Nos plats nationaux et le Plan Sénégal Émergent(PSE)

Blogs
  • Article ajouté le : 25 Mercredi, 2015 à 22h03
  • Author: djibril ndiaye

Le conflit qui oppose Israéliens et Palestinien est au coeur des crises qui secouent le Proche et le Moyen Orient. Considéré comme central par les diplomates.

 

Il serait intéressant d'avoir une rubrique hebdomadaire qui traite les vertus et les insuffisances de nos plats et comment les améliorer sur le plan nutritionnel.
 Nos habitubes alimentaires ne sont pas mauvaises, mais elles peuvent être améliorées. Notre tiebou diene(riz au poisson) national qui est plutôt un plat du jour est une alimentation complète avec ces bissab bou wekh ak bou toy, le roff et le dakhar; tous ces fruits, feuilles et fleurs de la famille des légumineuses sont riches en vitamines, en fer et d'autres produits minéraux et organiques essentiels pour notre organismes. 
Notre couscous sénégalais fait à base de grains de millet(le petit mil(sunna), le maïs(mbokh) et le sorgho(bassi) ) est un plat qui peut allait avec différentes sauces(sauce de poissons, de viande ou de poulet, couplée ou non avec de la pâte d'arachide grillé ou cru). Les sauces à base de feuilles de légumineuses(mboum) peuvent être de différentes natures. Le couscous est conditionné par un produit appelé le lalo. le lalo est un appétissant naturel (qui peut être en sève, il provient d'un arbre du nom local sénégalais (mbeub) en disparution oubien en feuilles obtenues d'un arbre appelé baobab(Guouy est une plante médicinale dont les feuilles, les fruits et écorces sont utilisés comme médicaments et aliments de base ). Le  lalo rend le couscous délicieux, sans le lalo on ne peut pas déguster le couscous sénégalais avec nos différentes sauces qui nécessitent aussi des études plus poussées. La particularité du lalo est que c'est un aliment qui garde ces caractéristiques biologiques(grace à la procédure de préparation, le lalo ne subit pas une très haute température pendant la cuisson du couscous) c'est pourquoi il garde la plus part de ses vitamines, glucose, fructeuse, differents essentiels acides aminés, des protéines et d'autres produits organiques et mineral tel que le fer, le potassium, magnésium etct. La majorité des vitamines et tous les éléments de la sève nourricière de la plante mère se trouvent dans le lalo de notre couscous. Les sauces du couscous sont très variées le bassi, le talali etct. Ho on oublie le mboum de thiakhat(sauce de thiakhat), le mboum Ndour ou "Diop" et le nebeday et pourquoi pas le mboum de niebe(hako pour les toucouleurs). J'ai la nostalgie du thiakhat que j'ai toujours admiré avec ces fleurs blanchâtres. La sauce de thiakhat en complicité avec l'huile d'arachide après cuisson présente un goût particulier agréable à déguster. Des études plus approfondies sur le thiakhat pourraient éclaircir la valeur nutritionnelle de cette plante légumineuse. La promotion et la vulgarisation de nos plats nationaux peuvent jouer un rôle dans la popularité de leur consommation. L'augmentation de la consommation de nos plats en milieu urbain peut entraîner une réorientation de l'agriculture, de l'élevage et du commerce en général.
Ce qui est intéressant dans les plats sénégalais c'est la composition des plats qui sont le plus souvent complets c'est à dire des plats qui ont les différentes matières organiques et minérales avec des goûts où sénégalais et étrangers se retrouvent. Les japonais que j'ai rencontrés aiment le yassa. Mais tiebou diene Penda Mbaye est numéro un pour aussi bien les étrangers que les sénégalais.  
Nos nutritionnistes ont un travail colossal à faire sur nos plats traditionnels pour nous écarter un peu de Penda mbaye par la diversification des plats quotidiens. La consommation locale développe l'agriculture et l'élevage et elle est source  d'une croissance économique. 
Bientôt le Niery bunna(chez les toucouleurs) dit Ngourban(chez les sérères) va damner le pion à Pendant Mbaye!!!!. 
Bon appétit.

Djibril Ndiaye Ph.D. Agricultural Sciences and Food Chemisty

Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

À propos de Roman Polyarush

Donc en ouverture pharaonique (écran gigantesque, des stars par douzaines, des spectateurs par milliers. De cette quatrième édition de Lumière. J'avais vu le film de Schatzberg il y a quelques mois et l'avais aimé. Cette fois j'ai vu plus de défauts qui tiennent pour beaucoup.

Voir tous les articles de Roman Polyarush

4 commentaires à Le blues de Christian Eckert, député socialiste "normal"

Roman Polyarush

Personnellement, si des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 16 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Sara Gordon

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Rio Ferdinand

Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 11 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Victor Kirkland

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Commentez cet article

Nom *

Adresse de contact *

Site web

Commentaire :