Les émigrés et la générosité sénégalaise 

Blogs
  • Article ajouté le : 24 Mercredi, 2012 à 21h37
  • Author: djibril ndiaye

Le conflit qui oppose Israéliens et Palestinien est au coeur des crises qui secouent le Proche et le Moyen Orient. Considéré comme central par les diplomates.

      Dans un mes précédents blogs(jibyny.seneweb.com) j'ai parlé de la diaspora comme laboratoire économique, socioculturel et démocratique pour notre développement futur. Ici nous traitons la générosité sénégalaise et celle des émigrés en particulier et leur rôle dans notre développement.    Ce qui est impressionnant est que les sénégalais n'ont jamais hésité à aider s'il le faut. Maintenant on parle du développement futur du sénégal, comment nous allons nous développés tout en gardant ce caractère qu'est la générosité. Le développement s'accompagne avec des pertes de valeurs tout en assimilant d'autres qui peuvent être bonnes ou mauvaises. Les émigrés qui ont déjà vécu dans les pays développés peuvent partager leur expertise pour un meilleur choix dans l'orientation de nos institutions. Malgré le temps passé à l'étranger et les difficultés économiques, la générosité sénégalaise ne fait que grandir et se manifeste partout surtout, pendant les événements religieux depuis les fêtes de Noël jusqu'à la Tabaski. Cette générosité unit les familles, les amis, les sectes, raffermit les relations entre musulmans et chrétiens. Elle crée une manifestation de joie entre le donneur et le receveur et crée un sentiment de confidence et d'amour où seule la paix règne. Mais aussi notre société est confrontée à des gens mal intentionnés qui profitent de cette générosité pour accomplir leur forfait. Comment allons nous transformer ces valeurs en institutions à l'image des pays développés pour mieux valoriser notre générosité tout en gardant cette particularité sénégalaise. Dans les pays développés la générosité est surtout exprimée à travers les institutions, par exemple les fondations, la sécurité sociale, la subvention des logements, de l'alimentation de base pour soutenir les familles à faible revenues. Tous ces programmes gérés par le gouvernement et les organisations non gouvernementales aident à créer une classe moyenne qui est le fondement de tout développement économique et social. Mais avec la crise économique ces institutions ont montré leur limites, et la générosité individuelle est encore revalorisée à travers les familles et les amitiés. Ici en Amérique beaucoup de personnes de bonne volonté ont logé leur frère, soeurs ou amis pour un temps déterminé pendant la récession. Un exemple mon collègue de travail n'a jamais pensé qu'un jour il sera logé par sa soeur. Mais après la faillite de Wall Street(2008) où toutes ses actions boursières se sont évaporées la seule alternative était de regagner sa soeur ou le Subway(jargon New yorkais qui signifie sans abris ). Au Japon la crise économique des années (90) avait créé beaucoup de déceptions et des surprises. Avant la récession japonaise, avec le "buble" économique, l'argent était abondant, les compagnies fleurissaient. Mais il y'avait une déficit dans la régulation des activités économiques. Le résultat était une crise économique. Malgré les plans de sécurité sociale(safety net), la crise économique avait des conséquences sociales désastreuses. La notion de famille et d'amitié qui existent jusqu'à présent au Japon n'avait pas bien amorti le choc de la crise. Mais la générosité individuelle couplée avec leurs institutions ont joué un rôle important pour surmonter progressivement cette crise.  C'est le moment nous aussi de réfléchir sur nos modes de générosité, les organiser de façon plus efficace et efficiente. Nos bonnes valeurs doivent se refléter dans ces futures institutions et aussi bien balancer nos valeurs de téranga mais aussi une rigueur dans la gestion. Le rôle de nos émigrés dans la réussite de cette entreprise est multiforme et aussi un plus value pour notre développement.    Djibril Ndiaye Ph.D 
Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

À propos de Roman Polyarush

Donc en ouverture pharaonique (écran gigantesque, des stars par douzaines, des spectateurs par milliers. De cette quatrième édition de Lumière. J'avais vu le film de Schatzberg il y a quelques mois et l'avais aimé. Cette fois j'ai vu plus de défauts qui tiennent pour beaucoup.

Voir tous les articles de Roman Polyarush

4 commentaires à Le blues de Christian Eckert, député socialiste "normal"

Roman Polyarush

Personnellement, si des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 16 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Sara Gordon

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Rio Ferdinand

Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 11 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Victor Kirkland

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Commentez cet article

Nom *

Adresse de contact *

Site web

Commentaire :