périmètre de sa maison propre. Personne ne crache dans la rue, par hasard si un objet tombe la personne derrière vous le pique et le jette dans la poubelle la plus proche. Les poubelles pour les déchets plastiques et non plastiques sont séparées suivi d'une éducation constante de la population sur la gestion des ordures ménagères et non ménagères.  La propreté de nos villes sénégalaises pose un sérieux défi à notre gouvernement et à notre développement. Il faut une collaboration du secteur privé et du public de manière efficace à résoudre l'insalubrité. Le gouvernement doit mieux veiller pour le respect des lois et règlements. Le secteur privé sera responsable des compagnies privées mais aussi certains lieux touristiques très fréquentés. Les restaurants selon la qualité des aliments et la propreté du restaurant seront notés par Grades. Avant la délibération d'un permis à un ou une  restaurateur(trice), il ou elle doit accomplir un certain nombre d'heures de formation. Le gouvernement aussi doit alouer un budget pour faciliter les entrepreneurs intéressés dans ce secteur d'activité de créer des startups pour inover le secteur. Un assainissement réussi en relation avec le tourisme, la restauration et le commerce de détail peuvent être des secteurs très porteurs. Mais tous ces secteurs sont étroitement liés à la salubrité de nos villes.  Rien ne veut la propreté, c'est la première lutte préventive des maladies endémiques qui peuvent hypothéquer le développement économique et social d'une communauté. La propreté stimule les affaires liées au tourisme et à la restauration. Une bonne éducation civique, suivie de sanctions positives ou négatives peuvent nous aider à améliorer la propreté de nos villes .  Djibril Ndiaye Ph.D  Tel 646 571 7677  Émail [email protected] 
Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

À propos de Roman Polyarush

Donc en ouverture pharaonique (écran gigantesque, des stars par douzaines, des spectateurs par milliers. De cette quatrième édition de Lumière. J'avais vu le film de Schatzberg il y a quelques mois et l'avais aimé. Cette fois j'ai vu plus de défauts qui tiennent pour beaucoup.

Voir tous les articles de Roman Polyarush

4 commentaires à Le blues de Christian Eckert, député socialiste "normal"

Roman Polyarush

Personnellement, si des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 16 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Sara Gordon

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Rio Ferdinand

Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 11 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Victor Kirkland

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Commentez cet article

Nom *

Adresse de contact *

Site web

Commentaire :