Ainsi, donc, Salif Sadio serait, aujourd’hui encore, à la recherche d’un « médiateur crédible »…

Blogs

Le conflit qui oppose Israéliens et Palestinien est au coeur des crises qui secouent le Proche et le Moyen Orient. Considéré comme central par les diplomates.

[Avis d’expert ? Ou bien une simple lapalissade ? (VIII)]

\r\n\r\n

 

\r\n\r\n

Salif Sadio, chef de guerre parmi tant d’autres chefs de guerre du Mouvement des Forces Démocratiques de la Casamance (MFDC), est connu pour être un homme plutôt constant et extrêmement jaloux de ce qu’il considère comme ses principes, les siens propres. Et, après Dieu, il n’aurait confiance qu’en sa seule personne.

\r\n\r\n

Or, ce fut comme un miracle, quand nous apprîmes, en 2014, de la bouche même de Salif Sadio, qu’il avait accepté « l’offre de médiation » de Sant’Egidio, au seul motif, exclusif de tout autre motif, que cette ONG d’obédience catholique était, non seulement « non-corrompue », mais « incorruptible ».

\r\n\r\n

Ainsi, Salif Sadio trouvait-il en la Communauté Sant’Egidio, basée à Rome, en Italie, un médiateur on ne peut plus crédible, particulièrement attendu en Casamance, pour aider à trouver une solution définitive au conflit casamançais, aujourd’hui vieux de près de 36 ans.

\r\n\r\n

Depuis, le gouvernement du Sénégal et ce qu’il reste de la faction MFDC de Salif Sadio sont présumés, ou supposés, être en conclave plus ou moins régulièrement à Rome, dans le cadre de présumées ou supposées négociations de paix, sous l’égide de Sant’Egidio.

\r\n\r\n

Les plus imprudents, ou les plus naïfs, suggèrent même, en l’occurrence, que lesdites négociations avancent bien, et qu’elles portent sur la question de l’indépendance de la Casamance.

\r\n\r\n

Pour ces derniers, en effet, l’indépendance de la Casamance, c’est pour bientôt, et qu’ainsi, elle ne saurait tarder de nous tomber de Rome.

\r\n\r\n

D’où nous vient donc, si soudainement, c'est-à-dire sans préavis, ce que l’on fait dire à Salif Sadio, à savoir qu’il serait, aujourd’hui encore, à la recherche d’un « médiateur crédible » dans ce qui l’oppose à l’Etat sénégalais ? Et de qui cela nous vient-il véritablement, si curieusement, et ce même, comme par enchantement, avant d’avoir daigné solder préalablement le compte des « négociations de Rome » ? A quelle fin ?

\r\n\r\n

En réalité, il n’y a jamais eu véritablement de négociations de paix à Rome.

\r\n\r\n

Tout au plus, a-t-on trouvé là, avec cette « aventure de Rome », l’occasion rêvée d’apprivoiser, ou de civiliser, sinon de domestiquer, le « radicalisme » de Salif Sadio. A-t-on engrangé quelque succès sous ce seul rapport ?

\r\n\r\n

Quoi qu’il en soit, tout reste à faire, ou à refaire, pour le retour de la paix durable en Casamance. Et, hélas, cela restera tel aussi longtemps que nous nous évertuerons, dans le traitement du « dossier casamançais », à marcher sur la tête.

\r\n\r\n

Pour mémoire, et à toutes fins utiles, ainsi que nous le dénoncions en son temps, avec force conviction, si Sant’Egidio n’avait pas péché, à la fois par ingénuité et par excès de cupidité, notamment en ayant prétendu, dans un communiqué rendu public le 4 ou le 5 janvier 2018, qu’elle avait arraché au Gouvernement sénégalais la libération de deux prisonniers « de » Salif Sadio, qui étaient en réalité des prisonniers de droit commun ; alors qu’au même moment, l’on embastillait à la prison de Ziguinchor de braves citoyens, défenseurs et protecteurs à leurs heures de la forêt et de l’environnement casamançais, tout simplement parce qu’ils n’avaient fait que leur boulot, qui plus est sous le couvert ou la bienveillance manifestes et des Autorités et du MFDC ; si, disions-nous, Sant’Egidio n’avait pas péché de la sorte à ce moment précis, alors, certainement, « Boffa-Bayottes » avec son drame du 6 janvier 2018 n’aurait jamais existé. Tout au moins sous cette forme-là. Quatorze exploitants forestiers clandestins, en quelque sorte des braconniers, avaient alors trouvé la mort, de manière tragique, dans la forêt de Boffa-Bayottes.

\r\n\r\n

Dakar, le 1er novembre 2018.

\r\n\r\n

Jean-Marie François BIAGUI

\r\n\r\n

Président du Parti Social-Fédéraliste (PSF)

\r\n
Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

À propos de Roman Polyarush

Donc en ouverture pharaonique (écran gigantesque, des stars par douzaines, des spectateurs par milliers. De cette quatrième édition de Lumière. J'avais vu le film de Schatzberg il y a quelques mois et l'avais aimé. Cette fois j'ai vu plus de défauts qui tiennent pour beaucoup.

Voir tous les articles de Roman Polyarush

4 commentaires à Le blues de Christian Eckert, député socialiste "normal"

Roman Polyarush

Personnellement, si des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 16 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Sara Gordon

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Rio Ferdinand

Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 11 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Victor Kirkland

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Commentez cet article

Nom *

Adresse de contact *

Site web

Commentaire :