Souvenirs et mémoire de nos jeunes héros perdus dans L\'Océan Atlantique et la Méditerranée.

Blogs

Le conflit qui oppose Israéliens et Palestinien est au coeur des crises qui secouent le Proche et le Moyen Orient. Considéré comme central par les diplomates.

Souvenirs et mémoire de nos jeunes héros perdus dans L'Océan Atlantique et la Méditerranée.

\r\n\r\n

Le mois de Février aux États Unis est dédié à l'histoire des noirs américains. A travers les télévisions, les radios, les masses médias et les centres éducatifs, l'histoire des américains noirs qui se sont battus pour l'émancipation des minorités est évoquée partout. Le 27 Février j'étais invité à suivre des sketches des jeunes de l'école primaire(Alain Locke un ami à Langhton Juges; ils étaient tous des poètes et écrivains de Harlem Renaissance ) où mes enfants vont à l'école. Durant ces sketches, nous avons fait un voyage virtuel de trois heures de temps dans l'esclavage, le combat de libération des noirs et la bataille sur les droits l'homme et de droits civils.
\r\nCe voyage m'a plongé dans nos réalités actuelles au Sénégal, des jeunes enfants qui ont perdu complètement espoirs jusqu'à sacrifier leur vie dans la mer, il faut que ça cesse. La réalité est que ces enfants ont perdu tout espoirs c'est à dire qu'ils n'ont pas un travail qui peut garantir leur avenir. Le mal est plus profond qu'on le pense, c'est un problème qui englobe l'éducation, la formation, et après l'emploi. Nous sommes tous déjà sur le banc des accusés, mais pour au moins se racheter et régler définitivement cette plaie qui gangrène nos sociétés africaines, nous devons penser à la création d'emplois et chercher nos propres solutions à nos problèmes si nous voulons participer à l'histoire de la libération économique et sociale de l'Afrique. C'était beaucoup plus difficile pour les noirs américains et ils ont réussi une partie comme nos aînés dans la libération politique.
\r\n La seule réponse adéquate à la perte de ce qu'on a le plus cher: nos enfants est de les redonner confiance, que tout est possible au Sénégal, que le Sénégal est un pays d'opportunités. Il faut que ça cesse et c'est bien possible. L'espoir doit renaître dans les familles et particulièrement les jeunes. Alors dans un avenir proche nos grands enfants joueront des sketches pour se rappeler de nos leaders religieux, politiques et ces jeunes héros qui nous disent tragiquement que le combat reste à gagner.

\r\n\r\n

Dr. Djibril Ndiaye 

\r\n
Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

À propos de Roman Polyarush

Donc en ouverture pharaonique (écran gigantesque, des stars par douzaines, des spectateurs par milliers. De cette quatrième édition de Lumière. J'avais vu le film de Schatzberg il y a quelques mois et l'avais aimé. Cette fois j'ai vu plus de défauts qui tiennent pour beaucoup.

Voir tous les articles de Roman Polyarush

4 commentaires à Le blues de Christian Eckert, député socialiste "normal"

Roman Polyarush

Personnellement, si des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 16 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Sara Gordon

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Rio Ferdinand

Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 11 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Victor Kirkland

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Commentez cet article

Nom *

Adresse de contact *

Site web

Commentaire :